Saviez-vous que 300 des meilleures coopératives au monde réalisent un chiffre d'affaires de 2 trillions de dollars ? L'importance des coopératives est souvent sous-estimée. Et pourtant ce modèle a fait ses preuves. On peut penser à Desjardins qui a été fondé il y a 117 ans, à Agropur il y a 80 ans et à la Coop fédérée il y a 100 ans. Des coopératives d'ici qui emploient 57 000 personnes, paient 2 G$ en taxes et impôt et déclarent un chiffre d'affaires de 32 G$.

D'ailleurs, les présidents de ces trois coopératives, Robert Coallier, d'Agropur, Gaétan Desroches, de la Coop Fédérée et Guy Cormier, de Desjardins, ont participé à un panel, organisé par l'Association des MBA, sur l'avenir du modèle coopératif. En somme, ils ont discuté des défis rencontrés par les coopératives.

Un des grands défis des coopératives est l'accès au capital. Elles ne peuvent pas se financer sur les marchés puisqu'elles opèrent à capital fermé. Elles appartiennent à leurs membres et non à des actionnaires. Ce défi se transforme toutefois en avantage pour les coopératives, car elles ne sont pas soumises aux aléas du marché et surtout à leur perspective de court terme. Elles peuvent donc se concentrer sur les réels besoins de leurs membres.

« Il faut rester branché sur nos membres et clients, et ce, même lorsque l'on prend de l'expansion, a précisé M. Cormier. Toujours travailler dans leur intérêt ».

Les coopératives sont profondément ancrées dans leur milieu. Elles représentent le poumon économique des régions. Elles redistribuent la richesse, que ce soit en emplois créés, en savoir partagé, en dons ou en commandites.

Toutefois, comme mentionné par M. Cormier, le modèle coopératif est peu connu et n'occupe pas la place qu'il mérite. Il faut communiquer davantage les valeurs coopératives et expliquer ce modèle qui positionne l'humain au cœur de ses actions.

Pour journalistes seulement : Chantal Corbeil
514 281-7229 ou 1 866 866-7000, poste 5557229
media@desjardins.com