La plupart d'entre nous ne voient pas tous les efforts consacrés à des solutions visant à changer la vie des personnes aux prises avec des blessures, une maladie ou des problèmes de santé liés à leur âge. Qu'il s'agisse d'un système de main courante complet pour la maison ou d'un détecteur de chute automatisé alimenté par l'intelligence artificielle, ces solutions permettent à ces personnes d'être actives, en meilleure santé et autonomes. Au centre-ville de Toronto, l'équipe du Toronto Rehabilitation Institute travaille d'arrache-pied pour améliorer la réadaptation des adultes et les soins continus complexes.

Une course en ascenseur vers le sous-sol de l'immeuble nous mène vers un nouvel univers de technologies ultramodernes de renommée mondiale. Dans leur laboratoire sous-terrain, les chercheuses et scientifiques principales, Jennifer Campos et Andrea Furlan, étudient les effets des facteurs environnementaux sur le comportement afin de réduire les blessures.
Driver Lab
Vue en plongée du DriverLab

Le DriverLab

Le DriverLab est l'un de quatre laboratoires. Il reproduit les défis que les conducteurs doivent relever régulièrement dans la vie réelle. On peut s'y installer derrière le volant d'un véhicule pleine grandeur encapsulé dans un simulateur en forme de dôme. Une projection à 360 degrés en haute résolution entoure le véhicule et reproduit des situations, comme la conduite sous la pluie ou l'éblouissement des phares au cours de la nuit.

Le DriverLab est une composante essentielle des études visant à :

  • mieux comprendre les dosages sécuritaires des médicaments ainsi que les effets de ceux-ci et des problèmes de santé sur la conduite;
  • déterminer les mécanismes de soutien de la conduite sécuritaire qui aideront les personnes âgées autonomes à continuer à prendre le volant et permettront la personnalisation des permis de conduire;
  • définir les répercussions de la somnolence au volant;
  • établir l'incidence des automobiles sans conducteur (autonomes);
  • déterminer les meilleures pratiques pour tester et former les conducteurs.

Avec l'autorisation de l'University Health Network (en anglais seulement)

Opioïdes et conduite

En 2015, environ deux millions d'Ontariens ont reçu une ordonnance d'opioïdes. Un nombre croissant de conducteurs prennent donc de tels médicaments. Desjardins collabore avec la Toronto Rehabilitation Foundation et le DriverLab pour étudier les effets des opioïdes sur la conduite.

Cette étude porte sur les opioïdes à action brève prescrits. Les chercheurs examinent leurs effets psychomoteurs et cognitifs afin d'évaluer leur incidence sur la conduite dans des conditions climatiques et de circulation peu idéales. Ils visent à informer les consommateurs, les médecins et les décideurs politiques à propos des effets de ces médicaments

Avec l'autorisation de l'University Health Network (en anglais seulement)

En novembre, Tracey Pether et Mike Chronopoulos, des agents de Desjardins, ont remis 61 000 $ à la Toronto Rehabilitation Foundation afin de soutenir son étude sur les effets des opioïdes sur la conduite. Les résultats de cette dernière devraient être publiés à la fin de 2019.


Pour plus d'information sur le DriverLab, visitez l:


Pour plus d'information sur la conduite avec facultés affaiblies par la drogue, visitez le :


Pour journalistes seulement : Zac Stevenson
zac.stevenson@desjardins.com