Une trop grande dépendance à ces technologies et un manque d'information sont en cause
Lévis, Québec, 27 novembre 2019 - Votre véhicule freine automatiquement pour éviter une collision. Il émet des bipbips pour vous avertir qu'il y a une voiture dans votre angle mort. Le volant vibre si vous vous apprêtez à quitter votre voie involontairement ou à la franchir sans avoir activé votre clignotant. Une lumière s'allume pour vous aviser d'un risque de collision frontale. Toutes ces technologies sont conçues pour rendre la conduite plus sécuritaire, mais près de la moitié des conducteurs canadiens croient plutôt qu'elles posent un risque pour la sécurité routière, selon les résultats d'un récent sondage publié par Desjardins Assurances.

Les voitures qui circulent sur nos routes sont dotées de technologies de plus en plus sophistiquées pour prévenir les collisions ou avertir le conducteur de conditions dangereuses. Bien qu'une majorité de conducteurs (51 %) conviennent que ces nouvelles technologies sont nécessaires pour rendre nos routes plus sûres, les données du sondage suggèrent qu'il faut en faire plus pour que les conducteurs comprennent leur utilité et, surtout, leurs limites.

« Bien que les études démontrent clairement que les systèmes de sécurité des véhicules récents réduisent le nombre de collisions et sauvent des vies, les résultats du sondage font réfléchir. Ils nous rappellent que, quand vient le temps d'assurer la sécurité de ses passagers et des autres usagers de la route, rien ne remplace la vigilance du conducteur, pas même le système de sécurité le plus avant-gardiste », affirme Alain Hade, vice-président, Marketing et Expérience membres-clients chez Desjardins Assurances.

Sondage sur les technologies de sécurité des véhicules de Desjardins
Voici quelques faits saillants de ce sondage :
  • 48 % des conducteurs croient que les technologies de sécurité des véhicules posent un risque à la sécurité des conducteurs.
  • 46 % des conducteurs pensent que les Canadiens se fient trop aux technologies de sécurité des véhicules.
  • 80 % estiment qu'il faudrait plus d'éducation sur la façon d'utiliser les technologies de sécurité.
  • 63 % des Canadiens, conducteurs ou non, jugent que les systèmes de sécurité avancés sont une source de distraction au volant.
Cependant, quelques points positifs sont aussi ressortis de ce sondage :
  • 52 % des conducteurs croient que les technologies de sécurité des véhicules aident à réduire le nombre de collisions.
  • 51 % d'entre eux estiment aussi que les technologies de sécurité automobiles sont nécessaires à la sécurité routière.

« C'est bien de constater que le niveau de connaissance et de confiance des conducteurs à l'égard des technologies de sécurité automobile augmente, car elles font de plus en plus souvent partie de l'équipement de base des voitures, affirme Robyn Robertson, présidente et directrice générale de la Fondation de recherche sur les blessures de la route. Il faut faire attention à la façon de promouvoir ces technologies et leurs avantages afin que les gens comprennent leurs fonctions et leurs limites et qu'ils ne soient pas tentés de s'y fier dans des situations pour lesquelles elles n'ont pas été conçues. »

Sommes-nous prêts pour les véhicules autonomes?

Même si la plupart des constructeurs automobiles devraient dévoiler des véhicules autonomes ou semi-autonomes dans un avenir rapproché, les Canadiens ne sont manifestement pas encore très à l'aise avec les technologies de sécurité. À la lumière des résultats du sondage, moins d'un répondant sur trois (28 %) qui s'est exprimé sur le sujet affirme qu'il se sentirait en confiance dans un véhicule entièrement autonome.

« Ces résultats nous portent à croire que les personnes qui sont à l'aise avec les technologies font confiance aux systèmes de sécurité des véhicules, mais pas aveuglément, ajoute M. Hade. Il faut que les automobilistes s'informent adéquatement sur leur voiture avant de prendre le volant. Ils doivent s'assurer de bien comprendre ce qu'elle fait, mais surtout, ce qu'elle ne fait pas. Les technologies de sécurité ont un rôle important à jouer dans la prévention des blessures et des décès, mais elles ont aussi leurs limites. »

Incidence sur l'assurance
La moitié des personnes interrogées (52 %) croient que les systèmes de sécurité peuvent réduire le nombre de collisions. Cependant, ils reposent sur des composantes électroniques et des capteurs qui font exploser les coûts de réparation d'un véhicule. En effet, entre 2009 et 2016, la facture moyenne d'une collision entre deux véhicules (collision responsable et non responsable) a grimpé de 30 %.
Méthodologie
Le sondage, sous forme de panel Web, a été réalisé par Ad hoc recherche au nom de Desjardins Assurances. Au total, 3 050 répondants ont été interrogés.

Pour journalistes seulement : Valérie Lamarre
514 281-7000 ou 1 866 866-7000, poste 5553436
media@desjardins.com