Les excès de vitesse et les courses automobiles illégales connaissent une forte augmentation dans l'ensemble du Canada depuis que les autoroutes et les autres routes sont moins achalandées en raison de la COVID-19.

Selon les statistiques de la police de Toronto, le nombre d'incidents liés à la conduite dangereuse (principalement les excès de vitesse) a augmenté de 600 % entre le 23 mars et le 27 avril 2020, passant de seulement 32 en 2019 à 222 pour la même période cette année. Ce nombre continue d'augmenter depuis, non seulement à Toronto, mais aussi dans d'autres villes, petites et grandes.

Un comportement potentiellement mortel

Ces comportements dangereux constituent une menace pour les piétons, les cyclistes et les autres conducteurs, et la situation ne pourra qu'empirer maintenant que les mesures d'urgence sont graduellement relâchées et que la circulation augmente.

« Ce type de conduite est très risqué », souligne Ken Lindhardsen, vice-président, Lésions corporelles et Indemnités d'accidents chez Desjardins Assurances.

« En raison de mon travail, je suis aux premières loges pour constater les conséquences physiques et psychologiques qu'ont les excès de vitesse et les collisions qui en résultent sur nos clients. Il y a un lien évident entre les excès de vitesse, les blessures et les décès. »

Lindhardsen participait récemment comme panéliste à un webinaire sur la vitesse et la sécurité routière pendant la pandémie de COVID-19 organisé par Parachute, un organisme de bienfaisance national axé sur la prévention des blessures. Parmi les autres panélistes se trouvaient un expert en sécurité routière de la Police provinciale de l'Ontario, un scientifique de l'Institute for Mental Health Policy Research du CAMH et un chef de produit de Volvo Canada.

Des conséquences financières dissuasives

En plus du risque de blessures graves ou de décès, les conducteurs qui font des courses illégales ou conduisent dangereusement peuvent s'exposer à d'importantes conséquences financières.

« Les excès de vitesse peuvent avoir des répercussions considérables sur vos primes d'assurance, selon leur niveau, mentionne Lindhardsen. En cas d'infraction mineure, vos primes d'assurance pourraient augmenter. Une condamnation pour excès de vitesse, pour course illégale ou pour une autre forme de conduite dangereuse pourrait faire en sorte que votre assureur résilie ou refuse de renouveler votre police. Dans ce cas, vous n'auriez pas le choix de vous tourner vers une compagnie qui assure les risques élevés, ou vers la Facility Association en Ontario, ce qui pourrait entraîner une énorme augmentation de vos primes pour les trois prochaines années ou plus. »

À cela pourrait s'ajouter une amende allant de 2000 $ à 10 000 $ en Ontario, la suspension de votre permis de conduire pour une période pouvant atteindre deux ans, et même une peine de prison.

Malgré ces conséquences financières et légales, certains conducteurs semblent incapables de résister aux routes quasi désertes que leur offre le confinement causé par la pandémie.

Lors de la dernière longue fin de semaine, par exemple, la police régionale de York a déposé des accusations contre 30 conducteurs et saisi leur véhicule après les avoir surpris à conduire à 50 km/h ou plus au-dessus de la limite de vitesse. Le cas le plus saisissant est celui d'un homme de 19 ans qui a été arrêté et accusé de conduite dangereuse après avoir été surpris à conduire à une vitesse incroyable de 308 km/h sur une autoroute de Burlington, à l'ouest de Toronto.

Changer les comportements

Selon Lindhardsen, il n'y a pas de solution facile pour mettre fin à la conduite dangereuse, mais changer les mentalités et les comportements par l'éducation et la sensibilisation est le meilleur moyen d'y arriver.

« Nous devons aider les conducteurs à comprendre les conséquences de leur comportement quand ils conduisent de façon inappropriée : les conséquences légales et financières et, par-dessus tout, les répercussions sociales de leurs actions sous forme de blessures et de décès. »

« Mieux nous les aiderons à comprendre cela, plus nous changerons les comportements et sauverons ainsi des vies. »

Il s'agissait du troisième webinaire d'une série organisée par Parachute, un partenaire de Desjardins, au sujet des effets de la pandémie de COVID-19 sur la sécurité routière. Les trois webinaires ont été enregistrés et ils sont disponibles sur YouTube (en anglais seulement) :

Pour journalistes seulement: Relations publiques Mouvement Desjardins
514 281-7000 ou 1 866-866-7000, poste 5553436
media@desjardins.com