Bonne ou mauvaise dette? On fait le point

Nous évoluons souvent au cœur d'un joyeux tourbillon d'obligations financières. Emprunt hypothécaire, rénovations, enfants, voiture, santé, décoration, alouette! Durant ces décennies où les dettes sont quasi inévitables, il n'est pas toujours évident d'avoir les bons réflexes et de savoir si l'on est sur la bonne voie.

Deux spécialistes font le point sur les bons et les moins bons gestes à adopter par rapport à nos habitudes de consommation. 

Première bonne nouvelle : il ne faut pas craindre l'endettement. Malgré certains scénarios catastrophes alimentant l'actualité, la réalité est souvent plus positive. Pensons au secteur immobilier, dont la croissance demeure constante, ou encore aux taux d'intérêt, relativement bas. 

Être plutôt que paraître 

Cela dit, «les gens ont tendance à vivre au-dessus de leurs moyens. Ils s'en rendent compte rapidement quand on leur demande de remplir une grille budgétaire avec leurs revenus, leurs dépenses et leurs dettes : ça ne s'équilibre pas toujours», observe Hélène Hétu, consultante budgétaire à l'Association coopérative d'économie familiale (ACEF) de la Rive-Sud de Montréal. 

Le crédit étant relativement facile à obtenir, l'envie du paraître tend souvent à prendre le dessus : «L'important n'est pas ce qu'on veut faire, mais ce qu'on peut faire», conseille-t-elle. 

Couper la carte? 

Hélène Hétu est étonnée du nombre de cartes de crédit par utilisateur : «En moyenne, les gens ont trois, quatre, cinq cartes, des produits de crédit, des marges de crédit. Or, il faut faire attention de ne pas considérer ce crédit comme un revenu supplémentaire, c'est une dette!» 

Stratégies d'épargne 

Aussi recommande-t-elle de considérer l'épargne comme un défi, un jeu à la fois stimulant et motivant. En effet, les bénéfices à moyen et long terme sont généralement source de plus grands bonheurs que le plaisir d'une acquisition éphémère.

De Pierre-Yves à Hélène 

Se procurer à crédit et avec intérêts certains produits constitue trop souvent un aller simple vers de mauvaises dettes. Le mantra du Grand Sage est souvent le bon : «En as-tu vraiment besoin?» Mais, surtout, ajoute Hélène Hétu : «Combien es-tu en mesure de payer pour l'acquérir?» 

Une bonne dette, docteur, ça existe? 

Tout à fait. «La bonne dette est liée à un actif, comme la maison, le chalet ou un REER. C'est tout à fait normal de s'endetter pour acheter une maison, moins pour payer ses sorties du vendredi avec sa marge de crédit », explique Angela Iermieri, planificatrice financière chez Desjardins. 

Hélène Hétu ajoute pour sa part qu'« en considérant la valeur de revente d'une maison, la dette peut même se transformer en investissement. » 

Immobilier : acheter ou louer? 

La question se pose. Selon l'âge, les besoins, la capacité de mise de fonds et l'intérêt à être propriétaire, peut-être vaut-il mieux placer dans des REER et CELI des montants équivalents. Pour valider sa capacité de paiement, il est conseillé de vivre durant 12 mois comme un réel propriétaire : emprunt hypothécaire, taxes, mise de fonds, frais initiaux (inspection, notaire, déménageur) pour voir si, et comment, le plan tient la route. 

Prêt hypothécaire? Bravo, mais... 

Et si le prêt hypothécaire est approuvé au montant souhaité - Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre., ça ne veut pas dire qu'il faut pour autant se rendre à la limite. Cette somme est un indicateur. L'idée n'est pas de vivre uniquement pour rembourser cet emprunt, au contraire 

Prévenir plutôt que guérir 

Certains préfèrent vivre pour voyager. À cet effet, «il est préférable de planifier un voyage en mettant l'argent de côté à l'avance, plutôt que de le payer à crédit, au retour», conseille Hélène Hétu. Non seulement le sentiment de liberté sera plus grand, mais le voyage coûtera littéralement moins cher. Certains outils d'épargne instantanée - Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. sont d'ailleurs prévus à cet effet. 

Dettes et séparation : comment faire bon ménage? 

Une séparation cause inévitablement un stress financier et souvent une baisse du niveau de vie. Il importe de laisser ses émotions de côté pour dresser un portrait clair de la situation du couple : revenus, dépenses, actif, dettes communes (cartes de crédit, prêts personnels, automobiles et hypothécaires), assurances (vie, maladie...), testament. Il faut tout scruter et détailler, en précisant qui est l'endosseur. 

La liquidation ou le rachat d'actifs, comme l'auto ou la maison, jumelées à un exercice de consolidation de dettes auprès d'un conseiller financier, aideront à traverser plus sereinement cette période. 

Le fonds d'urgence : passez à l'action 

Ce n'est pas au moment où les imprévus se présentent qu'il est le temps d'agir. Angela Iermieri suggère le «versement automatique d'un petit montant, dans un compte dédié», pour se constituer un coussin financier capable de couvrir trois mois de paiements récurrents. Elle rappelle qu'une marge de crédit n'est surtout pas un fonds d'urgence(!), mais bien une stratégie d'emprunt qu'il faut à terme rembourser. 

Pour vivre selon ses moyens, et non au-dessus, Hélène Hétu recommande quant à elle de placer 10% de côté, comme un métronome : «Si je gagne 1000$ toutes les deux semaines, je devrais faire comme si 100$ n'existaient plus.» 

Comment régler ses dettes? 

Consulter son conseiller en finances personnelles est un bon départ. Des organismes comme l'ACEF aident aussi les consommateurs à reprendre leurs finances en main. Au Québec, on en dénombre plus d'une quarantaine. - Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Évidemment, aucun scénario n'est parfait, les aléas de la vie et la situation de chacun sont uniques. À une époque où consommer devient pour certains un loisir, il demeure primordial de se rappeler qu'améliorer ses pratiques financières, c'est à la portée de tous. Maintenant! 

Les astuces d'Hélène Hétu pour s'éloigner de l'endettement

  • Se procurer des vêtements usagés; 
  • Renégocier ses frais d'Internet, de câble et de téléphonie; 
  • Fréquenter les loisirs gratuits des municipalités; 
  • Opter pour une coopérative d'habitation; 
  • Consulter des opticiens au rabais; 
  • Laisser la carte de crédit à la maison.

Testez ici vos connaissances au sujet de l'endettement! - Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Soumettre un commentaire

Les commentaires soumis sont modérés et publiés une fois par jour, du lundi au vendredi entre 8 h 30 et 16 h 30. Tout commentaire hors sujet ou comportant des propos haineux ne sera pas publié.

En savoir plus sur les conditions d'utilisation

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Commentaires publiés (9)

chantal Quenneville / 5 juin 2019 1h06

comment trouver un opticien au rabais ? merci

Marc Saucier / 5 juin 2019 15h33

rendre note cote de crédit visible merci

Jacqueline Blaquière / 5 juin 2019 19h30

Je veux savoir si les frais sont encore gratuit pour les gens agées et aussi qui ont plus de $1000 dans leurs compte..Merci

Jean-F. Bouchard / 5 juin 2019 19h54

Dans quelques semaines, je recevrai un montant substantiel, (Supposons 10 000 $).

Est-il préférable de rembourser mon emprunt sur ma voiture (9 900,00 $) ou l’utiliser pour rembourser une partie de mon hypothèque (89 000 $).

Lynda Carrier / 5 juin 2019 21h19

Excellent article ! Les trucs pour économiser sont bien expliqués et si simples à suivre.

Je ne pensais pas qu’on pouvait posséder autant de cartes de crédit! Et surtout, je me demande pourquoi on les accorde alors que les gens sont déjà surendettés ?

Angela Iermieri / 6 juin 2019 11h26

Bonjour@Jean-F. Une bonne gestion financière consiste à prioriser le remboursement des dettes avec le taux d’intérêt le plus élevé. Lorsque cette dette sera éliminée et que vous disposerez de liquidités supplémentaires, vous pourrez augmenter les remboursements du prêt restant et même déposer un montant dans votre fonds d’urgence, ce qui évitera d’emprunter pour les imprévus! :) Bonne journée! Angela

Angela Iermieri / 6 juin 2019 15h05

Bonjour@Lynda. Bien d’accord avec vous! L’éducation financière est d’ailleurs une mission qui nous tient à cœur. En ce sens, une révision périodique de sa capacité financière avec son conseiller permet de bien gérer son niveau d’endettement. Les critères d’octroi de cartes de crédit peuvent différer d’un émetteur à un autre et les conditions de remboursement également. Il faut être vigilant. Bonne journée! :) Angela

Catherine Vézina / 6 juin 2019 15h37

Bonjour Jacqueline, Je vous confirme que les membres âgés de 60 ans et plus bénéficient du service Reconnaissance qui prévoit une réduction de 4$ par mois applicable aux frais de transaction ou au tarif du forfait transactionnel.

Vous trouverez tous les détails sur les caractéristiques des nouveaux forfaits aux pages 6 et 7 du nouveau Guide des frais de service en cliquant ici: https://www.desjardins.com/ressources/pdf/b05-comptes-forfaits-conseils-f.pdf?resVer=1558701098000

Sachez toutefois que les forfaits qui sont retirés ne seront plus offerts, mais ils demeureront en vigueur pour les membres qui les détiennent déjà. Au plaisir! Catherine