Comment acheter sa première maison avant 35 ans

Est-ce une idée de fou? Pas tant que ça. La première maison est un rêve réalisable à condition de mettre en place 2 pratiques gagnantes : rembourser ses dettes et épargner en vue de la mise de fonds. Nous vous donnons l'heure juste sur 2 questions qui nous sont souvent posées quand l'idée d'acheter sa première maison survient.

Dettes : j’aimerais devenir propriétaire d’ici 5 ans, est-ce que je devrais prioriser le remboursement de mon prêt étudiant?

Non, au contraire le remboursement accéléré est rarement avantageux puisque les prêts étudiants sont généralement amortis sur une période de 10 ans, le taux applicable est peu élevé et les intérêts payés durant l’année donnent droit à un crédit d’impôt non remboursable, tant au fédéral qu’au Québec.

Les dettes à rembourser en priorité sont plutôt les cartes de crédit, les marges de crédit, les prêts personnels et automobiles et autres financements aux points de vente puisque les taux d’intérêt sont généralement plus élevés et seront pris en compte dans votre taux d’endettement total qui est limité à 42 % de votre salaire brut.

Épargne : j’aimerais épargner pour une mise de fonds, par où commencer?

Plus tôt on s’y met, plus vite on s’y habitue (et plus c’est payant). Pour arriver à mettre quelques milliers de dollars de côté, ça prend un peu de planification et beaucoup de discipline.

La mise de fonds exigée pour l’obtention d’un prêt à l’achat d’une propriété doit être équivalente à 20 % du prix de vente de la propriété. Si vous n’avez pas la somme requise, vous pouvez recourir à l’assurance hypothécaire et vous n’aurez alors que 5 % du prix de vente de la propriété à débourser pour la première tranche de 500 000 $.

Dans un cas comme dans l’autre, vous devrez démontrer que vous possédez l’équivalent de 1,5 % pour les frais de démarrage.

3 moyens pour amasser une mise de fonds

1. Accumuler de l’argent par versements automatiques - Cet hyperlien s’ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

En fonction de la fréquence désirée, un montant est prélevé de votre compte d’épargne avec opérations pour être ensuite versé dans votre compte d’épargne libre d’impôt (CELI) ou votre régime enregistré d’épargne-retraite (REER). Plusieurs options de placements sont offertes.

2. Commencer le plus tôt possible

Le principe est simple : il fait jouer le temps en votre faveur, puisque votre épargne fructifie à l’abri de l’impôt, ce qui maximise son rendement. De plus, les économies d’impôt que génèrent maintenant vos cotisations à un REER pourraient dégager des sommes pour votre mise de fonds.

Plus l’argent reste longtemps à l’abri de l’impôt, plus le capital devient intéressant. C’est pourquoi il est important de commencer à cotiser le plus tôt possible.

Dans un même ordre d’idées, plus votre cotisation est faite tôt dans l’année, plus elle est profitable. Souvenez-vous : le temps est votre allié!

3. RAP : avec ou sans REER

Vous pouvez, en vertu du programme gouvernemental appelé Régime d’accession à la propriété (RAP), utiliser votre REER comme mise de fonds pour l’achat de votre première maison. Vous réduirez ainsi vos versements hypothécaires et votre prime d’assurance hypothécaire, s’il y a lieu.

Le RAP vous permet de retirer jusqu’à 35 000 $ de votre REER, c’est-à-dire 70 000 $ par couple, pour l’achat d’une résidence neuve ou existante. Vous ne payez pas d’impôt sur le montant retiré et vous disposez d’un maximum de 15 ans pour rembourser cette somme, sans intérêts. C’est comme un emprunt à votre REER.

Même sans REER, il est possible de vous prévaloir du RAP si vous avez des cotisations inutilisées.

Voici comment :

  • empruntez à la caisse un montant correspondant à vos besoins en respectant la cotisation maximale qui vous est permise;
  • déposez cette somme dans un REER pendant au moins 90 jours;
  • retirez ce montant non imposable de votre REER et remboursez votre emprunt, vous n’aurez qu’à payer les intérêts courus pendant les 90 jours;
  • utilisez votre remboursement (économie) d’impôt comme mise de fonds pour l’acquisition d’une résidence;
  • enfin, vous disposez de 15 ans pour effectuer les remboursements de votre REER, soit 1/15 par année.