Voici ce qu'il faut absolument savoir pour tirer profit au maximum de ce véhicule de placement. 

Les retraits ne sont pas imposables

Tous les retraits, incluant le montant investi et les revenus gagnés, ne sont pas imposables. Vous pouvez donc faire des retraits dans votre CELI, selon vos besoins, sans payer d'impôt. Vous ne devez pas ajouter le montant du retrait à votre revenu. 

Vous pouvez ainsi utiliser ces sommes sans que cela affecte votre revenu et donc votre admissibilité à certains prestations et aux crédits gouvernementaux, tels l'allocation canadienne pour enfants ou le crédit pour TPS qui sont fondés sur le revenu déclaré. 

Les cotisations CELI ne sont pas déductibles d'impôt 

Contrairement au REER, vous ne pourrez pas déduire vos cotisations CELI. Vous n'aurez donc pas à joindre de feuillets fiscaux à vos déclarations de revenus. Par conséquent, puisque les cotisations n'offrent pas de déductions, les retraits ne seront pas imposables. 

Le CELI est disponible pour tous, que l'on touche des revenus d'emploi ou non 

Tous les résidents Canadiens de 18 ans et plus peuvent cotiser au CELI, qu'ils soient étudiants, salariés, travailleurs autonomes ou retraités, et ce, depuis 2009. Si vous ne cotisez pas au maximum de votre limite, vos droits s'accumulent et ne sont pas perdus. Si vous n'avez jamais cotisé, votre limite en 2019 est de 63 500$. 

Investir dans plusieurs CELI n'augmente pas la limite de cotisation 

Il y a une limite annuelle unique pour chaque personne. En 2019, elle est de 6000$. Vous devrez donc décider où et comment investir ce montant. Plusieurs types de placements sont disponibles et permettent d'y investir avec des versements automatiques. Votre argent rapportera dès la première journée et s'intègre plus facilement à votre budget. 

Vous pourrez ainsi diversifier votre portefeuille CELI, mais en respectant votre plafond de cotisation. Toute cotisation excédentaire sera soumise à une pénalité de 1% par mois. 

Les montants retirés peuvent être cotisés à nouveau 

Tous les retraits, peuvent être cotisés à nouveau dès l'année qui suit. Ainsi, les montants retirés créent de nouveaux droits de cotisation. Donc, si par exemple vous cotisez votre 6000$ en janvier et décidez de retirer 3000$ en juin, si vous avez déjà atteint votre limite de cotisation, vous devrez attendre en janvier de l'année prochaine pour cotiser à nouveau le montant de 3000$. Il est donc important de faire un suivi rigoureux de vos dépôts et de vos retraits, surtout si vous faites des retraits fréquents. 

Bien que l'un des avantages du CELI soit sa flexibilité, pour en tirer vraiment profit, c'est-à-dire générer des rendements à l'abri de l'impôt, vous devrez investir vos cotisations à moyen ou à long terme dans des placements diversifiés, selon votre profil. Le CELI, c'est plus qu'un compte d'épargne! 

3 essentiels à retenir à propos du CELI 

  1. Le CELI est idéal pour les projets à moyen et à long terme. 
  2. Il faut éviter les retraits fréquents. 
  3. C'est un régime flexible, à la condition de faire un suivi rigoureux de ses droits de cotisation.