La langue en général et la langue des affaires, ce n’est pas la même chose. Alors avant de passer à l’assaut de l’Hexagone :

1- Soyez accompagné

Si vous n’avez pas le temps d’étudier toutes les subtilités d’une autre culture, avant même de mettre les pieds en France, trouvez un allié. Une organisation locale avec des partenaires français permet de gagner temps et argent, et de prévenir plusieurs frustrations.

« C’est important d’être accompagné quand on va à l’international, point, explique Vanessa Hancart, directrice du Bureau France du Crédit industriel et commercial*. C’est aussi vrai dans le cas de l’Hexagone, où faire des affaires prend beaucoup de temps. Nous permettons d’optimiser le temps des entrepreneurs, donc les coûts que ça peut représenter. » Mme Hancart est responsable de l’accompagnement des membres Desjardins dans leur développement sur ce territoire dans le cadre de Passeport affaires.

Encore mieux, « on vous aide à comprendre le marché français et vos concurrents de manière à positionner votre offre et nous sommes aussi capables de vous aider à tester vos produits auprès d’utilisateurs potentiels ».

2- Rappelez-vous, vous n’êtes pas à la maison

Culturellement, dans le monde des affaires, sachez que les Français sont plus distants. Le vouvoiement, par exemple, est de mise. Et s’ils paraissent un peu plus froids que vos homologues canadiens, ne perdez pas espoir, une attitude plus détachée ne signifie pas qu’ils ne s’intéressent pas à votre offre.

Sachez aussi que, par rapport à nous, les entreprises françaises sont très hiérarchisées. Votre interlocuteur n’a donc peut-être pas le pouvoir décisionnel de vous donner une réponse sur-le-champ.

Avant même d’entamer une collaboration quelconque, vous aurez plusieurs rendez-vous. Faites donc preuve de patience. Par contre, « les Français sont assez fidèles dans les affaires, explique Vanessa Hancart. Une fois la relation en branle, vous pourrez compter là-dessus ».

3- Soyez prêts à répondre à toutes les questions

Selon Mme Hancart, « 95 % des entreprises françaises comptent moins de 10 salariés. Et ces gens sont assez polyvalents. Ils peuvent vous poser des questions techniques, ils sont bien formés ». Soyez prêts à donner toutes les réponses nécessaires. Ici, la préparation est la clé. Il faut connaître vos produits et votre entreprise de fond en comble.

4- Étudiez votre marché

En France, sachez que les consommateurs sont très vigilants. Le pays est traversé par une tendance de fond qui promeut l’écologie. Pas de suremballage ni de gaspillage. Notamment dans les secteurs de la cosmétologie, du textile et de l’agroalimentaire.

Les entreprises mettent de l’avant leur responsabilité sociale et environnementale. « Il y a une forte tendance au bio, à l’éthique, au “vert”. En France, la qualité l’emporte souvent sur le prix. Les consommateurs sont plutôt responsabilisés. Il y a de la place pour tous, assure la spécialiste, mais vous devez trouver la différenciation de vos produits et services et mettre ça en valeur ».

Même si le marché français, à l’instar du marché canadien, se trouve dans un stade de maturité, les occasions d’affaires restent nombreuses. Toutefois, avant même de penser à y mettre les pieds en tant qu’entrepreneur, soyez prêt. Nous sommes peut-être plus différents qu’il n’y paraît.

* Entité du Crédit mutuel Alliance fédérale, une organisation coopérative.