Employeurs et employés : le défi de ceux qui restent

Prendre soin de ses employés, c'est aussi prendre soin de son organisation. Pour les dirigeants, cette réalité est particulièrement apparente dans le contexte d'une secousse organisationnelle. Or, les activités commerciales et économiques se réaniment et plusieurs facteurs feront une différence notable au cours des prochains mois.

Investir dans l’humain

Plusieurs employés demeurés en poste auront peut-être l’impression de prendre part à un étourdissant tour de manège. Comment les aider à composer avec de nouvelles réalités?

Simon Prévost est vice-président Solutions employeurs chez Desjardins. À son avis, l’aspect humain est plus que jamais à privilégier. D’où l’importance de créer un environnement favorisant la rétention et la loyauté. Son mot d’ordre? Solidarité.

Aplanir le niveau de stress

La distance physique a des répercussions sur les processus organisationnels. Mais il y a plus : « Actuellement, les conditions de travail se transforment et évoluent rapidement. Même si certaines équipes sont opérationnelles en télétravail, l’isolement ou le confinement peut aussi générer un stress, notamment chez les parents de jeunes enfants. »

Il importe ainsi que les employeurs soient à l’affût et à l’écoute de ces nouveaux enjeux. « Il faut réduire les attentes de productivité et pratiquer le renforcement positif, en valorisant le rôle de chacun », conseille Simon Prévost.

En plus de ces facteurs de mobilisation, il croit que « les employés gagneront à profiter de ressources et de programmes de soutien psychologique ».

Pour les employés toujours actifs sur le terrain, le stress lié à la santé est aussi un enjeu fondamental : « Les employeurs auront tout intérêt à appliquer ou même à dépasser les consignes sanitaires. Surtout, ils auront à les communiquer. »

Question de transparence

« Puis-je perdre mon emploi? » La question est légitime. La part d’inconnu pouvant peser sur la motivation des employés en poste, les gestionnaires doivent bien sûr se faire rassurants, mais avant tout être transparents.

Pour Simon Prévost, « cette transparence est un mode de gestion qui devrait être courant, mais qui, actuellement, révèle son plein potentiel ». Il rappelle d’ailleurs l’importance de solliciter l’opinion des employés, au-delà de simplement leur communiquer des informations ou des directives.

Pénurie de main-d’oeuvre : vraiment?

Paradoxalement, une pénurie de main-d’oeuvre est à envisager dans certains secteurs. C’est pourquoi l’attraction et la rétention demeurent prioritaires.

Que faire dans cette perspective? En plus d’embaucher de nouveaux talents, les dirigeants devront activer des incitatifs et faire preuve d’ouverture : « Des programmes d’épargne ou d’assurance collective seront des mesures déterminantes dans plusieurs secteurs et organisations afin d’être en mesure de conserver les employés. »

Repenser l’avenir

L’essor fulgurant du télétravail et l’adoption accélérée de certains outils technologiques devraient modifier, pour toujours, bon nombre de pratiques.

Le contexte actuel devient donc matière à repenser et à optimiser certaines façons de faire, à valoriser l’entraide, le partage d’information et les meilleures stratégies. « Aider, c’est un élan naturel. Dans un cadre professionnel, cet esprit de collaboration peut s’avérer très profitable », observe Simon Prévost.

En somme, valoriser l’essentiel, en prenant du recul et en misant sur la capacité à prendre soin de gens, doit faire partie de l’équation : « En profitant de la situation présente pour repenser leurs façons de faire et d’être, les organisations ne seront que meilleures. »