Comment survivre aux imprévus, chapitre 3 : La gestion des achats impulsifs

Avec la pandémie, nous avons a été nombreux à nous retrouver avec du temps libre. Beaucoup de temps libre. Une situation propice aux achats impulsifs. Quand vous en êtes à magasiner votre 6e paire de jeans de la semaine, il y a des chances que vous ayez à serrer la ceinture qui vient avec.

Voici 5 règles d’or pour éviter de succomber aux achats impulsifs.

1. Méfiez-vous des super aubaines

Les braderies, soldes de saison et autres Boxing Day sont des périodes où la proportion d’achats impulsifs monte en flèche. On a soudainement besoin de trucs dont on se passait très bien quelques jours avant. C’est là qu’on doit faire la différence entre un désir et un besoin réel. C’est tellement facile de tomber dans le piège tendu par cet irrésistible morceau à moitié prix qui nous fait de l’œil.

Laissez reposer avant de commander

Après avoir ajouté un article à votre panier, attendez quelques jours avant de passer votre commande en ligne et voyez si vous y pensez encore un peu, beaucoup, passionnément… ou pas du tout!


2. Fixez-vous une fourchette de dépenses

Quand on met une limite à notre budget de magasinage, on a parfois tendance à dépenser jusqu’au dernier sou. Combien d’achats supplémentaires (et souvent inutiles) ont été faits sous prétexte de respecter le budget?! L’idéal est de se fixer une fourchette de dépenses (par exemple, entre 50 $ et 100 $) et de respecter sa liste d’achats. S’il vous reste de l’argent une fois votre magasinage terminé, tant mieux! Vous pourrez le mettre de côté pour les imprévus. En bonus, vous ne serez pas pris avec une autre douzaine de chandelles qui sentent (trop) la vanille.

1 coup de coeur = X heures de travail

Le principe est simple : convertissez le prix du gadget ou du sac de designer qui vous fait briller les yeux en heures travaillées. Le résultat pourrait vous surprendre.


3. Attention à vos petites « faiblesses »

On a tous un penchant pour une certaine catégorie d’articles (vêtements, chaussures, jeux vidéo, extracteurs de lait de coco, etc.). Vous êtes la personne la mieux placée pour savoir ce qui vous fait craquer. Alors, quand l’envie vous prendra d’aller sur le site de votre boutique préférée « juste pour voir », pensez-y deux fois. Loin des yeux, loin de la carte de crédit!

Gérez vos abonnements

Si les infolettres de vos marques préférées, qui rivalisent d’offres alléchantes, inondent votre boîte de courriel, faites le tri dans vos abonnements pour éloigner les tentations.


4. Utilisez le retour gratuit

De nombreux commerçants proposent le retour d’achat gratuit en magasin ou par la poste, pourquoi s’en priver? Avant de retirer les étiquettes et de jeter les emballages et les factures, demandez-vous si votre achat répond à un besoin. Un article acheté sur un coup de tête ou décevant qui n’est pas retourné dans les jours suivant son achat ou sa réception a de grands risques de finir sur un site de vente d’occasion dans les mois suivants. Le secret est d’agir vite.

5. Effacez vos témoins

Les entreprises utilisent des témoins (les fameux cookies) pour vous cibler selon vos habitudes de navigation et vous inciter à remplir votre panier d’achats. Avant que le masque de protection griffé s’impose à vous comme une nécessité à force de le voir dans votre fil d’actualité, supprimez les témoins de votre navigateur.

En ces temps de COVID-19, magasiner en ligne est souvent tentant, voire inévitable. Avant de passer une commande, demandez-vous si c’est vraiment nécessaire et si vous en avez les moyens. Un bon truc pour garder la maîtrise de vos finances.

Desjardins est là pour vous

Nos membres de 18 à 30 ans ont accès à plusieurs mesures d’aide, y compris un service d’assistance psychologique et juridique par téléphone. Rendez-vous au https://www.desjardins.com/covid-19/jeunesse. - Cet hyperlien s’ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Recommandé pour vous