Maillage entrepreneurial : tisser des liens malgré la distance

En janvier, alors qu'elles participaient à la même mission économique en France, Christine Gagnon d'Altitude Conception et France Caron de Mode Ézé Plus étaient loin de se douter qu'elles joindraient leurs forces quelques mois plus tard, en pleine pandémie, pour confectionner et distribuer des masques de protection personnelle.

Retomber sur ses pieds


Christine Gagnon possède plus de 35 années d’expérience dans le domaine de la couture industrielle. Spécialisée dans la confection de toiles, gaines et autres projets sur mesure, son entreprise Altitude Conception a connu un début d’année 2020 exceptionnel.

« Contrat de rembourrage pour une importante entreprise aéronautique située à Dorval, gaines de protection pour des machines robotisées en Sibérie, toiles pour recouvrir la machinerie d’une aluminerie située à Baie-Comeau : 2020, c’était notre année! Puis, tout s’est arrêté d’un coup sec, le 17 mars dernier. Je dois vous avouer que ce soir-là, j’ai pris un petit verre de vin, totalement découragée. Mais dès le lendemain, l’entrepreneure en moi est retombée sur ses pieds », raconte l’énergique femme d’affaires d’origine saguenéenne.

Mission masques de protection

C’est en regardant le point de presse quotidien du premier ministre du Québec François Legault que Christine Gagnon a mis sur pied un projet audacieux pour poursuivre ses opérations, malgré la crise de la COVID-19.

« J’avais déjà sous la main des couturières expérimentées et un site Web transactionnel opérationnel, puisqu’Altitude Conception possède une division de couture traditionnelle, nommée Flocon », explique Christine Gagnon.

« Comme la confection de tuques, foulards et mitaines était sur la glace, nous nous sommes lancés dans la production de masques de protection personnelle, devenant du coup une entreprise de services essentiels. »

La perspective d’une fermeture temporaire de l’atelier écartée, la question de l’approvisionnement en matières premières ne s’est pas posée. Christine Gagnon, avisée, avait acheté 70 000 mètres de tissu et 100 000 mètres d’élastique, au tout début de la pandémie.

Une offre qui tombe à point

Au même moment, de l’autre côté du fleuve Saint-Laurent, l’entreprise Mode Ézé Plus voit toutes ses activités arrêtées provisoirement, à la suite du confinement.



« Nous sommes spécialisés dans la conception et la distribution de vêtements adaptés pour personnes handicapées ou atteintes de certaines maladies dégénératives, telles que l’Alzheimer ou le Parkinson. Une grande partie de notre clientèle vit en CHSLD, et avec la crise de COVID-19, il était impossible de livrer les vêtements de notre collection printanière. Fin mars, je suis tombée sur une publication d’un groupe Facebook réunissant les membres du Réseau des Femmes d’affaires du Québec. Christine Gagnon était à la recherche d’un distributeur pour ses masques non chirurgicaux. Voilà qui ne pouvait pas mieux tomber! Chez Mode Ézé Plus, nous recevions quotidiennement des demandes de nos clients qui désiraient se procurer des protège-visages! », précise France Caron. La Matanaise, en affaires depuis 32 ans, travaille avec ses deux filles : Caroline, qui vit à Montréal, et Marie Pier, à Bali.

Maillage entrepreneurial Saguenay-Matane

Même si elles vivent dans des régions différentes, Christine Gagnon et France Caron n’étaient pas de parfaites inconnues l’une pour l’autre. Les entrepreneures s’étaient rencontrées en janvier dernier, lors de la mission économique Paris-Belgique organisée par le Réseau des Femmes d’affaires du Québec.

« En un seul appel téléphonique, nous avons décidé d’unir nos forces. Au Saguenay, Christine Gagnon mobilise plus de 50 couturières pour concevoir des masques. Et de mon côté, nous nous occupons de la distribution et des commandes en ligne. Dès que nous avons affiché ces masques de protection personnelle conçus au Québec sur notre site Web et sur les réseaux sociaux, les commandes se sont mises à affluer de toutes parts! », raconte avec enthousiasme France Caron.

Des masques… et des jaquettes!

En 2000, Mode Ézé Plus fabriquait des jaquettes pour différents centres hospitaliers du Bas-Saint-Laurent, mais avait renoncé à ce marché faute de pouvoir rivaliser avec les prix des manufacturiers en Chine et en Inde. « À notre grande surprise, avec l’arrivée de la pandémie, un ancien client nous a contactés pour nous commander des jaquettes de contagion, qui remplacent les jaquettes jetables. Depuis, nous avons tellement de demandes que nous avons agrandi nos locaux et engagé de nouvelles couturières à Matane. Nous étudions aussi la possibilité d’en faire confectionner en Indonésie », confie la Matanaise France Caron.

Succès conjoint

Depuis la mi-mai, Christine Gagnon et France Caron ont repris leurs activités entrepreneuriales, chacune de leur côté. La première dans le domaine de la couture industrielle avec Altitude Conception, et la deuxième avec Mode Ézé Plus. Mais leur collaboration demeure.

« Chaque fois que le premier ministre du Québec François Legault parle du port du masque dans sa conférence de presse, notre site Internet connaît un achalandage record : jusqu’à 9 000 visiteurs par jour! », mentionne France Caron.

Sa complice dans cette aventure entrepreneuriale poursuit : « Depuis le début de la pandémie, nous avons vendu plus de 100 000 masques, et nous sommes en train de conclure des ententes pour exporter nos produits en France et aux États-Unis! On croise les doigts pour qu’il n’y ait pas de deuxième vague, mais si jamais elle survient, nous pourrons répondre à la demande », conclut Christine Gagnon, heureuse de la belle collaboration entre Altitude Conception et Mode Ézé Plus.

Pour plus de détails sur ces masques réutilisables, visitez les sites Web de Flocon - Lien externe au site. Cet hyperlien s’ouvrira dans une nouvelle fenêtre. et de Mode Ézé Plus - Lien externe au site. Cet hyperlien s’ouvrira dans une nouvelle fenêtre..

Recommandé pour vous