Transfert : évaluer et maximiser la valeur de votre entreprise

Transférer son entreprise est très souvent une démarche qui, en plus d’être complexe, suscite beaucoup d’émotions. Pour cette raison, il est important de bien préparer cette étape. Un expert qualifié déterminera sa juste valeur avec une approche analytique et un regard objectif.

La valeur de l’entreprise sert souvent à financer le fonds de retraite du cédant. Il faut toutefois se méfier du facteur émotif lié à la perception de la valeur, qui, elle, doit être maximisée. « Souvent, les cédants s’attendent à une valeur élevée en lien avec la performance; toutefois lorsqu’un entrepreneur a dirigé sa compagnie pendant 20 ou 30 ans, il se dégage une certaine émotion qui peut influencer la vision de la valeur », observe Richard Quinn, directeur principal de transfert d’entreprise pour le Mouvement Desjardins. Il offre ici des conseils pour bien évaluer votre entreprise, et en maximiser la valeur.

Consulter un expert agréé

Faire appel à une personne indépendante permet de prendre du recul et d’obtenir des données factuelles. Il est recommandé de solliciter les services d’un expert reconnu par l’Ordre des experts en évaluation d’entreprise (Canadian Institute Of Chartered Business Valuators)1.

Celui-ci établira une fourchette pouvant osciller autour de 10 % du montant final (5 % en-dessous et 5 % au-dessus). Cette évaluation, valide pour une durée habituelle de six mois, sert de base de négociation pour établir le montant de la transaction finale.

Considérer l’ensemble de son patrimoine

Par ailleurs, l’évaluateur détermine les options possibles au niveau fiscal afin que vous preniez la meilleure décision quant à la manière d’optimiser votre patrimoine au moment du transfert. S’il est souvent difficile de parler d’argent en famille, obtenir une valeur concrète et basée sur une analyse externe permet de réduire la tension entre les héritiers.

Surveiller la performance de l’entreprise

Dans la majorité des cas, la valeur d’une entreprise est établie en fonction de son rendement et de sa performance. L’approche de marché, qui compare les entreprises de taille similaire, est moins utilisée, mais vient corroborer la première. Une approche basée sur l’actif, est généralement utilisée lorsque l’entreprise n’est pas viable.

Prévoir plusieurs années à l’avance

Il faut savoir que l’évaluation est faite selon les résultats obtenus au cours des trois à cinq dernières années. Prenez donc le temps de bien vous préparer afin d’assainir les résultats et le bilan. Mieux vaut extraire les éléments d’actif non productifs et les éléments d’actif excédentaires non utilisés ainsi que les dépenses non essentielles aux activités de l’entreprise. Il est aussi stratégique de diversifier vos clients et fournisseurs afin de réduire les risques d’affaires.

Maximiser la valeur de votre entreprise

Une saine gestion est la clé pour maximiser son potentiel. Il est vivement conseillé de revoir vos processus d’affaires pour minimiser les coûts; est-il possible d’optimiser les activités pour dégager plus de profit?

La gestion du fonds de roulement doit devenir une priorité : ayez l’œil sur le délai d’encaissement des comptes à recevoir, maintenez un niveau d’inventaire optimal et négociez des escomptes avec les fournisseurs, si la situation le permet.

Autre facteur pris en compte : la qualité des installations. Il est de mise d’investir dans le renouvellement des immobilisations, puisque cette décision a une incidence directe sur la valeur de l’entreprise. Un bris d’équipement peut dévaluer la compagnie.

Certaines actions sont susceptibles d’assurer la croissance de votre entreprise afin d’en maximiser la valeur. En voici quelques-unes :

  • Acquisitions stratégiques
  • Vente d’éléments d’actif non performants
  • Diversification des fournisseurs
  • Diversification de la clientèle
  • Établissement d’avantages concurrentiels significatifs
  • Embauche de personnel compétent dans des postes clés de l’entreprise
  • Développement de produits exclusifs, de brevets ou de compétences techniques
  • Optimisation des processus visant à accroître les marges de profit
  • Amélioration de la gestion des fonds générés
  • Évaluation et repositionnement des alliances ou des partenariats en place
  • Vente d’éléments d’actif non rentables.

Peaufiner l’équipe en place

La dépendance d’une organisation envers le cédant peut nuire à sa valeur. Il est donc important de bâtir une équipe solide autour de vous pour démontrer que la gestion et le personnel en place sont tout à fait aptes à poursuivre la mission de l’entreprise. La qualité des gestionnaires et l’engagement des ressources humaines autour de la vision de l’entreprise seront évalués par la relève. Selon ses observations, M. Quinn mentionne qu’une entreprise peu préparée, sans équipe de relève, peut valoir jusqu’à 35 % moins cher.

Bien connaître son environnement

Dans son calcul, l’évaluateur considère entre autres l’état du marché, l’environnement et la situation concurrentielle. « Mieux on se positionne sur le marché, plus l’entreprise a de la valeur », indique le directeur principal de transfert d’entreprise pour le Mouvement Desjardins. Il recommande de bien connaître son marché et de maximiser ses avantages concurrentiels et ses investissements. La valeur peut d’ailleurs encore évoluer après l’évaluation, à la suite d’acquisitions stratégiques de nouveaux clients ou fournisseurs ou encore de la signature de contrats significatifs. Enfin, la capacité d’innover joue un rôle important. Le développement des services et une volonté d’amélioration à long terme sont à votre avantage, tout comme le fait de réinvestir ses profits dans la croissance plutôt que de redistribuer les dividendes.