4 conseils pour vous protéger de « l'arnaque grands-parents »

Il est parfois difficile de déceler certaines formes de fraudes, surtout lorsque des personnes malhonnêtes se cachent sous l’identité de membres de votre famille. C’est sur ce lien de confiance que certains fraudeurs misent afin d’extorquer des fonds à leurs victimes sans méfiance.

- Allô, grand-maman. C’est ton préféré qui parle.

- Guillaume? Alexandre?

- Oui, c’est Alexandre. Écoute mamie, je suis dans le pétrin…

Le pseudo-Alexandre informe alors sa « grand-mère » qu’il vient d’avoir un accident dans lequel il a blessé des gens, qu’il est détenu au poste de police et qu’il doit verser une caution de 4 000 $ pour être libéré. Il lui demande de lui avancer l’argent sur-le-champ et de lui donner son numéro de carte de crédit. Il lui promet également de la rembourser dès qu’il se sera sorti de ce mauvais pas.

C’est déjà arrivé à Montmagny

Cette histoire est celle de la mère de Jonathan Ducharme*, une dame de 81 ans, qui habite à Montmagny. Heureusement, grâce à la vigilance du personnel de sa caisse, la fraude a échoué. Mais de peu.

Comme la grand-maman n’avait plus de carte de crédit, le fraudeur lui a suggéré d’aller retirer le montant à sa caisse en vue de faire un transfert d’argent dans un bureau de change de Lévis.

« Il avait réponse à toutes les questions de ma mère », raconte M. Ducharme. Pour expliquer sa voix inhabituelle, il disait avoir été blessé au nez lors de l’accident. Il prétendait l’appeler, elle, parce qu’il ne pouvait joindre personne d’autre et il comptait sur la discrétion de sa grand-mère pour que sa fâcheuse situation ne s’ébruite pas.

Lorsque la dame s’est présentée à la caisse en compagnie de sa belle-soeur (présente lors de l’appel du fraudeur et mystifiée elle aussi), sa nervosité et le montant inhabituel de son retrait ont alerté le personnel.

Sa conseillère l’a alors fait venir dans son bureau où, plus à l’aise, elle a raconté l’histoire. La conseillère a dû appeler le fils de la dame et Alexandre* (bien en santé chez lui) pour la convaincre qu’elle était victime d’une escroquerie.

Quant au fraudeur, il avait même poussé l’insolence jusqu’à rappeler sa victime sur le téléphone cellulaire de la belle-sœur alors que les deux se rendaient à la caisse.

4 conseils pour déjouer les fraudeurs

  1. Lorsqu’un de vos proches vous demande de l’argent au téléphone, posez-lui des questions personnelles, comme le prénom de son père ou sa ville de naissance. Vous pouvez même questionner cette personne par rapport à un souvenir précis qu’elle seule peut se remémorer.
  2. Demandez-lui de vous rappeler dans 10 minutes. Vous pourrez ainsi prendre le temps de faire des vérifications auprès d’un autre membre de la famille. Même si on vous a convaincu de n’en parler à qui que ce soit, il est toujours plus prudent de chercher des validations auprès de personnes de confiance dans votre entourage.
  3. Au téléphone, refusez toujours de donner votre numéro de carte de crédit à quelqu’un que vous n’avez pas vous-même contacté. N’ayez pas peur de raccrocher si la personne insiste.
  4. Si vous croyez être victime d’une fraude, portez plainte à la police et signalez le cas au Centre antifraude du Canada (1 888 495-8501).

N’hésitez pas à contacter votre conseiller ou à demander de l’aide à la caisse si vous souhaitez obtenir de plus amples informations par rapport au soutien et aux outils offerts par Desjardins en cas de fraude.

* Nous avons utilisé des noms fictifs afin de protéger l’identité de nos membres.

Recommandé pour vous