Devenir entrepreneur, un choix de carrière

L’entrepreneuriat n’a pas d’âge. L’important, c’est d’avoir une idée et d’y croire! Il faut avoir une passion qui nous allume - et aussi vouloir être son propre patron. Devenir entrepreneur ne se fait pas en criant «  bingo!  » Il faut savoir s’organiser, se faire bien accompagner et vouloir déployer les efforts nécessaires pour réaliser son rêve. Travailler pour soi ne veut pas dire ne pas travailler. Bien au contraire!

Geneviève Everell a fondé son entreprise Sushi à la maison après avoir roulé son premier maki. « Du moment où j’ai créé mon premier maki, ça a changé ma vie, parce que j’ai eu l’intention que ma vie soit un long maki sans fin. » Inspirant, non?

Avoir la fibre entrepreneuriale

Le goût de devenir entrepreneur se manifeste différemment pour chacun. Il n’y a pas de bonne recette pour se lancer en affaires. Dans une série de capsules - Lien externe au site. Cet hyperlien s’ouvrira dans une nouvelle fenêtre. produites par Academos, Geneviève Everell aborde l’importance de faire confiance à son instinct, de trouver sa ligne directrice et, surtout, de se poser les bonnes questions. Par exemple, qu’est-ce qui vous donne envie de ne pas tourner les coins ronds?

« Si vos instincts vous guident vers des idées de projets, vous avez peut-être la fibre entrepreneuriale. »

Faire le saut vers l’entrepreneuriat peut faire peur. Normal! C’est l’équivalent de se jeter dans le vide sans savoir si son parachute va s’ouvrir. Toutefois, selon Geneviève Everell, c’est aussi « la plus grande motivation pour pouvoir se dépasser ». Il faut avoir de l’appétit pour le risque quand on lance sa propre entreprise.

Bien sûr, le risque n’est pas pour tout le monde. Comme le diraient si bien nos grands-mères, ça prend de tout pour faire un monde! Alors si vous n’êtes jamais à court d’idées, mais que vous tolérez moins l’incertitude, l’intrapreneuriat - Lien externe au site. Cet hyperlien s’ouvrira dans une nouvelle fenêtre., c’est-à-dire la réalisation de projets à l’intérieur du cadre d’une entreprise, serait peut-être une solution plus indiquée - et tout aussi motivante - pour vous.

Accompagnement et outils

Lorsque votre idée a pris forme et que vous avez amorcé vos recherches, il faut vous entourer des bonnes personnes et des bons outils. Plusieurs sont offerts en ligne pour vous aider à établir des bases solides pour votre entreprise. Se lancer en affaires comporte plusieurs étapes importantes - Lien externe au site. Cet hyperlien s’ouvrira dans une nouvelle fenêtre. : réaliser un plan d’affaires, trouver du financement et les bonnes ressources, connaître ses compétiteurs, etc. Il est préférable d’avoir un bon plan pour bien canaliser vos efforts, gérer vos attentes et atteindre vos objectifs.

« Si j’avais été accompagnée par un mentor, par des gens un peu plus qualifiés, j’aurais pu me monter un plan d’affaires un peu plus précis par rapport à mes attentes, mes désirs, dans les deux, cinq, dix prochaines années. »

Comment bien définir son projet

Parlez-en avec vos proches et faites vos recherches. Vous rencontrerez probablement du scepticisme et des commentaires du genre : « C’est complètement fou cette idée-là! Ça ne marchera jamais! » Mais ne vous laissez pas décourager. Les projets ambitieux font souvent plus peur aux autres qu’à soi-même. Utilisez plutôt ces commentaires comme carburant pour creuser encore plus votre sujet et faire mûrir votre idée.

Devenez détective et renseignez-vous sur ce qui se fait et ne se fait pas dans le domaine visé par votre produit ou votre service. Cela vous aidera à déterminer la valeur de votre offre, car « souvent, on se dévalue », mentionne Geneviève Everell. Des recherches et des analyses de marché vous faciliteront aussi la tâche pour attribuer une juste valeur à ce que vous proposez. « N’ayez pas peur d’oser », précise l’entrepreneure.

CONSEIL

Geneviève Everell recommande de garder un emploi parallèlement au démarrage d’une entreprise. Ainsi, vous pourrez entre autres sécuriser votre revenu et prendre le temps de peaufiner votre plan d’affaires. « Je ne crois pas qu’on puisse devenir millionnaire du jour au lendemain avec notre projet. Allez-y une étape à la fois », dit-elle.

Se donner les moyens de réussir

Pour augmenter vos chances de succès, Academos recommande de développer 5 compétences clés - Lien externe au site. Cet hyperlien s’ouvrira dans une nouvelle fenêtre., dont l’autonomie, la persévérance et la prévoyance. L’organisme offre également la possibilité d’échanger avec des mentors de différents milieux et aux expériences variées pour en apprendre davantage sur les défis de l’entrepreneuriat. C’est comme si Yoda ou M. Miyagi vous donnait des conseils, au fond!

Encourager les jeunes entrepreneurs

Desjardins appuie aussi les jeunes entrepreneurs à travers différents programmes. Par exemple, le Microcrédit Desjardins - Lien externe au site. Cet hyperlien s’ouvrira dans une nouvelle fenêtre. aux entreprises vise à aider les travailleurs autonomes et les entrepreneurs de 18 ans et plus par du soutien technique et de l’accompagnement, notamment. Il y a également le programme Créavenir - Lien externe au site. Cet hyperlien s’ouvrira dans une nouvelle fenêtre., qui s’adresse aux personnes de 18 à 35 ans n’ayant pas accès au réseau de crédit traditionnel. En gros, vous pouvez profiter d’un petit coup de pouce pour que votre projet devienne plus facilement réalité!

Et puis, si on fait ce qu’on aime, travaille-t-on vraiment?

Recommandé pour vous