Régler vos dettes ou investir; comment choisir?

Régler ses dettes ou investir? Le choix n’est pas toujours facile. Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, il importe de faire la différence entre une bonne et une mauvaise dette.

Pour ce faire, laissons Philippe Guérin, planificateur financier chez Desjardins Gestion de patrimoine, nous expliquer de quoi il en retourne :

« Il ne faut pas mettre toutes les dettes dans le même panier! Certaines d’entre elles sont considérées comme bonnes, puisqu’elles sont liées à des actifs qui peuvent prendre de la valeur, tel un bien immobilier. Il est donc tout à fait normal, par exemple, de contracter un prêt hypothécaire pour acquérir une propriété, tout en s’assurant de respecter sa capacité de remboursement. Par contre, le financement de biens qui ne s’apprécient pas, comme une voiture ou des appareils technologiques, entre dans la catégorie des mauvaises dettes, puisque ceux-ci n’auront éventuellement plus de valeur. »

Vous hésitez entre réduire vos passifs ou accroître vos actifs? Nous vous accompagnons dans votre réflexion avec la démarche suivante.

1re étape - Dressez votre bilan financier

Au fil des ans, vos revenus ont probablement augmenté, ce qui peut laisser croire que votre rythme de vie a suivi cette tendance. Vos dépenses fixes, comme les versements mensuels pour l’hypothèque ou la location d’une auto, ainsi que les marges de crédit et autres formes de prêt à la consommation ont possiblement pris la même direction, faisant ainsi tourner la spirale de l’endettement.

Dans ce tourbillon d’obligations, il est primordial de faire le point sur l’état de vos finances. Comme vous avez probablement acquis des biens et accumulé des engagements financiers au fil des ans, c’est en préparant ou en mettant à jour votre bilan que vous pourrez avoir l’heure juste. Vous obtiendrez alors un portrait de votre situation financière, à partir duquel vous pourrez élaborer un plan d’action.

Voici quelques questions auxquelles vous devez répondre :

  • Êtes-vous toujours aligné avec vos objectifs financiers ou devez-vous les rajuster, notamment en termes d’épargne et de remboursement de vos dettes?
  • Votre budget est-il serré? Êtes-vous en mesure de respecter un certain équilibre entre vos dépenses, vos dettes et votre épargne?
  • Votre ratio d’endettement (paiements mensuels totaux ÷ revenus mensuels totaux) est-il inférieur à 36 %*?
  • Quelle est votre valeur nette - Cet hyperlien s’ouvrira dans une nouvelle fenêtre., soit la totalité de vos actifs (l’ensemble de vos biens ayant une valeur pécuniaire, qui vous appartiennent et font partie de votre patrimoine) moins la somme de vos passifs (dettes, obligations et charges)?

2e étape - Déterminez vos priorités

Peu importe où vous en êtes dans la vie, vous devez connaître la part de vos revenus nécessaire pour rembourser vos dettes et faire accroître votre épargne. Cette répartition doit être également alignée avec vos objectifs à court et moyen terme et de la façon dont vous souhaitez les atteindre.

Vous prévoyez des rénovations importantes, l’acquisition d’un chalet ou l’achat d’une roulotte? Serez-vous capable d’aller de l’avant tout en vous gardant une certaine marge de manœuvre dans la planification de votre retraite? En tenant compte de votre capacité financière, de votre budget - Cet hyperlien s’ouvrira dans une nouvelle fenêtre., et en vous fixant un échéancier pour chacun de vos projets, vous serez en mesure d’établir clairement vos priorités et de les respecter, à votre rythme.

3e étape - Établissez votre plan de match

Vous devez vous en douter, quand vient le temps de choisir entre le remboursement des dettes et la bonification de ses placements, il n’y a pas de formule magique… ni unique. Bien entendu, il demeure généralement préférable de favoriser le règlement rapide de vos dettes, en commençant par celles ayant un taux d’intérêt élevé, telles les cartes de crédit.

Une chose est certaine, vous pouvez vous faire accompagner par votre conseiller ou planificateur financier pour bâtir un plan adapté à votre situation et à vos besoins.

Voici quelques conseils pour vous aider dans votre planification :

  1. Si vous avez plusieurs engagements financiers, voyez s’il est possible de les regrouper ou de réduire leurs taux.

  2. Exemple :
    Utilisez l’équité sur votre propriété pour profiter d’une marge de crédit hypothécaire et de son taux d’intérêt avantageux.


  3. Comparez les taux d’emprunt et les rendements sur vos placements pour prendre des décisions éclairées.

  4. Exemple :
    Lorsque vient le temps de choisir entre rembourser un emprunt ou investir, il est important de considérer le risque de ne pas faire le rendement espéré et l’impôt sur le rendement obtenu. Le remboursement de l’emprunt s’avérera souvent le choix le plus judicieux.


  5. Assurez-vous d’avoir accès à des liquidités en vous dotant d’un fonds d’urgence qui vous laisserait une marge de manœuvre en cas d’imprévus.

  6. Exemple :
    En investissant dans un compte d’épargne libre d’impôt (CELI), vous feriez fructifier votre épargne et, selon les placements sélectionnés, vous pourriez accéder rapidement à des fonds en cas de besoin.


  7. Si vous le pouvez, maximisez vos contributions dans les véhicules de placement qui vous permettent de faire fructifier vos économies, tout en étant fiscalement avantageux.

  8. Exemple :
    Le CELI vous fait économiser à l’abri de l’impôt, tout comme le REER. Ce dernier diminue aussi vos revenus imposables, ce qui pourrait vous rendre admissible à des prestations ou des programmes gouvernementaux basés sur le revenu.


  9. Une fois vos dettes remboursées, utilisez les sommes qui leur étaient allouées pour bonifier votre épargne.

  10. Exemple :
    Lorsque vous avez terminé de payer votre auto, déposez le montant mensuel de cette dépense dans un véhicule de placement de votre choix et voyez votre épargne s’accumuler rondement.

    Qui paie ses dettes s’enrichit; qui investit aussi!

    Discipline et planification, voilà deux ingrédients qui peuvent vous permettre de mettre en place un plan d’action efficace pour la gestion de vos dettes et de votre épargne. Grâce à ce dernier, vous pourriez réduire votre stress financier et envisager l’avenir avec sérénité. De plus, vous pourrez avoir la possibilité de vous concentrer sur vos placements et vous offrir une retraite à la mesure de vos ambitions.

    * Un ratio d’endettement de 30 % est jugé excellent, un ratio de 30 à 36 % est bien vu, tandis qu’un ratio supérieur à 40 % pourrait compromettre l’approbation d’un prêt automobile, d’un prêt étudiant ou d’un prêt hypothécaire, sans compter les difficultés que vous pourriez éprouver à rembourser cet emprunt. À la différence de votre cote de crédit, qui dresse le portrait de vos antécédents de crédit, le ratio d’endettement tient compte de votre revenu actuel.

Recommandé pour vous