7 conseils pour réduire le gaspillage alimentaire et économiser

Saviez-vous qu’en moyenne, une famille jette ou gaspille annuellement l’équivalent de 1 100 $ de nourriture qui aurait pu être consommée1? Voici 7 conseils pour vous permettre d’économiser en réduisant le gaspillage alimentaire, dont certains vous étonneront.

À travers le monde, le tiers de la nourriture produite est perdue ou jetée1 : au champ, dans le transport, lors de la transformation, à l’épicerie, et même à la maison. En réduisant ce gaspillage, il serait possible de réduire les émissions de gaz à effet de serre, un geste important pour la planète et pour votre portefeuille!

Si vous souhaitez commencer à changer vos habitudes à la maison pour tenter de jeter moins d’aliments, il faut débuter en observant vos habitudes.

1. Sortez crayon et papier et notez ce que vous jetez

Guillaume Cantin est directeur général et co-initiateur de La Transformerie, organisme à but non lucratif lancé en 2017, véritable référence en matière de réduction du gaspillage alimentaire. « S’il n’existe pas de solution miracle pour éviter de gaspiller de la nourriture, la première chose que je conseille, c’est de faire un autodiagnostic de nos habitudes. »

Observer, constater et noter : voici la recette de base pour répertorier ce qu’on finit par jeter.

« Souvent, après un mois, les gens vont remarquer des schémas récurrents. La première étape, c’est de les éliminer. »

Dès lors la magie opère : en gaspillant moins, on dépense moins!

Selon Recyc-Québec, les trois principales raisons de gaspiller des aliments sont les suivantes :

  1. Ils ne sont plus appétissants parce qu’ils ont été laissés trop longtemps au frigo ou dans l’armoire.
  2. La date d’expiration est dépassée.
  3. Les restes ne sont pas mangés.

2. Organisez sans modération

Listes d’achats et de repas, noms et dates sur des contenants transparents et hermétiques déposés au congélo, visite à l’épicerie le bedon plein plutôt que vide font aussi partie de la recette pour éviter de trop acheter.

Prendre des photos ou une vidéo de l’intérieur du frigo avant de partir vous évitera la fameuse question dans l’allée 6 de votre supermarché : « en reste-t-il encore dans le frigo? »

Choisissez des fruits et légumes moins parfaits

Les fruits et légumes de forme différente ou qui sont abîmés sont souvent jetés parce que moins de gens les achètent, mais en réalité, ils goûtent aussi bon! Lors de vos achats, n’oubliez donc pas de réfléchir à quoi serviront vos fruits ou légumes, et prenez-en des moins jolis pour vos desserts ou vos soupes.

3. Cultivez votre autonomie alimentaire

Que ce soit sur un balcon, dans un potager ou un jardin communautaire, récolter ses aliments est très gratifiant. Pensons aux économies générées par les fines herbes, que l’on peut aisément faire sécher ou congeler, puis utiliser tout l’hiver.

En réalisant combien d’effort et de temps ça prend pour faire pousser une tomate, vous développerez un plus grand respect des aliments. Vous voudrez probablement les manger, jusqu’aux derniers, ou les partager avec vos proches.

La préparation de bocaux et conserves est aussi un bon moyen de préserver vos aliments pour la saison hivernale. Vous aurez ainsi accès à des fruits et légumes sans avoir à en racheter. Faites-en une tradition annuelle avec vos amis ou votre famille! Sauces tomates, légumes marinés, confitures et compotes sont toutes accessibles et faciles à partager!

En saison, les paniers hebdomadaires répondent positivement au plaisir d’épargner en mode écolo et d’encourager des productrices et producteurs locaux. « Faire ou acheter local accroît le respect à l’égard du produit. On devient donc moins enclin à le jeter », observe Guillaume Cantin.

4. Cuisinez avec stratégie

Une nouvelle recette vous fait acheter un condiment que vous ne pensez pas pouvoir réutiliser? Pensez à le remplacer par un autre que vous avez déjà ou développez des stratégies pour l’intégrer à vos prochaines recettes.

Aussi, il est bien d’avoir toujours à portée des ingrédients de base, prêts à cuisiner, comme des légumes pour faire une soupe, du yogourt pour transformer certains fruits fatigués en smoothies. Votre défi? Développer de nouveaux réflexes.

Idées économiques

Guillaume Cantin suggère de ne pas trop prévoir d’avance de repas dans la semaine!

« En allant un peu plus souvent à l’épicerie, on évite d’accumuler. Aussi, une certaine place aux imprévus permet, par exemple, d’éviter de gaspiller si des amis vous invitent à souper. »

Il conseille aussi de réutiliser certaines parties des fruits ou légumes que l’on peut rapidement avoir le réflexe de jeter. Exemples simples : transformer les pelures de pommes de terre en savoureuses croustilles, infuser ses queues de fraises en tisanes ou maîtriser l’art du touski!

Pensez aussi à vous entraider en famille et entre amis en partageant vos repas préparés. Il suffit que chacun prépare une double portion d’une recette, que vous échangez par la suite. En plus de ne pas avoir à manger le même repas plusieurs fois, vous pouvez découvrir de nouveaux plats!

5. Réorganisez votre frigo

Notez ces quelques trucs en vracs, dont plusieurs fournis par Guillaume Cantin :

  • Utilisez des plats transparents pour ne pas oublier leur contenu.
  • Ayez une section du frigo dédiée aux « à manger bientôt ». Excellente méthode, y compris pour les colocataires, en plus de souvent pouvoir rapidement répondre aux fringales.
  • Vérifiez la température du frigo. La chaleur parfaite pour conserver les aliments est entre 0 et 4 degrés Celsius. « La porte du frigo est l’endroit où les aliments se conservent le moins longtemps. » On évite donc d’y mettre la pinte de lait!

Bon à savoir

Faire refroidir au frigo des aliments chauds déposés dans des contenants scellés crée de la condensation qui va dégrader plus rapidement les aliments. Il est donc préférable de faire refroidir ses aliments sur le comptoir, avant de les mettre au frigo!

6. Jugez par vous-même

Guillaume Cantin rappelle que « certains produits sont encore bons, même après la date de péremption, qui agit avant tout comme un indicateur et non comme une vérité absolue. » Consultez le guide - Lien externe au site. Cet hyperlien s’ouvrira dans une nouvelle fenêtre. Meilleur avant, bon après? développé par la MAPAQ pour bien trier.

7. Stimulez l’entraide!

Jardiner
Si malgré toutes ces stratégies vos restants vous envoient la main, tentez de redonner au suivant : voisinage, famille, amis, collègues.

Dans ce grand mouvement de solidarité et d’entraide, les coopératives alimentaires, présentes dans toutes les régions, sont un moyen d’échanger, d’épargner et de participer, par des gestes individuels, au mieux-être collectif et… économique!

Au Québec, la Fédération des coopératives d’alimentation du Québec - Lien externe au site. Cet hyperlien s’ouvrira dans une nouvelle fenêtre. et le Regroupement des cuisines collectives du Québec - Lien externe au site. Cet hyperlien s’ouvrira dans une nouvelle fenêtre. sont de bonnes portes d’entrée dans une communauté à la fois économe, engagée et inspirante. La Transformerie - Lien externe au site. Cet hyperlien s’ouvrira dans une nouvelle fenêtre. et sa branche alimentaire Les Rescapés, sont aussi une excellente source d’inspiration et de mobilisation citoyenne.

À propos de la Semaine de la coopération

Chaque année, Desjardins profite de cette semaine pour souligner l’importance de l’entraide et du modèle coopératif auprès de ses membres et clients partout au Québec, Desjardins est fière de jouer un rôle important en matière d’autonomie et d’éducation financières.

Recommandé pour vous