Qu'est-ce que le chantage affectif et comment vous mettre à l'abri 

L’exploitation financière des personnes âgées est un phénomène qui peut exister dans tous les milieux et sous différents visages. Les conséquences qui en découlent compliquent souvent la vie de ceux et celles qui en sont victimes.

Puisque les abus financiers peuvent prendre plusieurs formes, cet article aborde l’une d’entre elles : le chantage affectif. Vous y découvrirez, entre autres, quelques exemples typiques de situations vécues et des conseils avisés pour éviter de céder contre votre gré à des demandes de vos proches.

Qu’est-ce que le chantage affectif?

Le chantage affectif, aussi appelé chantage émotif, survient lorsque quelqu’un, généralement un membre de votre famille ou un proche, cherche à profiter de votre situation de vulnérabilité pour vous réclamer de l’argent ou des biens. Pour arriver à ses fins, l’individu est prêt à manipuler vos sentiments et vos émotions de peur ou de culpabilité et même, parfois, il peut avoir recours à des menaces à peine voilées.

20 000 $ pour continuer à voir ses petits-enfants; le cas de Madame Labonté*

Madame Labonté est une fière grand-mère qui adore ses petits-enfants. Déjà grand-mère deux fois, elle vient d’apprendre que sa fille attend un troisième enfant. Lors d’une rencontre virtuelle avec son conseiller Desjardins, Madame Labonté lui a parlé des défis que cette bonne nouvelle générait sur le plan familial. Sa fille lui a dit qu’avec l’arrivée du nouveau bébé, elle souhaitait faire l’acquisition d’une maison plus grande. Elle aurait ainsi besoin de 20 000 $ pour la mise de fonds initiale.

Les valeurs liées à la famille sont importantes pour Madame Labonté et son mari, et ils aimeraient bien aider leur fille et son conjoint en prêtant la somme. En discutant ouvertement avec sa fille, Madame Labonté a tout de même émis des doutes sur leur capacité à rembourser le prêt, de même que sur leur volonté à le faire ultimement. Sa fille s’est alors fâchée. Elle a aussi ajouté que s’ils ne les aidaient pas en leur « prêtant » la somme demandée, c’était parce qu’ils n’aiment pas vraiment leurs petits-enfants.

Voilà bien un exemple typique de chantage affectif. La fille de Madame Labonté met de la pression sur sa mère pour obtenir la somme dont elle a besoin et pour ce faire, elle n’hésite pas à remettre en question leurs liens d’affection.

Ce que le conseiller Desjardins de Madame Labonté lui a suggéré…

Après lui avoir mentionné qu’il comprenait bien comment elle se sentait, le conseiller de Madame Labonté lui a rappelé qu’il s’agissait de son argent et qu’elle pouvait le gérer comme elle l’entendait. Puis, il a ajouté que la décision d’aider ou non un de ses proches lui revenait et qu’un refus n’enlevait absolument rien à l’affection qu’elle avait pour cette personne.

Par la suite, il lui a donné quelques conseils, advenant qu’elle consente à accorder le prêt, comme le fait de préparer une entente écrite bien détaillée spécifiant le montant du prêt et les modalités de remboursement. De cette façon, il n’y a pas de malentendu et il devient clair qu’il s’agit d’un prêt… et non d’un cadeau!

Méfiez-vous de ces possibles cas de chantage affectif!

  • Votre fils unique vous révèle que ses affaires vont mal et vous demande de signer une demande de prêt d’une valeur de 250 000 $ pour le refinancement de sa maison. Il précise que la situation doit se régler rapidement, et qu’il ne vous reste qu’à passer à la banque pour signer les papiers, car sans votre aide il perdra tout. Il devra aller vivre ailleurs et ne pourra plus vous visiter souvent.
  • Vous discutez avec la coiffeuse que vous fréquentez depuis plus de 20 ans. Comme elle sait que vous avez des sous, elle vous révèle qu’elle a des problèmes financiers et cherche à savoir si vous pourriez lui avancer des fonds à nouveau, tout en vous faisant sentir qu’elle ne voudra plus vous coiffer si vous ne le faites pas.
  • Vous vivez seul dans un appartement et votre sœur vient occasionnellement vous visiter pour s’occuper aussi de vos finances. Sans vous consulter, elle décide d’acheter une voiture neuve, avec votre argent, alors que vous n’avez pas de permis de conduire. De cette façon, elle pourra venir vous visiter plus souvent.

Sept conseils pour vous mettre à l’abri du chantage affectif

  1. Avant de prêter, donner ou remettre une somme à un proche, prenez le temps d’y réfléchir et demandez l’avis d’une personne neutre et objective pour pouvoir prendre une décision éclairée.
  2. Rédigez une reconnaissance de dette par écrit devant témoin avant de finaliser tout prêt d’argent, en vous assurant d’y inclure le plus de détails possible (montant, modalités de remboursement, intérêt, etc.), afin que ce soit clair qu’il s’agit bien d’un prêt et non d’un cadeau.
  3. Au besoin, demandez l’aide d’une personne en qui vous avez confiance, tel un conseiller juridique ou un notaire, pour examiner le contrat avant de le signer.
  4. Si vous souhaitez offrir un montant d’argent important à un proche en guise de cadeau, assurez-vous d’officialiser la transaction afin de prévenir les malentendus de la part des membres de la famille et de l’entourage. Établir sur papier les intentions claires et la provenance du don officialisera aux yeux de tous la provenance et l’intention derrière le transfert de la somme d’argent.
  5. Pour laisser les traces d’une entente, vous auriez avantage à effectuer le transfert de fonds en utilisant un mode de paiement facile à repérer; favorisez par exemple le chèque ou le virement au compte et évitez le paiement en argent comptant.
  6. Ne cédez pas sous la pression. Posez des questions pour bien comprendre la situation.
  7. Parlez de tout aspect de votre situation financière qui vous semble problématique à une personne de confiance, et faites-vous conseiller.

Être libre de contribuer financièrement aux projets de nos proches

Prêter de l’argent ou faire des cadeaux est avant tout un choix personnel. L’important est de se sentir libre de prendre une décision éclairée. La réflexion et la planification, que ce soit pour un prêt ou un don à partir de ses épargnes, sont une étape importante dans la gestion de votre patrimoine. Communiquez avec votre conseiller Desjardins qui pourra vous aider à mesurer la portée de ces décisions.

* Nous avons utilisé un nom fictif afin de protéger l’identité de nos membres.

Recommandé pour vous