Le piège de « l'argent facile » sur les réseaux sociaux

Intrigante, l’offre promet des milliers de dollars chaque mois; de « l’argent facile et rapide ». Il est tentant, pour un adolescent ou un jeune adulte peu renseigné, de se laisser séduire par cet argumentaire fort habile. Mélanie Massé, conseillère principale de la division Lutte contre la fraude chez Desjardins, démystifie ce stratagème… et ses conséquences pour les jeunes complices.

L’arnaque de l’argent facile expliquée

Les fraudeurs s’approprient de l’argent illégitime par différents moyens comme l’hameçonnage. Puis, à l’aide d’offres d’emploi fictives ou de publicités affichées sur les réseaux sociaux ou sur le web, ou encore en envoyant des messages privés, ils sollicitent généralement des jeunes de 14 à 25 ans.

« Les fraudeurs ne ciblent pas les jeunes pour leur argent, mais bien pour utiliser leur compte bancaire afin de récupérer les sommes acquises frauduleusement sans attirer l’attention vers eux. »

- Mélanie Massé, conseillère principale, Lutte contre la fraude, Desjardins

Les malfaiteurs n’opèrent pas toujours de la même façon, mais au bout du compte, ils déposent des sommes frauduleuses dans le compte du jeune complice. Ce dernier doit ensuite retirer l’argent, et le fraudeur lui promet alors une forme de rémunération, qu’il ne lui donnera pas toujours.

Les conséquences d’être complice

Toute personne qui donne volontairement accès à son compte bancaire à quelqu’un d’autre devient responsable des transactions qui y sont effectuées. Elle risque également d’être à son tour victime de vol d’identité dans l’avenir.

« Les jeunes croient souvent à tort que ce n’est pas grave de donner accès à leur compte parce qu’il contient peu ou pas d’argent; or, c’est l’action posée qui est frauduleuse et qui entraîne des conséquences. »

- Mélanie Massé, conseillère principale, Lutte contre la fraude, Desjardins

En plus de voir sa réputation ternie auprès de l’institution financière, un jeune complice sera obligé de rembourser la totalité des sommes fraudées et risque de se faire exclure de l’établissement financier en question. Ainsi, il compromet l’obtention de simples dépôts de paie, de même que la réalisation de certains projets de vie, comme l’obtention de financement pour l’achat d’une première voiture ou d’une maison.

D’autres conséquences pourraient s’ajouter : faire l’objet d’accusations criminelles, se voir refuser l’admission à certains programmes d’études ou éprouver des difficultés à se trouver un emploi dans les domaines de la finance, de la sécurité ou de la justice, entre autres exemples.

Signes de complicité à surveiller

Certains changements dans les habitudes de vie — pensons à l’achat de biens de luxe, de vêtements griffés et d’appareils électroniques, ou encore à des sorties fréquentes avec de nouveaux amis — qui dépassent les revenus disponibles peuvent être des signes de complicité. Des changements de comportement (devenir stressé ou anxieux; refuser de sortir de la maison, même pour se rendre à l’école; etc.) sont susceptibles d’indiquer qu’un jeune fait l’objet de menaces.

Comment agir en tant que parent

Discutez de l’arnaque de l’argent facile avec vos enfants afin d’éviter que cela leur arrive. Si vous soupçonnez ou si vous savez que votre jeune a été pris au piège, avisez l’institution financière de la situation pour faire bloquer l’accès au compte bancaire. Portez plainte au poste de police local; les différentes forces de l’ordre sont bien au fait de ce stratagème. Selon l’état émotionnel de votre enfant, obtenez du soutien psychologique auprès d’un professionnel de la santé.

« Les jeunes en parlent rarement entre eux, parce qu’ils ont honte de s’être fait prendre ou se sentent coupables. Ce sont en fait les victimes d’un stratagème extrêmement bien ficelé. »

- Mélanie Massé, conseillère principale, Lutte contre la fraude, Desjardins

Apprenez à vos jeunes ces bonnes pratiques

  • Ne JAMAIS donner sa carte de débit ou son numéro d’identification personnel (NIP) à qui que ce soit.
  • Éviter de divulguer des renseignements personnels et des informations confidentielles, surtout sur les réseaux sociaux.
  • Utiliser des paramètres de confidentialité élevés sur les réseaux sociaux (incluant les messages privés).
  • Éviter de répondre à des demandes provenant de personnes qu’on n’a jamais rencontrées physiquement ou qu’on ne connaît pas très bien.
  • En cas de doute, ne pas hésiter à demander l’aide d’un parent ou d’un adulte de confiance.
  • Si ça semble trop beau pour être vrai, faire confiance à son instinct!

Vous pouvez également leur partager cet article - Cet hyperlien s’ouvrira dans une nouvelle fenêtre. sur le sujet.

Recommandé pour vous