Le modèle d'affaires durable, pourquoi l'adopter?

De plus en plus, les pratiques de gestion écoresponsables jouent un rôle important dans la réussite et le rendement d’une entreprise. En tant qu’entrepreneur, comment peut-on atteindre cet objectif au-delà des normes écoresponsables auxquelles doivent répondre les entreprises? Par où commencer? L’aventure peut paraître complexe et parfois même hasardeuse, mais le jeu en vaut vraiment la chandelle!

Par où commencer

À la lumière de sa propre expérience entrepreneuriale, Céline Juppeau, fondatrice de Kotmo, partage ses réflexions et sa démarche avec d’autres entrepreneurs désireux d’évoluer vers un modèle d’affaires responsable.

Une démarche de développement durable se traduit par l’adoption progressive de pratiques de gestion qui améliorent le rendement de votre entreprise sur les plans :

  • financier;
  • environnemental;
  • social;
  • de la gouvernance.

Une telle démarche vise à ce que les activités de l’entreprise aient des répercussions positives sur le milieu d’affaires et la communauté par l’adoption de pratiques de gestion écoresponsables, innovantes et basées sur un dialogue avec les parties prenantes.

Source : www.economie.gouv.qc.ca - Lien externe au site. Cet hyperlien s’ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Selon Mme Juppeau, les nouveaux entrepreneurs ont une grande responsabilité sur les épaules, celle de réfléchir la vision à long terme de leur entreprise selon des valeurs et un modèle qui embrassent les dimensions environnementale, sociale et économique. Elle nous partage ses incontournables pour évoluer vers une philosophie de gestion responsable dans le cadre des Rendez-vous du Réseau M.

La conscientisation

« La conscientisation est à la base de tout, estime Céline Juppeau. Ainsi, la structure de l’organisation et son offre de service doivent considérer les aspects environnementaux et sociaux. Nous sommes responsables, en tant qu’entrepreneurs, de savoir comment notre entreprise va affecter la société dans 40 ans. C’est seulement de cette façon qu’on arrive à bâtir quelque chose de durable et d’assurer la pérennité de l’entreprise. »

Définir sa vision

À la suite de cette prise de conscience, on doit se questionner sur ce que l’on veut créer, pourquoi et comment. « Notre vision d’affaires durables exige de bien définir nos objectifs d’affaires, de faire des choix réfléchis et responsables en gardant bien en tête qu’on ne peut pas tout faire en même temps, insiste-t-elle. Pour réussir, il faut y aller progressivement, par étape, et respecter ses limites en mettant l’accent sur ce qu’on veut atteindre. »

Déterminer ses leviers d’action

Où peut-on agir pour avoir une incidence? « Dans mon entreprise par exemple, mon approvisionnement en matières premières et ma production de déchets sont des aspects que j’ai cernés parmi mes leviers d’action, illustre-t-elle. Ainsi, je me suis mise à la recherche de solutions et j’ai exploré les meilleures pratiques pour arriver à prendre progressivement le contrôle. »

Elle insiste sur l’importance de discuter de son projet, de partager ses expériences et évidemment de rester à l’écoute des autres. « C’est la meilleure façon d’avancer dans cette direction. Une démarche du genre exige beaucoup de réflexions, on doit avoir conscience à la fois des répercussions et des possibilités de contrôle à venir. »

Mobiliser l’équipe

Il est très important de travailler en équipe à l’atteinte de nos objectifs, selon Céline Juppeau. La mise en valeur de cette démarche écoresponsable auprès des employés est primordiale. Elle peut en effet séduire bien des travailleurs pour qui le souci de l’environnement est une corde sensible. Cette initiative peut donc contribuer à mobiliser les troupes autour de valeurs qui les rejoignent personnellement. « Poursuivre une cause qui leur tient à cœur est une bonne façon de fidéliser les employés, de leur donner une raison supplémentaire de choisir un employeur et de s’engager dans son succès, mentionne Mme Juppeau. Cette vision est rassembleuse et motivante au quotidien. »

Utiliser les outils disponibles

Créée aux États-Unis il y a une quinzaine d’années, la certification B-Corp vient certifier que les répercussions de l’entreprise sont positives tant sur sa gouvernance que sur ses employés, sa clientèle, ses fournisseurs et la société en général. « Cet outil aide l’entrepreneur à fixer ses objectifs et à déployer progressivement sa démarche dans le temps, souligne Céline Juppeau. B-Corp propose un questionnaire en ligne pour voir où l’on se situe et quels sont nos grands chantiers. Lorsqu’on entame cette certification, il faut se conformer à un article de loi stipulant que le but de l’entreprise n’est pas l’enrichissement des actionnaires, mais bien de contrôler et de réduire ses effets environnementaux, sociaux et économiques. L’ONU a également mis en place un outil semblable qui peut être consulté en ligne. »

Assurer une santé financière

La santé financière est aussi une grande responsabilité de l’entreprise dans sa volonté de durabilité. L’aspect financier demeure l’enjeu le plus préoccupant pour bien des entrepreneurs qui veulent s’engager dans une démarche d’actions responsables. Plusieurs craignent de devoir s’engager dans des dépenses considérables ou de voir un effet négatif sur leurs bénéfices à court et à moyen terme. « De là l’importance d’y aller par étape, de ne pas se lancer tête baissée dans des changements radicaux et immédiats, souligne Mme Juppeau. La clé du succès demeure dans un processus progressif et réfléchi. »

Par ailleurs, cette dernière mentionne que de plus en plus d’organismes de financement intègrent le volet du développement durable dans leurs critères d’admissibilité. « Ils sont nombreux à exiger que l’entreprise ait une politique en ce sens, précise-t-elle. En ce qui concerne Kotmo, nous faisons affaire avec la Caisse d’économie solidaire Desjardins, spécialisée en économie sociale et en investissement responsable. »

Se positionner pour l’avenir

S’engager à adopter une politique de développement durable, qui concilie responsabilités sociales, environnementales, économiques et de saine gouvernance, témoigne de valeurs fortes et d’une réelle volonté de changement. L’heure est à la conscientisation à l’échelle planétaire et chaque petit geste compte. En y allant une bouchée à la fois et en utilisant des outils mis à la disposition des entrepreneurs pour leur faciliter la tâche, tout est possible.

Recommandé pour vous