L'importance de la pharmacogénétique dans votre régime d'assurance collective

Vous avez sans doute entendu parler des tests génétiques qui prétendent retracer notre généalogie à partir d’un échantillon de salive. Le milieu médical pousse la science plus loin et fait le lien entre notre ADN (notre génétique), et celle des médicaments disponibles pour traiter une maladie. C’est là que la pharmacogénétique prend tout son sens. Cette discipline a vu le jour dans les années 19501, mais son application sous forme de tests offerts au grand public est relativement récente, et de plus en plus répandue.

Pourquoi s’intéresser à ces tests? Quelle information peut-on en tirer?

Afin de nous aider à répondre à ces questions, nous avons eu recours à l’expertise de Nathalie Rivest, B. Pharm., M. Sc. Directrice de produit, Assurance médicaments chez Desjardins Assurances.

Qu’est-ce que la pharmacogénétique?

À prime abord, la pharmacogénétique peut sembler difficile à comprendre; en fait, cette discipline étudie comment les variations (ou mutations) génétiques peuvent influencer les variations des effets d’un médicament - variations des bénéfices, des effets indésirables, ou de la dose à prescrire.2

Nous avons tous une bonne idée de ce qu’est la génétique; un oncle qu’on n’a pas vu depuis des années qui nous dit qu’on est « le vrai portrait de sa mère » fait référence à notre génétique. Tout comme le médecin qui nous demande si nos parents ou notre fratrie souffrent de telle ou telle maladie. Notre réponse à cette question toute simple lui mettra la puce à l’oreille quant à nos prédispositions à la maladie dont nous manifestons les symptômes. Après nous avoir prescrit un médicament habituellement recommandé pour soulager ces symptômes, s’il constate qu’il ne semble pas agir sur nous ou entraine des effets indésirables, il modifiera le dosage ou proposera un autre médicament et attendra d’en constater les effets.

Il peut aussi prendre un raccourci intéressant et recommander un test pharmacogénétique pour tenter d’identifier le médicament qui fonctionnerait le mieux pour nous. On réfère souvent à cette approche comme étant de la médecine personnalisée.

De l’avis de Nathalie Rivest, « Il faut toujours garder en tête que, sans être la solution magique à une guérison certaine, le fait de pouvoir cibler un médicament plus compatible à la génétique de la personne malade comporte des avantages certains pour augmenter les chances de succès d’un traitement ».

Les bienfaits de la pharmacogénétique en milieu de travail

L’absence d’un(e) collègue pour une période indéterminée vient immanquablement bousculer l’organisation du travail de tous les membres de son équipe, gestionnaire y compris. Les répercussions sont réelles : incertitude, charge de travail modifiée ou augmentée, projets mis de côté, stress généralisé. Les spécialistes en gestion de l’invalidité mettent tout en œuvre pour aider les employé(e)s à se rétablir et réintégrer le travail dans les meilleures conditions possibles - Cet hyperlien s’ouvrira dans une nouvelle fenêtre.. Après en avoir évalué la pertinence, ils peuvent leur proposer de faire un test pharmacogénétique, une solution non intrusive et accessible.

Pourquoi faire un test pharmacogénétique?

Les tests pharmacogénétiques étudient les gènes (du patient) qui pourraient influencer la réponse de l’organisme à un médicament. Cette analyse permet d’identifier les compatibilités entre la personne malade et les médicaments offerts pour la traiter.

1. Comment ça fonctionne?

Tout est affaire de compatibilité génétique! En gros, on extrait des cellules de la salive pour en lire la séquence de la molécule d’ADN; on mesure des centaines de petites différences à différentes positions spécifiques sur la molécule3. À partir de ces données, on cherche ensuite les compatibilités avec les médicaments recommandés et on prescrit celui qui en présente le plus, ou du moins qui présente le moins d’incompatibilités.

2. C’est précis?

Comme il faut se baser sur les données d’ADN disponibles, plus on a de gens qui font ces tests, plus on a un grand bassin de séquences génétiques d’ADN auxquelles comparer celles de la personne malade. On compare donc notre ADN à celui de parfaits inconnus, mais qui ont un profil génétique semblable au nôtre, ont pris les mêmes médicaments pour traiter les mêmes symptômes, et qui ont réagi de telle ou telle façon au traitement.

Mise en garde

Il faut demeurer prudent! Le fait d’ajuster un médicament en fonction du profil génétique d’une personne ne garantit pas ses chances de guérison. Cela permet surtout d’éviter la méthode essai-erreur, qui peut s’étirer sur quelques mois, et causer des désagréments au patient sans pour autant soulager ses symptômes.

Un allié pour la santé mentale

On utilise de plus en plus ces tests pour faciliter le traitement de plusieurs problèmes de santé mentale et physique, pour lesquels il arrive que le premier médicament prescrit ne soit pas nécessairement le plus efficace, souvent pour des raisons de compatibilité génétiques. La période des essais-erreurs peut s’avérer éprouvante pour une personne malade; les effets indésirables, le peu d’amélioration de son état, l’obligation d’essayer un nouveau médicament finissent par miner un moral déjà atteint chez certaines personnes. La possibilité d’obtenir le traitement le mieux adapté dès le départ limite les inconvénients désagréables des essais-erreurs, et possiblement plus rapidement la durée du processus de guérison. Ces avantages profitent autant à l’employé(e), qu’à l’employeur et tous les membres de son équipe.

Les problèmes de santé mentale - Cet hyperlien s’ouvrira dans une nouvelle fenêtre. comptent pour près de 30 % des réclamations pour invalidité de courte et de longue durée à l’échelle nationale. Ils sont aussi l’un des trois principaux motifs à l’origine des réclamations selon 80 % des employeurs4, tous secteurs d’activité confondus.


Les tests les plus courants permettent d’aider les personnes atteintes de :

Recommandé pour vous