5 façons de planifier la croissance de votre entreprise

Les entrepreneurs peuvent voir souvent passer des occasions d’affaires qui pourraient assurer la croissance et la pérennité de leur entreprise. Lesquelles méritent d’être saisies? Comment s’y prendre? Chantal Durocher, directrice Développement des affaires pour Desjardins Entreprises, présente les facteurs clés pour s’y retrouver.

Il y a plusieurs façons de préparer sa stratégie de croissance

Les retombées de la croissance peuvent s’étendre bien au-delà des finances. Toutes les dimensions de l’entreprise — y compris le capital humain, l’immobilier et les autres actifs — sont appelées à grandir et à se complexifier. Pour répondre à une hausse de la demande ou simplement dans le but de renforcer votre position vis-à-vis de la concurrence, la planification et la gestion de la croissance est une étape fondamentale pour le développement d’une entreprise.

1. Connaître son entreprise

Avant de viser la croissance, il faut une certaine stabilité. Cela implique notamment un approvisionnement fiable, assez d’effectifs, une production performante et une livraison de ses produits et services à temps. Régler les éléments défavorables évite que la croissance ne les aggrave. Au besoin, on peut sous-traiter, investir dans des équipements ou ajouter des quarts de travail.

On évalue ensuite le potentiel de croissance en fonction des ressources en place. Pour vendre davantage de produits ou de services, il faut plus de matière première et de temps; peut-on en obtenir suffisamment, dans les délais et sans compromis sur la qualité? Plus de gens et de stock nécessitent plus d’espace; peut-on optimiser les bureaux actuels ou un déménagement serait-il à prévoir?

2. Surveiller le marché et ses perspectives

Quelle place l’entreprise occupe-t-elle sur le marché? Qu’en est-il de ses concurrents? Ces observations peuvent aider à cerner des occasions de croître. Par exemple : trois manufacturiers spécialisés remportent à parts égales leurs appels d’offres. Si deux d’entre eux fusionnent, ils se retrouvent en position dominante vis-à-vis du troisième.

On peut apprendre beaucoup des chefs de file de l’industrie, mais les grandes innovations peuvent se cacher parfois ailleurs. On peut s’inspirer d’un tout autre domaine pour automatiser un processus auquel personne n’a pensé.

S’il y a un élément qui distingue les entrepreneurs connaissant du succès dans leur croissance des autres, c’est bien de demeurer à l’affût des perspectives économiques et des mouvements de société. Suivre l’actualité et anticiper les tendances aide à prendre des décisions éclairées pour planifier la croissance de son entreprise.

3. Sécuriser du financement

Une croissance rapide peut exercer une forte pression sur les liquidités : fournisseurs à payer, nouvelles embauches, investissements supplémentaires, délai avant la réception du paiement… Ce n’est pas lorsqu’on manque d’argent en cours de contrat qu’il faut discuter de ses projets de croissance avec son institution financière, mais plutôt en amont, au moment où en envisage de déposer une soumission! Avoir des ententes de crédit déjà en place permet à l’entreprise de réagir en toute confiance quand la bonne occasion se présente.

4. Analyser les occasions et leurs retombées

De nombreuses stratégies peuvent mener à la croissance : acquérir un concurrent ou un partenaire, développer de nouveaux produits ou services, s’étendre sur des marchés étrangers… Par contre, aucune entreprise n’a de fonds illimités; il faut donc accorder les priorités en fonction de nos moyens et de nos partenaires financiers.

Par le biais d’une vérification diligente, on analyse chaque occasion et ses conséquences possibles sous différents angles :

  • S’agit-il d’une occasion pérenne ou plutôt d’un coup d’argent rapide?
  • Permet-elle d’accroître nos parts de marché?
  • Rend-elle possibles des économies d’échelle?
  • A-t-on les ressources humaines et financières, l’approvisionnement et les équipements nécessaires pour respecter cet engagement? Si non, quel est le plan de match pour les obtenir?
  • Quand atteindra-t-on la rentabilité? A-t-on la capacité financière requise ou a-t-on besoin d’un investisseur pour nous appuyer?
  • Quels sont les risques?

5. Saisir les occasions stratégiques

Les occasions stratégiques sont celles qui vont souvent renforcir la position de l’entreprise et qui s’alignent avec ses objectifs. Ce sont celles-là, les priorités! Par exemple, avec l’acquisition d’un fournisseur, une entreprise pourrait réduire sa dépendance en matière d’approvisionnement, mieux contrôler sa production, accroître sa rentabilité et se doter d’un avantage concurrentiel. À l’inverse, les occasions non stratégiques peuvent présenter souvent des pièges :

  • Des employés pourraient mal s’expliquer les choix de l’entreprise et ne plus reconnaître la vision à laquelle ils ont adhéré.
  • Acquérir une société dont les produits ont fait l’objet d’un rappel ou qui a une connotation négative peut entacher la réputation de l’entreprise.
  • Les ressources investies dans une occasion non stratégique ne sont plus disponibles pour en saisir d’autres qui cadrent mieux avec les objectifs.

Savoir gérer le rythme de croissance

Les entreprises à fort potentiel de croissance ne se retrouvent pas qu’en technologie. Souvent, il s’agit d’abord d’organisations dont les fondateurs et les dirigeants sont des visionnaires qui anticipent ou qui créent des besoins pour les consommateurs et les entreprises. Quand on propose quelque chose qui facilite la vie des gens, qu’on les aide à résoudre un problème ou à passer plus de temps de qualité avec leurs proches, le potentiel est là. Or, il faut avoir les moyens de ses ambitions, et un rythme trop rapide peut piéger l’entreprise. Le plus grand danger d’une croissance soudaine, c’est de ne pas être en mesure de respecter ses engagements et de livrer la marchandise.

Pour réunir les conditions de succès, mieux vaut connaître ses forces, engager des gens aux expertises complémentaires et bien s’entourer de professionnels de confiance qui ont l’habitude de réaliser des transactions ou d’accompagner des entrepreneurs dans de tels projets. Cette planification permet de comparer différents scénarios possibles pour ensuite établir l’ordre de priorité. « N’hésitez pas à discuter de vos objectifs et de vos ambitions avec votre directrice ou votre directeur de comptes pour profiter de son expérience et de son accompagnement dans vos projets de croissance », suggère Chantal Durocher.