6 conseils pour bien choisir votre assurance vie

L’inflation et l’augmentation des taux hypothécaires ont déstabilisé le budget de bien des familles. D’un point de vue strictement financier, nous avons réalisé collectivement que l’avenir est plein de surprises, ce qui démontre l’importance de protéger ses proches par une assurance vie adéquate. Voici les recommandations d’Étienne Belzile-Paquet, responsable du pilier protection et planificateur financier chez Desjardins.

1. Définissez vos intentions

L’assurance vie peut remplir des rôles bien différents et certains types de produits y sont mieux adaptés que d’autres.

Chez une famille avec enfants dont l’objectif est de combler la perte de revenu advenant le décès d’un parent pour conserver le même niveau de vie, une assurance temporaire peut être une option intéressante. Une assurance vie temporaire de 10, 20 ou 30 ans permettra de verser un montant forfaitaire à la suite du décès, moyennant le paiement d’une prime fixe pendant la période déterminée. Au terme du contrat, votre couverture d’assurance vie personnelle prendra fin.

Voici un autre scénario : un entrepreneur s’inquiète qu’à son décès, sa succession se retrouve avec une importante facture d’impôt à cause de la vente de son entreprise. Une assurance vie permanente peut alors offrir un moyen avantageux de garantir une prestation pour régler l’impôt à la suite du décès, avec une protection à vie.

D’autres produits comme l’assurance avec participation et l’assurance universelle peuvent même inclure un volet épargne, qui permet d’utiliser vos fonds de plusieurs façons, comme offrir une base financière à vos proches, financer la croissance de votre entreprise ou augmenter votre revenu de retraite.

2. Déterminez le montant dont vous avez besoin

L’assurance vie peut permettre de couvrir certaines dépenses liées au décès, comme les frais funéraires, et de remettre un montant d’argent aux proches, selon les volontés de chacun. L’assurance vie permet aussi de rembourser les dettes personnelles du défunt, par exemple, le solde d’une carte de crédit.

« Effectuer un bilan financier, par un professionnel financier par exemple, est à la base de l’analyse de besoins pour connaître l’écart entre notre passif et notre actif advenant le décès; ensuite, l’évaluation de notre coût de vie s’ajoute au précédent calcul », explique Étienne Belzile-Paquet. « Ce calcul donne le montant d’assurance qu’il nous faut pour combler le manque et s’assurer que la famille maintienne le même niveau de vie. »

3. Évaluez la durée de la protection désirée

Pendant combien de temps souhaite-t-on protéger nos proches? En théorie, si une famille où 2 parents gagnent un salaire net de 50 000 $ par année veut s’assurer d’un revenu équivalent pendant 10 ans, on prévoit une couverture de 500 000 $ pour chacun, selon une multiplication bien simple. « En pratique, on ajoute certains paramètres comme le taux d’inflation et le taux d’intérêt que pourrait générer l’argent placé, pour avoir un calcul plus réaliste », poursuit le planificateur financier. Les conseillers en sécurité financière utilisent des logiciels d’analyse pour établir de telles projections et déterminer les besoins avec précision.

4. Souscrivez tôt!

Le coût d’une police d’assurance est calculé entre autres en fonction de l’âge du demandeur. Dans la plupart de cas, plus on vieillit, plus le prix augmente. À l’inverse, quand on est jeune, les problèmes de santé pouvant mener à une surprime ou à un refus sont généralement plus rares. De plus, il est moins probable que la demande nécessite des tests supplémentaires, ce qui simplifie beaucoup le processus.

5. Adoptez de saines habitudes de vie

L’état de santé influence également la tarification, de même que l’usage du tabac. En plus de remplir un questionnaire médical, il est possible d’avoir à passer certains tests cliniques - généralement une prise de sang et une analyse d’urine, mais un assureur pourrait exiger des examens supplémentaires - selon l’âge et le montant de couverture demandé.

6. Demandez l’aide d’un conseiller

Entre les différentes catégories de produits, les niveaux de protection et la durée des polices, il est facile de s’y perdre. « Les outils en ligne peuvent faire une partie du travail, mais un conseiller en sécurité financière amène la réflexion plus loin, en veillant à bien analyser le montant de protection requis et le type de produit le plus approprié », recommande Étienne Belzile-Paquet. « Les conseillers en sécurité financière sont là pour ça! ».

Recommandé pour vous