6 situations propices à l'achat impulsif à éviter


Le temps des fêtes, les super aubaines ou les braderies sont des périodes où la proportion d'achats impulsifs augmente en flèche.

Marie-Christine Daignault | Mouvement Desjardins

De 5 à 10 % des consommateurs développent un problème d’endettement en lien avec une consommation compulsive. À l’autre bout du spectre, se retrouvent des épargnants disciplinés pour qui tout est savamment budgété. Entre les deux, 80 % de la population !

Ainsi, la majorité des consommateurs sont généralement des consommateurs responsables qui vont occasionnellement se laisser tenter par un achat spontané ou impulsif.

Candidate au doctorat en marketing à la John Molson School of Business de l’Université Concordia, Maryse Côté-Hamel étudie le comportement du consommateur. Elle dresse la liste des situations les plus propices aux achats impulsifs.

1. Magasiner avec son conjoint ou un ami
« La présence du conjoint ou d’un ami influence les désirs d’achat : nous sommes plus à l’aise, nous sollicitons leur avis et, ainsi, nous nous mettons plus à risque de nous laisser tenter par une petite gâterie et de faire des achats non prévus», explique Maryse Côté-Hamel.

De manière générale, magasiner seul est mieux et magasiner avec un membre de la famille (autre que le conjoint) est encore mieux, car la présence d’un enfant ou d’un parent diminue les désirs d’achat.

2. Les périodes de super aubaines
Le temps des fêtes, les super aubaines ou les braderies sont des périodes où la proportion d’achats impulsifs augmente en flèche. « Le 26 décembre, on n’a pas soudainement besoin d’articles dont on pouvait se passer quelques jours auparavant. Ces achats non prévus ne répondent pas nécessairement à un besoin réel du consommateur, c’est plus un désir qui naît d’un bon prix et c’est tellement facile de se laisse charmer. »

3. Attention aux petites « faiblesses »!
Les gens seront généralement très impulsifs dans une catégorie d’achat particulière, souvent liée à leurs intérêts personnels : vêtements, articles de cuisine, souliers, outils, jeux vidéo… Tout le monde connaît sa « petite faiblesse » de consommation et il est plutôt simple d’éviter de se mettre en situation de dépense folle en évitant de visiter son magasin préféré « juste pour le plaisir ».

4. Faire du magasinage une activité sociale
Attention à ce que le magasinage ne devienne pas une activité sociale au même titre qu’écouter un film ou aller au restaurant. « C’est sans aucun doute la pire influence pour augmenter ses désirs d’achat. »

Beaucoup d’études démontrent que plus nous passons du temps dans les magasins, plus nous sommes à risque de faire des achats non prévus. « Logiquement, si vous passez la journée au centre commercial, vous risquez de voir beaucoup de produits tentants », constate la doctorante.

5. Se fixer uniquement un prix plafond
« Avec un budget lié uniquement au prix, souvent le consommateur va se donner la permission de faire des achats supplémentaires s’il reste de l’argent après avoir épuisé sa liste d’achats », prévient Maryse Côté-Hamel.

L’idéal est plutôt de se fixer un intervalle de prix et non pas un prix plafond. « Plusieurs consommateurs vont dépenser jusqu’au dernier sou, prétextant qu’ils respectent leur budget. Étrangement, notre budget ouvre alors la voie à des achats non prévus lorsqu’on fait des économies sur d’autres produits.»

6. L’achalandage
L’achalandage dans les magasins joue en notre défaveur. « Quand il a beaucoup de monde, le consommateur prend moins de temps pour réfléchir au choix des produits, est plus distrait et risque de faire des achats impulsifs parce qu’il y a beaucoup de monde autour. »

Magasiner dans des périodes plus creuses, le matin par exemple, aide à se donner du temps pour réfléchir à ses achats ou, du moins, évite de se sentir pressé ou bousculé.

Pourquoi ne pas utiliser le magasinage en ligne pour s’informer sur le produit et comparer les prix ? C’est une façon simple d’en avoir plus pour notre argent et de nous assurer d’acheter des produits de qualité.

« Le magasinage en ligne facilite la prise de renseignements et les achats plus réfléchis, surtout dans le temps des fêtes où les conseillers n’ont pas nécessairement le temps de répondre aux questions des consommateurs. »

Bon magasinage !

Tous les articles

La fonction Commenter n’est pas disponible pour le moment.
Merci de votre compréhension.

Partagez ce billet