4 questions pour comprendre le risque de change transactionnel


Mal comprendre les rudiments du risque de change constitue un risque bien réel, particulièrement pour les petites entreprises dont les liquidités sont limitées.

Marie-Christine Daignault | Mouvement Desjardins

Peu d'entrepreneurs prendraient le risque de ne pas protéger leurs biens contre les imprévus. Toutefois, plusieurs oublient de protéger leur but ultime : leur profit.

Pour toutes les entreprises qui transigent sur les marchés internationaux, le risque de change est bien réel et, face à la volatilité du marché des devises en général, il ne doit pas être négligé.

Pour bien s'en protéger, il faut d'abord bien le comprendre.

1. Qu'est-ce que le risque de change de transaction ?
Le risque de change concerne les payables ou les recevables en devises étrangères engendrées à la suite de contrats déjà signés (ou à venir) de l'entreprise. Il s'agit du risque que la devise fluctue de façon défavorable à l'entreprise et ainsi que celle-ci doive la convertir selon des conditions moins favorables que celles qui étaient originalement budgétées. Ce risque concerne autant les importateurs que les exportateurs.

2. Pourquoi s'en protéger ?
Avec la volatilité des taux de change observée au cours des dernières années, mal comprendre les rudiments du risque de change constitue un risque bien réel, particulièrement pour les petites entreprises dont les liquidités sont limitées.

Quelques avantages d'une couverture :
• Éliminer l'incertitude liée à la fluctuation des taux de change
• Faciliter la mise en place d'une planification budgétaire
• Protéger sa structure de coûts ou de profits
• Focaliser sur les activités principales de l'entreprise

3. Comment faire ?
Il existe des produits conçus spécialement pour réduire, voire éliminer, les risques provenant des fluctuations des devises étrangères et ainsi aider les entreprises à mieux traverser les périodes de volatilité extrême.

Contrat à terme
Le contrat à terme est un engagement entre 2 parties visant à acheter ou à vendre un montant à une date et un taux prédéterminés. À l'échéance du contrat, le taux de conversion sera le taux du contrat, peu importe le taux du marché. Le contrat à terme permet donc à l'entreprise de se protéger contre un mouvement défavorable de la devise.

Swap de devises
Il s'agit d'un outil de gestion de trésorerie très populaire auprès des entreprises ayant des entrées et des sorties de devises étrangères à des dates différentes ou imprévues. Il consiste en 2 transactions opposées effectuées simultanément avec le même montant de notionnel.

Le swap de devises est utilisé pour certaines transactions:
• Appariement des flux monétaires
• Devancement et report d'un contrat à terme
• Financement

Option vanille
L'option vanille, autre nom pour l'option classique, donne le droit à l'acheteur (entreprise) d'acheter ou de vendre un montant de devises étrangères à une date et un taux prédéterminés. De son côté, le vendeur (institution financière) de l'option a l'obligation d'acheter ou de vendre à l'acheteur de l'option si ce dernier exerce son droit.

L'entreprise se garantit ainsi un taux plancher ou un taux plafond tout en se donnant la chance de bénéficier d'un mouvement favorable de la devise. Pour obtenir ce droit, l'acheteur de l'option doit payer une prime à son institution financière.

Stratégies d'options
Le désavantage des options vanille est la prime versée au moment d'acheter l'option. Cette prime peut être relativement élevée selon le niveau de protection souhaité.

Heureusement, en combinant l'achat et la vente d'une option, il est possible de créer des stratégies d'options sans prime. Les stratégies d'options sans déboursé assurent une protection contre un mouvement défavorable de la devise tout en permettant de bénéficier d'une certaine portion d'un mouvement favorable de cette devise. Il existe plusieurs stratégies d'options pouvant être adaptées selon les besoins de l'entreprise

4. Comment établir une politique de change ?
Une fois que l'entrepreneur connaît bien le risque de change et certains instruments de couverture, il devient plus évident de mettre sur pied une politique de change, dont l'objectif visera à gérer adéquatement ce risque.

Définir ses besoins 

  • Quel pourcentage de mes comptes clients et de mes comptes fournisseurs est en devises étrangères ?
  • Quelle est ma tolérance à la fluctuation du taux de change ? À partir de quel niveau la rentabilité de l'entreprise est-elle menacée ?
  • Puis-je faire coïncider les dates  d'échéance et les montants de mes comptes fournisseurs et clients lorsqu'ils sont libellés dans la même devise ?
  • Puis-je facturer à ma clientèle les pertes encourues en raison d'une variation du taux de change en haussant mes prix ?
  • Est-ce que je prévois faire d'importants investissements à l'étranger à court terme ?

Choisir la stratégie la mieux adaptée 

  • Absence de couverture
  • Transactions ponctuelles seulement
  • Couverture systématique et complète
  • Couverture sélective et partielle
  • Couverture naturelle

Rester à l'affût
Choisir l'instrument de couverture qui convient le mieux à sa situation est la meilleure façon de protéger son entreprise contre les risques de pertes liés aux fluctuations du taux de change. Connaître et comprendre les produits aide à voir lequel (ou lesquels) convient le mieux.

Réviser sa politique de change au besoin
L'étape finale est la mise en place de la stratégie. La gestion du risque de change est un processus dynamique. L'entreprise doit garder un œil attentif sur l'évolution de ses besoins et les conditions du marché et ajuster le tir au besoin.

Tous les articles

La fonction Commenter n’est pas disponible pour le moment.
Merci de votre compréhension.

Partagez ce billet