À vos marques, prêts... épargnez !


Mais pourquoi diable autant de gens cotisent-ils à leur REER à la dernière minute? Alors que plusieurs solutions permettent d'épargner sans stresser!

Emmanuelle Bertrand | Journaliste

La course aux REER, ça vous dit quelque chose ? Si oui, c'est probablement parce que vous faites comme près de la moitié des gens en cotisant dans les deux premiers mois de l'année.

Peut-être même vous reconnaissez-vous dans les 20% qui attendent moins de deux semaines avant la date limite. Mais pourquoi diable autant de gens cotisent-ils à leur REER à la dernière minute ?
 
Voici les explications de M. Pierre Payeur, conseiller principal pour l'équipe Gestion de patrimoine chez Desjardins.

L'épargne est « contre-tendance »
Le contexte socioéconomique y serait pour quelque chose : « Tout aujourd'hui nous incite à consommer. Avec les taux d'intérêt bas, et qui risquent de le rester au cours des prochaines années, on reporte l'épargne à plus tard et on devance les dépenses. » Plusieurs attendent l'approche de la déclaration de revenus pour cotiser au REER, dans l'espoir d'un remboursement d'impôt ou, à tout le moins, d'une réduction de la somme à payer.

Certains mythes persistent au sujet des REER et retarderaient la décision de plusieurs. « On entend souvent que les REER ne fournissent pas un bon rendement ou qu'on doit investir gros pour avoir un portefeuille diversifié, précise M. Payeur. Mais n'oublions pas que le REER est en quelque sorte un contenant dans lequel on peut investir dans une grande variété de produits de placement. Ce sont les choix de placement, déterminés par l'investisseur, qui jouent sur le potentiel de rendement du portefeuille. »

La cigale...
Une autre hypothèse soulevée est que plusieurs se remettent difficilement des dépenses excessives de la période des fêtes. « La campagne REER arrive à un moment de l'année où l'on a besoin de se remplumer avant de pouvoir investir, ce qui expliquerait peut-être pourquoi certains attendent à la fin de février. »

Et il y a bien sûr la nature humaine, qui a souvent tendance à profiter des plaisirs de la vie avant d'économiser, le tout étant alimenté par les valeurs de la société de consommation.

... ou la fourmi ?
La nouvelle encourageante, c'est que l'autre moitié des investisseurs a déjà pris l'habitude de cotiser avant le début de l'année. Une solution simple est de procéder par prélèvements préautorisés, au montant et à la fréquence que vous souhaitez. Il suffit d'aussi peu que 25 $ ou 50 $ par paie pour vous éviter le stress d'avoir à trouver une somme plus imposante en début d'année.

À l'inverse, c'est aussi possible d'obtenir un prêt REER, que vous investissez maintenant et que vous rembourserez tout au long de l'année à venir. Cette solution peut être avantageuse si vous êtes discipliné et si vous remboursez une partie de votre emprunt avec le remboursement d'impôts que vous prévoyez obtenir.

L'urgence d'agir
Les conséquences de ne pas épargner sont bien réelles et peuvent avoir des retombées sur la qualité de vie future, dont:
  • retarder l'âge de la retraite, de quelques années à plusieurs années;
  • se mettre à risque en cas de maladie, d'accident ou de décès du conjoint;
  • vivre en dessous du seuil de la pauvreté.
« Nous devrions pourtant ressentir un sentiment d'urgence à la suite du désengagement du gouvernement de certains programmes (report de la pension de la Sécurité de la vieillesse à 67 ans) et de la désindexation de plusieurs fonds de retraite», insiste M. Payeur.

Après tout, Jean de La Fontaine n'écrivait-il pas « rien ne sert de courir; il faut partir à point » ?

infographic-course-epargne_fr.png

Tous les articles

La fonction Commenter n’est pas disponible pour le moment.
Merci de votre compréhension.

Commentaires publiés (2)

Marie-Christine / 23 février 2015 15h37
Bonjour @Jean-Daniel. Il est important de souligner que l’information présentée sur le T4 se retrouve sur le dernier talon de paie de l’année. Donc, pas besoin d’attendre à la fin février pour mesurer l’intérêt fiscal de cotiser à un REER! Et pour éviter ce souci, rien de plus simple que de se doter d’une bonne stratégie d'épargne pour la retraite qui détermine un objectif ainsi que le montant annuel à cotiser pour atteindre cet objectif. Une fois établie, cette stratégie ne varie pas beaucoup d’année en année. Bonne journée ! - Marie-Christine
Jean-Daniel Rondeau / 23 février 2015 12h47
Selon moi, le vrai facteur qui fait que les gens attentes les 2 dernières semaines est principalement dû au fait que les employeurs remettent leur T4 dans cette période là et que les gens en ont besoin pour remplir les informations (logiciel d'impot ou comptable) et établir une stratégie de REER.

Partagez ce billet