Faire de sa passion une profession


Ariane Bousquet, photographe

Geneviève Matton | Mouvement Desjardins

Avant de devenir photographe, Ariane Bousquet travaillait comme secrétaire au sein de l'entreprise de son père. Puis est arrivé ce revirement de carrière pour le moins inusité dans le milieu de la photographie... Voici ce qu'elle raconte.

« Mon amour pour la photographie est en lien direct avec l'amour que je porte à mes deux enfants. Le déclic s'est fait pendant ma première grossesse. Je passais la majorité de mes temps libres à naviguer sur le web pour découvrir les nouvelles tendances photographiques. La naissance de mon premier enfant m'a permis de photographier son univers et m'a aussi poussée à aller plus loin en offrant à mes amis et à ma famille de les photographier », explique la jeune entrepreneure.

Après avoir publié quelques-unes de ses photos sur les médias sociaux, elle a reçu une vague de demandes pour ses services et ce, sans même qu'elle ait eu à les proposer. « Puisque je n'avais pas prévu faire de la photo mon principal gagne-pain, j'ai d'abord crée un studio de fortune dans mon sous-sol et j'ai tenté l'expérience. Travaillant pour mon père, j'avais un horaire flexible qui me permettait de joindre l'utile à l'agréable », poursuit-elle.

De fil en aiguille, Ariane délaisse son emploi dans l'entreprise familiale pour se dédier à temps plein à la photographie. Aujourd'hui, cette artiste-photographe occupe un studio à St-Hyacinthe et se spécialise en photos de bébés/enfants, famille et de maternité. 

Je portais en moi la fibre entrepreneuriale...
« Mon père est un entrepreneur et comme lui, j'ai toujours eu ce désir de me lancer en affaires. C'est d'ailleurs lui qui m'a guidée et  encouragée à faire le grand pas! »

Pour réussir à acquérir son propre studio, la jeune femme se tourne vers le Centre de développement local (CLD) des Maskoutains, qui l'accompagne dans la mise en œuvre de son projet. C'est là qu'on lui parle de Créavenir, un programme offert par Desjardins aux jeunes entrepreneurs qui ne se qualifient pas pour du financement commercial traditionnel.

« Ce programme me proposait un financement adapté à ma réalité », souligne Ariane. En l'espace de quatre mois, et avec la collaboration de la Caisse Desjardins de Saint-Hyacinthe et des judicieux conseils du CLD, j'ai finalisé mon plan d'affaires, j'ai reçu un prêt sans intérêt et une subvention... et j'accueillais mes premiers clients ! »

Destiné à soutenir les jeunes entrepreneurs, le programme Créavenir vise à financer les projets qui ne se qualifient pas pour du financement commercial traditionnel. Sans exiger les mises de fonds ou les garanties usuelles, les caisses participantes financent les initiatives de ces jeunes entrepreneurs en les aidant à créer un fonds de roulement ou en consentant un prêt sans intérêts et remboursable uniquement à partir de la deuxième année.

Innover et créer pour avancer
Pour répondre à la demande grandissante de ses clients, la jeune femme d'affaires développe des produits distincts et originaux. « Je propose un concept de séances express pour souligner les fêtes comme la Saint-Valentin, Noël et l'Halloween avec des décors préétablis. En l'espace de sept heures, je reçois plus de vingt clients différents pour des courtes séances de 10 minutes chacune. Cette façon de faire permet d'offrir un produit moins coûteux et prêt rapidement.»

Le forfait L'Évolution du Bedon Rond offre quelques séances de photos qui se tiennent pendant la grossesse et qui peuvent aussi inclure une photo de la première semaine de vie de bébé. Un forfait est également disponible pour faire le suivi des premiers mois de vie de l'enfant, permettant ainsi d'immortaliser ces souvenirs uniques. « J'aime faire le suivi de la maman enceinte, de son nouveau-né et de l'enfant qui grandit. Je développe des liens forts avec eux et ça me permet de créer des photos à leur image. »

Et les perspectives d'avenir ?
Aujourd'hui, à peine deux ans et demi après le début de cette nouvelle aventure, Ariane songe à agrandir son studio. Elle aimerait aussi créer un emploi en administration, à temps partiel, ce qui lui permettrait de se concentrer davantage sur la photographie et sur le développement de nouveaux produits spécialisés.

Conseil au suivant
« À ceux qui rêvent de devenir des entrepreneurs : faites-le!  N'hésitez pas à demander conseil auprès des organismes de soutien à l'entrepreneuriat de votre région. Et surtout, soyez fiers de vos réalisations ! »

Fiche signalétique
Nom de l'entrepreneur : Ariane Bousquet
Nom de l'entreprise : Ariane Bousquet photographe
Activité : Photographie
Ville : Saint-Hyacinthe
Année de démarrage : 2011
Chiffre d'affaires: 56 K $ CA

Tous les articles

Partagez ce billet