Quoi savoir avant de transiger en ligne


L'élément le plus important à prendre en considération lors du magasinage en ligne est la notion de confiance.

Caroline Arbour | Journaliste

Une transaction effectuée sur un site sécurisé n’est pas nécessairement sécuritaire. C’est pourquoi, sur Internet, il est essentiel de savoir bien distinguer « le bon grain de l’ivraie ».

Jean-François Tessier, conseiller principal en cyberprotection au Mouvement Desjardins, donne 3 conseils pratiques lorsque vient le temps de faire des transactions sécuritaires en ligne.

1. Considérer les commentaires et les références

À même le site, il n’existe pas vraiment de façon de répondre à cette question. L’élément le plus important à prendre en considération est la notion de confiance.

  • La marque ou le fournisseur est-il connu ?
  • Quelqu’un de l’entourage a-t-il déjà vécu une expérience sur le site ?
  • Y a-t-il des commentaires de consommateurs ?
Attention
  • S’il n’y a pas de commentaires et de références de consommateurs ou si personne dans son entourage ne connaît le site.
  • Si une offre paraît trop belle pour être vrai.
  • Si le site demande des informations personnelles qui ne concernent en rien la transaction, comme la date de naissance par exemple.

Certains outils offrent une estimation des internautes dans le but de déterminer la crédibilité commerciale d’un site. Il est toutefois facile pour un fraudeur de falsifier ces données avec de fausses visites. Ces outils ne sont pas infaillibles.

2. Rechercher les signes visuels

2 éléments identifient un site dont la navigation est encryptée :

  • L’ajout de la lettre « s » au sigle http (https) qui précède l’adresse Web signifie que le site est sécurisé.
  • L’image d’un petit cadenas au début de la barre d’adresse du navigateur.

Un site sécurisé encrypte la communication entre le serveur et le navigateur. Un intermédiaire qui l’intercepte ne peut donc pas décoder la transaction. Son contenu est illisible.

Attention!

Ces 2 éléments ne sont pas un gage d’une confiance « aveugle », ni un indice de la fiabilité du fournisseur puisqu’un fraudeur peut facilement faire sécuriser son site.

3. Choisir son mode de paiement

En ligne, il vaut toujours mieux utiliser un tiers de paiement (ex. : Paypal) ou une carte de crédit. Cela comporte moins de risques que l’utilisation de son information bancaire.

Les émetteurs de cartes de crédit proposent généralement une solution de protection contre la fraude.

Dénoncer la fraude

« Aussi infimes soient les risques de fraude, il est nécessaire d’en faire le signalement lorsqu’on en est témoin ou victime. Plus vite un signalement est fait pour un site frauduleux, plus vite on peut agir et le faire fermer », insiste Jean-François Tessier.

Tous les articles

La fonction Commenter n’est pas disponible pour le moment.
Merci de votre compréhension.

Partagez ce billet