Les risques de la sous-évaluation en cas de sinistre


Des mises à jour de l'inventaire devraient être effectuées
régulièrement afin de maintenir un montant d'assurance adéquat
en cas de sinistre.

Isabelle Y. Carrier* | Mouvement Desjardins

En cas de sinistre, un montant d'assurance insuffisant pour votre immeuble et vos biens pourrait entraîner une perte financière importante pour votre entreprise.
 
Sur votre contrat d'assurance, le montant d'assurance pour la portion des biens commerciaux (bâtiment et contenu) correspond à votre évaluation pour ces biens. Lors de la souscription de votre assurance commerciale, votre assureur s'est alors engagé pour ce montant. 

Advenant un sinistre, ce dernier ne paierait pas plus que ce montant d'assurance.

Si, pour plusieurs facteurs que vous n'aviez pas considérés, votre évaluation était trop basse, vous auriez un déficit à combler vous-même par rapport à la valeur de reconstruction ou de remplacement de vos biens. Par exemple, si les dommages à la suite d'un sinistre étaient évalués à un million de dollars et que vous étiez assuré pour 500 000 $, c'est ce dernier montant que vous recevriez. 

L'immeuble
Faire appel à une firme d'évaluateurs spécialisés aux fins d'assurance pour procéder à l'évaluation de votre immeuble est l'un des meilleurs moyens d'avoir le vrai portrait des coûts de reconstruction de celui-ci. 

Lors de l'évaluation de votre immeuble, celle-ci tiendra compte de plusieurs facteurs, dont :
  • Les caractéristiques propres à votre immeuble (dimensions réelles, complexité de la structure, matériaux utilisés, année de construction).
  • La vocation du bâtiment (p. ex. : restaurant, hôtel, boutique, résidence pour personne âgée, etc.).
  • Les installations électriques et mécaniques et les équipements fixes (ascenseurs, installations de gicleurs automatiques et d'alarme incendie, climatiseur, etc.).
  • L'aménagement paysager de l'établissement et les aires de stationnement.
  • Les coûts de démolition (incluant le déblaiement des débris).
  • Les coûts de la main-d'œuvre et des matériaux.
  • Les normes de la Régie du bâtiment du Québec.
Une telle évaluation est requise périodiquement (tous les 3 à 5 ans) pour tenir compte de l'inflation, des améliorations ou des ajouts faits au bâtiment avec le temps.

Le contenu
Le montant d'assurance sur la portion « contenu » est aussi important et ne devrait pas être négligé. Celui-ci doit, entre autres, prendre en considération les éléments suivants :
  • Les meubles et les objets de valeur
  • Les systèmes téléphoniques et informatiques
  • La machinerie et les outils
  • Les produits et la marchandise
  • Les documents de valeur et les archives
  • Le matériel et l'équipement liés à votre domaine d'activités
Rien ne doit être oublié dans cet inventaire. Des mises à jour devraient aussi être effectuées régulièrement afin de maintenir un montant d'assurance adéquat en cas de sinistre. 

Si l'inventaire fluctue dans l'année et augmente à une période précise (p. ex. : le temps des Fêtes), vous devriez le mentionner à votre assureur qui ajustera le montant d'assurance en conséquence pour cette période.

Protéger les revenus de l'entreprise

La garantie Perte de revenus est généralement comprise dans une assurance multirisque. En cas de sinistre, celle-ci couvrira alors les revenus de l'entreprise, le montant des loyers et les salaires de certains employés durant une fermeture temporaire. Là encore, une évaluation précise des revenus, basée sur les états financiers, est importante au moment de souscrire à une assurance commerciale.

Il faut aussi évaluer le temps nécessaire pour reprendre vos activités à la suite d'un sinistre. Par exemple, le temps pour la reconstruction et pour la réception d'un nouvel inventaire ou de l'équipement sophistiqué est à considérer. 

Les risques de la sous-évaluation

Selon le type de sinistre, lors de l'évaluation des dommages, il est possible que l'assureur procède également à l'évaluation de la valeur à neuf de votre immeuble et de son contenu. Si votre assureur constate que vos biens sont sous-assurés, vous pourriez alors être pénalisé : ce dernier est tenu de payer au maximum le montant d'assurance pour lequel il s'est engagé selon votre évaluation initiale. Ce montant peut donc s'avérer insuffisant pour couvrir la valeur réelle des dommages.

Certains assureurs appliquent aussi une clause de règle proportionnelle, ce qui vous pénalise encore plus.

La meilleure période pour réévaluer les biens de votre entreprise est lors du renouvellement de votre contrat d'assurance commerciale. Prenez le temps de bien analyser les montants d'assurance des protections en fonction notamment de vos inventaires, de vos achats annuels et de vos ventes, et révisez-les au besoin. Tous les moyens sont bons pour bien évaluer vos biens et mieux dormir en cas de sinistre.

*En collaboration avec Claude Pellerin, S.F.P.E., T.P.I. Wilfrid Tanguay inc. pour Desjardins Assurances générales

Tous les articles

Partagez ce billet