La fraude à l'investissement à l'ère des médias sociaux


Les médias sociaux sont ainsi devenus un lieu privilégié pour
les fraudeurs.

Isabelle Lord | Desjardins

À la retraite ou sur le point de l'être, le désir de faire fructifier son patrimoine financier pour s'assurer une retraite sans tracas doit s'accompagner d'une bonne dose de réalisme. 

De longue date, les promoteurs d'offres frauduleuses d'investissement misent sur le bouche à oreille. Ils arrivent ainsi à piéger plusieurs victimes avec un minimum d'effort. Quand c'est un membre de la famille ou un ami qui en parle, nous ne nous méfions pas : ça ne peut être qu'une bonne affaire ! 

Saisissant les occasions offertes par les nouveaux modes de communication, les fraudeurs sont passés au 2.0. Les médias sociaux sont ainsi devenus un lieu privilégié pour faire circuler de fausses offres et recruter encore plus d'investisseurs à flouer. Comme c'est le cas avec le bouche à oreille, les escrocs s'appuient sur l'impression de légitimité conférée à une offre qui est partagée par un ami ou un contact. 

Comment reconnaître une fraude

Toute offre d'investissement mérite d'être analysée attentivement. Voici trois indices laissant présager une fraude.

1. Le rendement est élevé et sans risque

En réalité, les rendements et le risque vont de pair. Plus le rendement est élevé, plus le risque croît.

2. Il faut répondre rapidement

Le fraudeur vous presse de prendre une décision, sans quoi vous raterez votre chance. Vous manquerez ainsi de temps pour faire les vérifications qui s'imposent et pour exercer votre esprit critique. 

3. L'offre repose sur des informations privilégiées

Il est illégal de tirer profit d'information non accessible au public. Il faut se méfier si, par exemple, un présumé conseiller vous dit tenir d'une source fiable que la valeur d'un investissement va bientôt monter en flèche. D'ailleurs, pourquoi donc un inconnu partagerait-il cette information avec vous ?

Comment se protéger

Pour conseiller et vendre des produits financiers, il faut détenir des autorisations. Avant d'investir, confirmez que vous avez affaire à un professionnel autorisé à exercer au Québec ou en Ontario :

L'Autorité des marchés financiers (AMF) au Québec

La Commission des valeurs mobilières de l'Ontario (CVMO)

Dans le monde virtuel comme dans le monde réel, quand c'est trop beau pour être vrai, c'est souvent que ce l'est.


Tous les articles

La fonction Commenter n’est pas disponible pour le moment.
Merci de votre compréhension.

Partagez ce billet