Épargne : priorités pour mamans occupées!


Le montant d’argent consacré à l’épargne constitue l’une des principales préoccupations que les mères modernes ont en tête.

Sarah Twomey | Mouvement Desjardins

Est-ce que les mamans d'aujourd'hui en ont beaucoup plus sur les épaules que leurs prédécesseures? Carrière, enfants, obligations financières,... Que de défis à relever! Parmi toutes, l'épargne est une des principales préoccupations des mères modernes. 

Prenons par exemple Julie. Elle et son mari Marc ont tous deux d'excellents emplois. Ils ont deux enfants qui fréquentent l'école primaire, un prêt hypothécaire, deux voitures, une marge de crédit, une carte de crédit et les factures mensuelles auxquelles on ne peut échapper.

Comme Julie gagne légèrement plus que Marc, elle rembourse le prêt hypothécaire. Marc,de son côté, s'occupe des prêts automobiles et des autres factures. Bien que tout soit en apparence réglé au quart de tour, Julie ne sait pas trop si elle doit investir ses économies dans son régime d'épargne-retraite (RER) ou dans le fonds d'études de ses enfants. 

Elle se demande également si Marc et elle devraient cotiser à un compte d'épargne libre d'impôt (CELI) ou rembourser leur dette.   

REEE
Une chose est sûre, le coût des études postsecondaires augmente chaque année. Donc, en commençant à cotiser tôt et graduellement à un régime enregistré d'épargne-études (REEE), Julie permettra à ses enfants de profiter des subventions gouvernementales offertes par le régime et elle aura épargné suffisamment pour payer leurs études collégiales ou universitaires.    

CELI
Le CELI est une solution idéale en raison de sa flexibilité. Vous pouvez y investir votre argent à l'abri de l'impôt jusqu'à ce que vous en ayez besoin pour une urgence, un achat spécial ou des cotisations à votre REER. En 2016, les Canadiens de 18 ans et plus peuvent cotiser 5 500 $ dans ce compte. Donc, si vous n'avez jamais cotisé à un CELI, vous pourriez investir la totalité des montants maximaux permis chaque année depuis 2009, année de la création de ces comptes. 

REER et dette
Pour ce qui est de choisir entre votre REER et le remboursement de votre dette, il n'existe aucune solution financière universelle, car cela dépend vraiment de la situation de chaque personne. Dans le cas de Julie et de Marc, ils gagneraient à se concentrer sur le fonds d'études de leurs enfants et à profiter des subventions gouvernementales. Avec cette stratégie, ils pourront étirer leurs cotisations à leur RER.    

De plus, avec le CELI, Julie ne gaspille pas vraiment de potentiel de croissance. Elle n'a qu'à transférer ses économies dans un RER plus tard. Pour ce qui est de la dette, les indicateurs laissent présager que les taux d'intérêt demeureront bas, de sorte que dans l'immédiat, sa dette n'est pas vraiment problématique. Bien sûr, celle-ci doit être gérable et elle doit dépenser avec modération.

Tous les articles

Partagez ce billet