Dernier sprint avant une retraite sans tracas


En choisissant de consacrer ses liquidités pour rembourser le prêt hypothécaire plus rapidement, Yves pourrait conserver son CELI et ainsi s'en servir pour financer ses projets.

Analyse financière exécutée par Angela Iermieri | Planificatrice financière | Mouvement Desjardins

Yves veut prendre sa retraite complète d'ici deux ans. Afin de maintenir leur rythme de vie, lui et sa conjointe Carole aimeraient avoir un revenu de retraite mensuel après impôt de 7 500$ (l'équivalent estimé d'un revenu annuel brut de 120 000$).

Auront-ils assez d'argent pour mener à terme leurs projets de retraite comme ils entendent le faire ? 

Portrait financier
Yves, 68 ans, consultant à temps partiel
Revenu brut d'emploi annuel pour les deux prochaines années: 50 000$
Rente du RPC : 10 500$
Rente de la PSV : 6 500$
Rente de retraite de son ancien employeur : 28 000$
Total des revenus de retraite bruts (excluant les revenus d'emploi) : 45 000$

Carole, 66 ans, retraitée de la fonction publique
Rente de retraite de 37 000$
Rente du RPC : 6 500$
Rente de la PSV : 6 500$
Revenus de retraite bruts : 50 000$

Épargne
REER : 400 000$
CELI : 50 000$

Emprunt 
Prêt hypothécaire : 50 000$
Paiement mensuel : 400$ par mois
Taux d'emprunt : 2,30%

Les revenus de retraite bruts du couple s'élèvent à 95 000$. Toutefois, pour atteindre leur objectif de 120 000$ bruts par année, le manque à gagner annuel est de 25 000$ bruts. En retirant ce montant annuel de ses investissements, le couple aurait alors un revenu après impôt de 90 000$, soit le revenu mensuel net recherché de 7 500$.

Comment optimiser la facture fiscale?

Dès maintenant
Âgés de plus de 65 ans tous les deux, ils peuvent profiter du fractionnement du revenu. Les revenus de retraite tels que : 
  • les rentes des gouvernements, 
  • les rentes du fonds de retraite de l'employeur 
  • les retraits du FERR 
peuvent être partagés entre les 2 conjoints lors de la production de la déclaration de revenus, permettant de réduire le taux d'imposition global du couple.

L'économie d'impôt réalisée leur permettra de retirer moins de leurs investissements chaque année, et ainsi de conserver leur actif plus longtemps.

Lorsque le REER sera converti en FERR
Lorsque viendra le temps de retirer des sommes du REER, ou au maximum au cours de l'année où il atteindra l'âge de 71 ans, Yves devra convertir son REER en FERR afin d'en retirer un revenu de retraite. Pour combler le manque à gagner il pourra retirer annuellement le montant brut de 25 000$ (indexé à 2% annuellement) jusqu'à l'âge de 88 ans[1], âge auquel s'épuisera leur épargne-retraite. 

Toutefois, le FERR offre suffisamment de flexibilité pour permettre à Yves et Carole, année après année, d'établir le montant dont ils auront besoin, en fonction de leurs projets, tout en respectant le montant minimal annuel de retrait imposé. 

Ils pourront donc retirer moins du FERR les années où leurs projets seront moins onéreux et, ainsi, conserver leurs investissements même au-delà de l'âge de 88 ans.

Utiliser ou pas le CELI pour rembourser l'emprunt hypothécaire?
Pour déterminer s'il est plus avantageux de conserver le CELI ou de l'utiliser pour rembourser l'hypothèque, il est important de comparer le rendement espéré des placements détenus dans le CELI (revenus non imposables) au taux d'emprunt du prêt hypothécaire.

Dans le cas d'Yves, le taux d'emprunt est de l'ordre de 2,3% et les placements du CELI offrent un potentiel de rendement moyen de 5%. Il est donc avantageux d'en profiter le plus longtemps possible...

Puisque Yves prévoit poursuivre sa carrière à titre de consultant encore au moins 2 ans, il pourrait choisir de consacrer une partie de ses revenus d'emploi à diminuer graduellement le solde du prêt hypothécaire du couple. 

Leur prêt hypothécaire prévoit le droit de verser un montant annuel additionnel jusqu'à concurrence de 15% du montant emprunté initialement (ici 100 000$) ou d'augmenter les versements hypothécaires jusqu'à les doubler.

Yves pourrait s'en prévaloir durant les 2 prochaines années de façon à minimiser ses engagements financiers lorsque viendra le temps de prendre sa retraite. 

Un exemple concret
Remise annuelle de 10 000$ sur le prêt hypothécaire
+
Augmentation des versements, passant de 400$ à 600$ par mois
=
Remboursement complet de l'hypothèque de 50 000$
 dès la fin de 2018, soit avant de prendre sa retraite complète.

En choisissant de consacrer ses liquidités pour rembourser le prêt hypothécaire plus rapidement, Yves pourrait conserver son CELI et ainsi s'en servir pour financer les projets du couple : voyage, achat de voiture... 

De plus, cet actif sera disponible pour parer à d'éventuels imprévus sans devoir piger dans le REER et risquer d'alourdir leur facture fiscale.  

Cet article a été créé à la suite de l'appel à tous diffusé dans notre infolettre. 

Vous aimerez lire les autres cas étudiés :

Vous avez une question financière à nous soumettre? Écrivez-nous à coopmoi.contenu@desjardins.com


[1] Hypothèse de rendement d'un portefeuille conservateur à 4%.

Tous les articles

Commentaires publiés (3)

Stephane Ward / 12 septembre 2016 13h43
Un CELI a 5 %. Il faut enlever les frais d administration des institutions, pour la plupart 1 a 2 % et l'inflation en moyenne 2 %. Donc il reste pas beaucoup de rendement 1%. Je prèfaire payer mon hypotheque. Pas de surprise avec les supposer rendement. Un maison payer est une tranquiliter d esprit parfaite et l'immobilier ne disparait pas comme certain placement. Merci !
Francine Tremblay / 15 juin 2016 9h00
Ce message sera déprimant pour plusieurs d'entre nous!! Un courriel que je pourrai utiliser dans mes cours sur l'inégalité sociale. Francine Tremblay Teaching Faculty Concordia University

Partagez ce billet