Colocation : petit guide de survie


Les meilleurs colocataires s'entendront pour dire qu'il est essentiel d'établir ensemble quelques grandes règles de vie afin de conserver l'harmonie au quotidien.

Mélanie Larouche | Journaliste

La colocation est un choix avantageux pour voler de ses propres ailes à moindre coût. Pour la plupart, cette expérience enrichissante s'inscrira parmi les plus beaux souvenirs... sauf si l'on oublie de respecter ces quelques règles d'or.

En cette rentrée scolaire, quoi de mieux qu'un petit guide de survie pour colocataires avertis ? À lire et à partager avec les amis (et les futurs colocs).

Sélectionner le ou les bons joueurs
Si l'on s'installe en colocation avec son amoureux ou son amoureuse, un premier niveau de sélection a sans contredit déjà été atteint. Le risque demeure, mais il est généralement bien calculé. Cependant, lorsqu'il s'agit d'une autre personne, le choix doit s'avérer judicieux. 

6 informations essentielles à connaître avant de signer un bail avec quelqu'un :
1. les revenus de chacun
2. leur occupation principale
3. s'ils sont fumeurs ou non
4. s'ils ont un animal de compagnie
5. leur mode de vie
6. leurs valeurs

Ces personnes seront non seulement conjointement responsables du bail et de ses obligations, mais elles partageront un certain degré d'intimité pour au moins la prochaine année. Un pensez-y bien !

Notions légales à comprendre 
  1. Un bail est généralement signé «conjointement», ce qui signifie que chacun des signataires est responsable de sa part du loyer. 
  2. Certains propriétaires exigent une obligation «solidaire», ce qui signifie que chacun des locataires est responsable de la totalité du loyer. Une clause à cet effet est alors incluse dans le bail. Ainsi, si l'un des locataires ne paie pas sa part, l'autre est tenu de la payer à sa place. Il est à noter que les colocataires mariés ou unis civilement sont considérés comme solidaires du paiement du loyer. 
  3. Il est généralement permis de sous-louer ou de céder son bail, pourvu que le propriétaire en ait été avisé et que les coordonnées complètes du nouveau locataire lui aient été fournies.
Tenir religieusement ses comptes 
Les bons comptes font les bons amis... et les bons colocataires. Dès le départ, les colocataires doivent s'entendre sur la division équitable du coût du loyer et des frais, notamment l'électricité et les télécommunications (câble, téléphone, Internet). Par exemple, certains colocataires adaptent le partage des frais lorsqu'une des chambres est nettement plus grande que l'autre.

Gérer la nourriture
Le coût de l'épicerie arrive en deuxième place dans le budget. Considérant le nombre de fois où la porte du frigo s'ouvre et se referme, il vaut mieux préciser le mode d'emploi pour tous.

3 gestes simples pour garder une atmosphère zen

1. Prévoir des sections distinctes
Des sections «privées, pas touche !» optimisent la gestion de l'inventaire et le suivi du budget. Les préférences alimentaires, incluant les boissons de chacun, seront ainsi respectées et la préparation des repas et des lunchs facilitée. Cette solution est particulièrement utile dans les cas d'allergies. 

Si une telle configuration n'est pas possible, en usant d'un peu de créativité, la cible sera atteinte, par exemple en identifiant les aliments avec des languettes adhésives, en utilisant des plats de couleurs distinctes, etc.
 
2. S'entendre pour la section commune
Pourquoi pas ? À certains moments, il peut être agréable de profiter des bienfaits du partage qui fait du bien au moral. Une section commune, à laquelle tous contribuent, pourra apporter une ambiance réconfortante. Il faut cependant s'assurer d'une méthode d'approvisionnement équitable, par exemple en alternant de mois en mois ou de semaine en semaine.

3. Vider le frigo en formule repas collectif
Lorsque des aliments approchent de leur fin de vie et que l'on cherche une façon de les utiliser, l'option de repas collectif devient intéressante. En plus d'être une solution au gaspillage, elle offre une belle occasion de partage, de prendre un moment pour faire le point et se mettre à jour.

Assurer ses biens et sa responsabilité civile
L'assurance habitation n'est pas obligatoire en tant que locataire, mais elle peut s'avérer fort utile en cas d'incident. En effet, même sans posséder des biens de grande valeur, la garantie Responsabilité civile - une protection incluse dans tout contrat d'assurance habitation - protège l'assuré dans une situation où ce dernier serait tenu responsable de dommages causés à l'immeuble ou à une autre personne, de façon involontaire. De plus, il faut savoir que cette protection nous suit partout dans le monde, quel que soit l'endroit où nous allons.


Définir quelques règles
Les meilleurs colocataires s'entendront pour dire qu'il est essentiel d'établir ensemble quelques grandes règles de vie afin de conserver l'harmonie au quotidien. La colocation exige souplesse et compromis, mais surtout le respect de l'autre. 

Le partage des tâches ménagères, l'utilisation des espaces communs et les visites d'amis et de proches sont des sujets qui peuvent vite semer la zizanie. Pour éviter de créer du mécontentement ou une relation tendue, les attentes et les exigences des colocs doivent être clairement énoncées... et respectées !

Tous les articles

Partagez ce billet