Le cambiste, un atout pour entrepreneurs audacieux


Le cambiste est à l'affût des informations. Il représente une source fiable sur laquelle on peut compter.

Annie Bourque | Journaliste

Peu de gens connaissent le métier de cambiste. Son rôle consiste à démystifier le risque concernant le change des devises. Ses conseils et ses stratégies aident les entrepreneurs audacieux qui importent ou exportent. Explications de Steve Sanche, cambiste chez Desjardins.

Depuis les 20 dernières années, la profession de cambiste a grandement évolué en raison du contexte mondial : crise financière, montée de l’endettement et libération des marchés.

Les accords de libre-échange entre différents pays ont créé de formidables occasions d’affaires. « Une entreprise, qu’elle soit petite, moyenne ou grande, cherche à élargir ses frontières tout simplement parce qu’elle veut augmenter le potentiel et le bassin de sa clientèle », observe-t-il.

Voilà pourquoi le cambiste devient un atout au-delà des frontières.

1) Relation de confiance

Au quotidien, M. Sanche établit une relation de confiance avec sa clientèle qui fait affaires aux États-Unis et ailleurs dans le monde. Chaque entreprise a un parcours différent. Le spécialiste des opérations de change s’adaptera aux besoins de chacune. « C’est important de bien les conseiller car peu d’entre elles possèdent une grande marge de manœuvre financière. »

2) Évaluation du risque

Dans son travail, le cambiste tente de comprendre les enjeux des dirigeants d’entreprise. « Nous évaluons leur appétit pour le risque. »

Dans son bureau, M. Sanche rencontre par exemple un exportateur de sapins de Noël qui vend 100% de sa production au pays de l’oncle Sam. « Son exposition au risque sera différente de celle d’un autre client dont 30% de sa clientèle est basée aux États-Unis. »

3) Chacun son rôle

Un entrepreneur va tenter de faire de l’argent en vendant par exemple ses boulons ou ses portes d’armoire aux États-Unis. « Je le conseille sur son risque lié au change. Ses dépenses sont en dollars canadiens et ses revenus en dollars américains. Mon rôle est de neutraliser ce risque. De cette façon, il peut se concentrer sur ses affaires », dit M. Sanche.

4) Stratégie de couverture

Le cambiste explique à ses clients l’importance d’adopter une bonne stratégie de couverture qui permet d’atténuer les effets négatifs des fluctuations. M. Sanche et ses collègues proposent des solutions afin de protéger l’entreprise. En bout de piste, cela évite d’encaisser des pertes financières. « Autrement dit, en temporisant les risques, nous sommes un peu comme une police d’assurance », illustre-t-il.

5) Source fiable

De nombreux leaders d’entreprise manquent de connaissances concernant le taux de change. Le cambiste est à l’affût des informations. Il représente une source fiable sur laquelle on peut compter.

« Longtemps, le marché a stagné. Aujourd’hui, les gens d’affaires affrontent un marché volatil. Il y a trois ans, le dollar canadien valait 1,08$ US et, aujourd’hui, il vaut autour de 1,30$. Étant donné cette imprévisibilité, je suggère à mes clients de fixer un taux budgétaire raisonnable et de tenter de le battre. »

Tous les articles

La fonction Commenter n’est pas disponible pour le moment.
Merci de votre compréhension.

Partagez ce billet