8 stratégies pour payer moins d'impôt


Acquérir des équipement en fin d'année plutôt qu'au début est une des tactiques employées afin de réduire ses déboursés fiscaux.

Étienne Gosselin | Agronome | Journaliste

Vous évoluez dans des productions où les prix sont instables, occasionnant des chiffres d’affaires variables? Voici 8 conseils pour alléger la facture d’impôt de fin d’année, car, en matière de fiscalité, il y a de la place pour la créativité.

Avec l’aide du fiscaliste Marc-Ange Doyon du Service de comptabilité et de fiscalité de l’Union des producteurs agricoles (UPA) de la Chaudière-Appalaches, nous avons dressé une liste de tactiques pour réduire vos déboursés fiscaux.

1. Payer à l’avance des comptes fournisseurs

En utilisant la comptabilité de caisse [1], prendre de l’avance dans le paiement de fournisseurs de produits tangibles, comme les engrais ou les semences (pour lesquels il y a parfois des escomptes pour les achats hors saison), mais également de produits intangibles, comme les assurances, qu’il est possible de payer en un seul versement et non pas mensuellement. Vous manquez de liquidités? Un calcul comptable validera si l’utilisation de la marge de crédit avalise cette stratégie.

2. Retarder l’encaissement des comptes clients

Différer un compte client en s’entendant au préalable avec son client. Retarder la vente et la livraison d’un produit à la fin de décembre, pour encaisser le chèque ou recevoir le paiement électronique en janvier, est une pratique légitime.

3. Acheter des immobilisations

Acquérir des équipements en fin d’année plutôt qu’au début - pourvu qu’on ait les liquidités ou qu’on prenne entente avec son institution financière pour un investissement parfois non prévu - permet de réclamer de l’amortissement plus rapidement.

4. Passer à la dépense l’inventaire possédé en fin d’année

Les silos sont pleins de maïs pour les mois à venir? Il s’agit de stocks détenus qui peuvent être déduits dans une comptabilité de caisse pourvu que ces inventaires soient payés avant la fin de l’année.

5. Verser des salaires

La main-d’œuvre familiale a droit à un salaire pour rétribuer ses efforts. La loi n’établit pas de référence quant à l’âge de la main-d’œuvre, mais elle tient compte du travail réellement effectué. Par ailleurs, verser des salaires avant le 31 décembre, quoi de mieux pour motiver sa relève?

6. Cotiser à un REER ou à un fonds fiscalisé

Jusqu’à la fin de février, les agriculteurs qui payent beaucoup d’impôt ou qui investissent moins dans leur entreprise peuvent cotiser à un REER ou dans des fonds fiscalisés comme ceux de Desjardins Capital régional et coopératif. La cotisation au REER permet, en plus des économies d’impôt, de diminuer le revenu imposable, ce qui facilite l’accès aux nombreux programmes sociaux. L’achat de capital régional Desjardins donne un crédit d’impôt intéressant, mais ne réduit pas le revenu imposable.

7. Étaler des revenus forestiers

Depuis mars 2016, les entreprises forestières reconnues peuvent étaler leurs revenus provenant de la vente de bois sur 8 ans (impôt provincial seulement).

8. Prévoir la vente de son entreprise

Monter un plan pour cristalliser des actions afin de tabler sur la déduction pour gains en capital. En y pensant quelques années à l’avance, il est possible de diminuer l’impôt minimum de remplacement. Cette stratégie nécessite toutefois les conseils avisés d’un expert en fiscalité.


[1] Méthode de comptabilité qui consiste à constater les opérations et les faits économiques au moment où ils font l’objet d’un encaissement ou d’un décaissement. Selon cette méthode, qui est axée sur les flux de trésorerie, le résultat net est établi à partir des produits encaissés et des charges réglées, sans considération du moment où les produits sont réalisés ou les charges engagées, laissant ainsi de côté le principe du rattachement à l’exercice des produits et des charges propres à la comptabilité d’exercice.

Tous les articles

La fonction Commenter n’est pas disponible pour le moment.
Merci de votre compréhension.

Partagez ce billet