5 questions souvent posées pour améliorer sa situation fiscale


En matière de fiscalité, il n'existe pas de clé passe-partout, il s'agit de trouver la clé qui correspond à vos besoins.

Angela Iermieri | Planificatrice financière | Mouvement Desjardins

Quelles sont les stratégies les plus payantes pour vous en fonction de votre situation actuelle et de vos objectifs futurs? Comment optimiser votre portefeuille de placement en vue d'alléger votre facture fiscale?

C'est à l'aide d'un plan financier qu'il est possible de répondre à ces questions de façon personnalisée. En établissant vos objectifs à court, à moyen et à long terme, votre conseiller identifie plus facilement vos priorités financières et les stratégies à mettre en place maintenant pour tirer le maximum de votre argent. Vous en avez déjà un? Tant mieux. N'oubliez pas de le réviser régulièrement afin qu'il tienne toujours compte de votre réalité.

En attendant de faire votre plan financier personnalisé ou de le réviser, voici 5 réponses aux questions fréquemment posées en cette période de préparation de votre déclaration fiscale. 

1. Devrais-je rembourser mon hypothèque ou cotiser à mon REER?
La question du remboursement des dettes versus l'investissement est très pertinente dans la gestion de vos finances. D'abord, comparez le taux d'emprunt de l'hypothèque et le taux de rendement de vos placements ainsi que les résultats fiscaux prévus. L'idéal est de faire des simulations avec votre conseiller afin d'adopter la meilleure stratégie pour vous en tenant compte de toutes les hypothèses.

2. Quelles sont les conséquences fiscales d'une augmentation de salaire? 
Une augmentation de salaire ou un revenu additionnel, bien que toujours bienvenus, peuvent en réalité représenter un taux « réel » d'imposition beaucoup plus élevé que ce que les tables d'imposition démontrent. Puisque des prestations gouvernementales, des subventions ou même des crédits d'impôt sont basés sur le revenu, l'augmentation du revenu pourrait entraîner la perte ou la diminution de ceux-ci. Selon votre situation familiale et vos objectifs, un choix de véhicule de placement ou de stratégie vous permettra de mieux tirer profit de cette nouvelle entrée d'argent. 

3. Le REEE est-il aussi généreux qu'on le dit? 
Tout à fait, c'est une excellente façon d'épargner pour les études de vos enfants. Mais il faut en profiter au moment opportun... c'est-à-dire le plus tôt possible dans la vie de l'enfant pour bénéficier au maximum des subventions gouvernementales. Au Québec* , c'est au moins 30 % du montant investi. Vous avez tout de même jusqu'aux 15 ans de l'enfant pour ouvrir un compte et jusqu'à ses 17 ans pour profiter de subventions intéressantes. De plus, si vous investissez des sommes importantes, vous pourriez même récupérer les subventions des années précédentes.

4. Pourquoi choisir le REER? 
En ce qui a trait au REER, le facteur temps et le rendement obtenu sont des éléments clés dans la planification. Mieux vaut commencer tôt et choisir une diversification de portefeuille qui permet d'augmenter le rendement à long terme. Il est idéal pour se bâtir un capital retraite, mais il y a plusieurs autres bonnes raisons de choisir le REER. Voici les principales.

  • Accroître l'accès à des crédits d'impôt et à des versements gouvernementaux
Non seulement les contributions amènent des économies d'impôt substantielles en diminuant le revenu, mais, surtout, elles permettent d'accroître l'accès à plusieurs crédits d'impôt et versements gouvernementaux qui, autrement, diminuent progressivement lorsque le revenu augmente comme : 
o l'allocation canadienne pour enfants,
o la bonification des subventions REEE,
o le paiement de soutien aux enfants** , 
o la baisse des contributions additionnelles aux frais de garde au Québec.

  • Financer un retour aux études
Si un changement de carrière ou un perfectionnement s'impose, il est possible de retirer de son REER un maximum de  
20 000 $ libre d'impôt pour financer une formation ou des études à temps plein.

  • Maximiser votre capital retraite
Rattraper ses droits de cotisation disponibles pour maximiser votre capital retraite pourrait être envisageable, selon votre situation, grâce à un prêt REER. 
Si vous contribuez au régime de retraite offert par votre employeur, vous pourriez tout de même avoir des droits de cotisation REER inutilisés. Le Calculateur retraite Desjardins vous permettra, grâce à un simple calcul, de déterminer combien vous devriez accumuler pour vous assurer une retraite à la hauteur de vos attentes. 
  • Améliorer la situation fiscale du couple
Saviez-vous que le REER au conjoint permet de mettre en place une stratégie de fractionnement de revenus avec son conjoint, tant avant la retraite qu'à la retraite?

5. Pourquoi choisir le CELI? 
Ce véhicule d'épargne personnelle est un puissant outil de planification fiscale qui offre une grande souplesse, mais l'investissement à long terme, à l'abri de l'impôt, représente le véritable avantage du CELI. L'utiliser comme capital retraite permet, le moment venu, de recevoir un revenu non imposable qui n'a aucune incidence sur les programmes sociaux à recevoir, comme la Pension de la sécurité de la vieillesse.

N'oubliez pas, votre conseiller est votre meilleur allié pour établir et réviser votre plan financier. Il fera en sorte que votre stratégie soit toujours optimale en fonction des changements à votre situation personnelle dont vous lui ferez part.

  *En Ontario 20 %.
 **En Ontario:la prestation ontarienne pour enfants.

Tous les articles

Partagez ce billet