Comment obtenir plus d'argent dans vos poches à la retraite


Une bonne planification du décaissement de votre capital contribue notamment à payer le moins d'impôt possible.

Angela Iermieri | Planificatrice financière | Mouvement Desjardins

L’efficacité fiscale, ça vous dit quelque chose? À la retraite, il s’agit surtout de bien planifier le décaissement de votre capital en payant le moins d’impôt possible.

Voici 4 avantages de faire votre plan de décaissement ou de le réviser régulièrement.

1. Optimiser vos investissements

Le retrait d’un REER ou de tout autre compte à imposition différée,ou la vente de titres boursiers comportant un gain en capital engendrent des retombées fiscales. Considérer l’impôt et les conséquences sur vos revenus lorsque vous fixez le moment et la provenance du retrait.

2. Ajuster votre stratégie selon vos besoins

La performance des marchés et,surtout,les soubresauts au moment du retrait influencent la valeur du portefeuille,mais aussi le niveau des retraits futurs. Le rendement espéré doit refléter la composition du portefeuille. Une projection de revenus basée sur des attentes trop optimistes épuiserait le capital prématurément.

3. Continuer à faire fructifier votre capital retraite

La façon dont est constitué le portefeuille,soit les types de placement, influence le rendement prévu. S’il est majoritairement composé de titres à revenus fixes plutôt que de titres de croissance,la conjoncture économique et les taux en vigueur devront être considérés pour avoir une projection réaliste.

4. Prévoir la facture fiscale au décès

Au moment de votre décès, la loi prévoit que tous vos actifs seront réputés avoir été vendus à leur juste valeur marchande. Votre succession devra donc,le cas échéant,payer l’impôt sur les gains réalisés. Voilà pourquoi il est important de songer maintenant à qui vous léguerez vos actifs et à combien vous aurez d’héritiers,de manière à mettre en place les stratégies pour réduire ou reporter l’impôt payable à votre décès.

Un plan à faire… et à réviser régulièrement

Respecter son plan de décaissement est essentiel à son efficacité. Mais réviser ses stratégies périodiquement l’est tout autant afin de profiter des allègements ou des crédits d’impôt disponibles. C’est ainsi que vous arriverez à faire fructifier votre capital retraite pour qu’il dure le plus longtemps possible.

En établissant la stratégie de décaissement de votre portefeuille,vous devriez pouvoir garder la flexibilité d’ajuster les retraits. La retraite comporte plusieurs étapes;certaines plus actives,d’autres moins,et les dépenses suivent en conséquence,et ce,sans compter l’inflation.

N’oubliez pas, votre conseiller est votre meilleur allié pour mettre en place votre plan de décaissement fiscalement avantageux ou pour le réviser!

Voici 3 façons de profiter d’un allègement fiscal supplémentaire grâce à vos investissements.

1. Actions de Capital régional et coopératif Desjardins

Lorsqu’elles sont offertes, il s’agit d’un produit de placement intéressant s’il correspond à votre stratégie d’investissement. Par exemple, si vous cherchez à diversifier votre portefeuille et acceptez d’investir sur un horizon à plus long terme. Un crédit d’impôt de 35 % sur le montant investi est accordé par le gouvernement du Québec.

2. Les fonds de placement de catégorie ou de série T et S

Ils permettent d’obtenir un revenu mensuel fixe fiscalement avantageux en lien avec votre profil d’investisseur, de bâtir un portefeuille de fonds avec les options de revenus mensuels stables, et de bénéficier d’une efficacité sur le plan fiscal, tout en profitant d’un potentiel de croissance et d’un revenu personnalisé.

3. Le fractionnement du revenu de retraite

Une option intéressante pour les couples où il y a un écart entre les revenus. L’économie fiscale peut être importante. Cette mesure permet aux retraités d’allouer à leur époux ou conjoint de fait jusqu’à la moitié de ce revenu. Ce fractionnement se fait annuellement dans la déclaration de revenus. Cette stratégie est possible dans la déclaration fédéral, par exemple pour tous les rentiers d’un fonds de pension d’un ex-employeur, ou les paiements provenant d’un FERR, tandis qu’au Québec il faut être âgé de 65 ans ou plus.

Tous les articles

La fonction Commenter n’est pas disponible pour le moment.
Merci de votre compréhension.

Partagez ce billet