Quoi savoir pour réussir son voyage en VR


Économique, voyager en VR? Non, confirme Louise, c'est plutôt une autre façon de voyager.

Marie-Christine Daignault | Mouvement Desjardins

«Louer un véhicule récréatif, c'est vraiment LA façon de voyager si tu te sens moins aventureux qu'avant ou quand tu pars en famille», lance Louise Paquet. Pour elle, ce n'est certainement pas économique, c'est plutôt une façon de voyager... qu'elle adore! 

Août 2015, elle se lance pour la première fois dans l'aventure avec son amoureux, Serge, et 2 de leurs grands enfants. Elle nous parle des principales leçons apprises lors de ces 2 semaines à manger des kilomètres entre Calgary et Vancouver, à 4 adultes... dans 28 pieds!

1. Faire attention aux frais «surprises»
«Quand tu loues un VR, tout est facturé par personne : les couvertures, les serviettes, la vaisselle, etc.» Plusieurs entreprises proposent des forfaits. Il est sage de poser beaucoup de questions et de comparer s'il est plus avantageux de prendre un tout inclus, d'apporter son matériel ou même d'en acheter sur place dans les magasins à bas prix. 

Même chose du côté des assurances : «Au moment de prendre possession de notre véhicule, la compagnie nous a proposé plein de produits d'assurance de dernière minute. Ça nous a fait un peu peur, alors nous les avons pris! Mais ça vaut vraiment le coup de vérifier avant de partir avec ses propres assurances pour voir s'il y a mieux.»
 
Tout se négocie et plus le magasinage se fait tôt, plus il est possible d'obtenir des rabais. «Nous avons réservé en janvier pour notre voyage en août. Nous avons économisé près de 50% des frais supplémentaires parce que nous ne ramenions pas le véhicule au point de départ. Parce que ça aussi, c'est facturé.» 

Économique, voyager en VR? Non, confirme Louise, tout compté : location (véhicule et forfait), essence, assurances, stationnement, nuitées en camping, etc., il n'y a pas d'aubaines à faire. 

2. Voir grand, mais pas trop
L'essence coûte très cher. Il existe des véhicules récréatifs «verts», mais leur location coûte aussi beaucoup plus cher. C'est donc un choix à faire, selon ses valeurs. Pour les véhicules à essence, la grosseur joue beaucoup sur la consommation. «Tu loues ce qui est recommandé pour le nombre de personnes. Sinon, tu traînes trop de poids, sans compter que plus c'est gros, plus c'est compliqué à garer», observe Louise.

3. S'organiser quand même un peu
C'est certain, un des gros avantages de voyager en VR, c'est la totale liberté. La «maison» nous suit partout : se déplacer là où le vent nous mène, dormir là où c'est possible, changer d'itinéraire selon son état d'âme. Oui! Mais non... Louise conseille plutôt de se faire un itinéraire et, surtout, de planifier. «La compagnie de location demandait de les appeler en arrivant à Calgary. C'est ce que nous avons fait, mais nous avons attendu notre VR toute la journée. Avoir su, j'aurais appelé la veille et le véhicule aurait été prêt le matin, à notre arrivée.» 

Dans les Rocheuses, il y a beaucoup à voir et, pour Louise, l'itinéraire a été essentiel au succès de son voyage. «Nous avions réservé nos terrains dans les parcs nationaux, mais nous avons rencontré plein de voyageurs qui n'avaient pas réservé et, souvent, ils devaient s'éloigner de leur route pour dormir. Dans l'Ouest, sans itinéraire, tu manques plein de choses et réserver tes emplacements de camping est la meilleure façon de respecter ton programme.»

La petite famille a vite appris à tirer parti de son mode de transport. «Là-bas, les attraits touristiques sont toujours pleins. Si tu arrives en matinée, c'est déjà complet! Nous avons pris le tour de partir très tôt du camping pour nous rendre au site et prendre notre petit déjeuner dans le véhicule en attendant l'ouverture, raconte Louise en riant. Nous étions toujours les premiers arrivés!»

4. Profiter en toute sécurité
Louise a été derrière le volant tout au long de leur périple. «C'est certain qu'il faut être à l'aise de conduire un gros véhicule. Je dirais que la plus grosse difficulté est de se stationner. Dans les petites villes comme Banff, il faut être prêt à marcher pour se rendre en ville.» Autre point particulièrement apprécié de la famille : l'aspect sécuritaire du véhicule. «Dans les parcs nationaux, il y a des avertissements de grizzlys partout. Je me sentais beaucoup plus à l'aise dans mon véhicule.»

Les conseils de Louise

  • Magasiner, beaucoup et le plus tôt possible
  • Choisir un véhicule récent
  • Planifier son itinéraire
  • Réserver ses nuitées en camping
  • S'informer auprès de son assureur avant de prendre l'assurance du locateur

Son coup de cœur
«Ce qui est génial, c'est de pouvoir s'arrêter n'importe où. Il y a une rivière : on arrête, on se baigne, on se douche pour se réchauffer et on repart!»

Son coup de gueule
Faire la vidange de toilette n'est pas super, mais il faut le faire aux 2 jours environ. C'est quand même simple et il y a des installations sanitaires partout, dans tous les campings.»

Vous aimerez aussi :

Réussir son voyage de vélo à l'étranger 

Voyage éclair de 5 jours en famille 

Tous les articles

Partagez ce billet