Conseils pour jardiner sans se fatiguer


À chacun ses raisons de jardiner. - Photo : Étienne Gosselin

Étienne Gosselin | Agronome | Journaliste

Ah! Le jardinage! Pour plusieurs, c'est un vœu pieux printanier. Pour d'autres, c'est une promesse d'économies, d'autosuffisance, de fraîcheur, de rencontres sociales, de santé physique et mentale. À chacun ses raisons de jardiner.

En pot ou en terre, voici comment jouir d'un potager productif... sans en être l'otage.

Six mètres carrés
Même le nain de jardin serait d'accord : mieux vaut un petit jardin productif et bien entretenu qu'un grand jardin où prolifèrent des mauvaises herbes qui affectent l'esthétisme et... la motivation. Solution : on réserve une petite partie de la pelouse ou un coin de balcon en plein soleil, pas plus. Vous aurez beau jeu d'agrandir l'an prochain.

Cent piastres
Il est possible de commencer un jardin avec moins de 100 dollars. Oubliez donc les potagers surélevés ou joliment clôturés : commencez au ras des pâquerettes. Une binette, une petite pelle à jardin, des transplants, quelques sachets de graines et un boyau d'arrosage, c'est tout.

Transplants
Produire ses transplants soi-même permet d'économiser quelques dollars et de cultiver des variétés rares, anciennes ou du patrimoine. Par contre, en mai, il est trop tard pour s'y mettre. De plus, on doit fournir un éclairage suffisant aux semis, sans quoi les tiges deviennent frêles en raison d'une élongation trop prononcée. Bref, les semis à l'intérieur sont à réserver aux jardiniers intermédiaires ou experts. L'achat de transplants et les semis en pleine terre, les deux font la paire!

Biochimie
Pour de bons rendements, il faut nourrir les microorganismes du sol, qui nourriront la plante en rendant disponible une foule d'éléments et de nutriments. Les plus pressés apprécieront les engrais solubles de synthèse, du «chimique» vite fait bien fait, alors que les moins pressés voudront apporter des minéraux, mais surtout de la matière organique avec des composts commerciaux ou des fumiers compostés. Chimique ou biologique, à chacun son approche.

Compost
Pour économiser, on peut aussi fabriquer son propre compost maison avec du «brun» riche en carbone (feuilles séchées, papier et carton, etc.), du «vert» riche en azote (restes de légumes, rognures de gazon, mauvaises herbes qui n'ont pas monté en graines, etc.) et d'autres ingrédients qui n'ont pas nécessairement besoin de passer par le compostage (coquilles d'œufs, cendres de bois, etc.). N'oubliez pas que le compostage est un processus de fermentation aérobie : il faut brasser pour oxygéner.

Simplicité
Comment commencer? Par la simplicité : soit on détourbe son rectangle, soit on fait mourir le gazon au moyen d'une bâche opaque mise sur le sol si l'on dispose de quelques semaines avant de transplanter. Sur le balcon, on peut faire des miracles avec quelques pots, des gravillons et du feutre de drainage.

Intrus
Le pire ennemi du jardinier? Ni les insectes ni les maladies, surtout quand on utilise le compagnonnage* et la biodiversité pour créer un mini-écosystème stable. Non, le pire ennemi du jardinier paresseux, ce sont les mauvaises herbes. Graminées et annuelles n'attendent qu'une terre remuée, engraissée et irriguée pour foisonner. Pailler, enherber ou enrocher les allées permet de ne plus se soucier de l'entrerang et de régler... la moitié du problème.

Voilà! Il ne vous reste qu'à passer à l'action. Sinon, le nain de jardin vous soufflera à l'oreille qu'il existe toujours les paniers bio à trouver auprès de vos producteurs locaux ou en consultant la liste sur Équiterre. 

*Campagnonnage : méthode qui fait voisiner des plantes d'espèces différentes de façon à éloigner ou à attirer les insectes, selon le cas (Office québécois de la langue française).

Vous aimerez aussi :

Tous les articles

La fonction Commenter n’est pas disponible pour le moment.
Merci de votre compréhension.

Commentaires publiés (10)

Imelda Fournier / 21 juin 2017 8h36
Merci pour ce clin d'œil... vraiment à vous lire ça donne le goût. Moi je suis une intermédiaire et je ne peux plus me passer de mon potager. Bonne journée 🌞
Jacqueline Trahan / 20 juin 2017 16h13
Merci pour les bonnes idées j'ai eu les compagnonages si c'est pour les remémorer se serait apprécié merci
Gérald dallaire / 12 juin 2017 16h00
C est mon premier jardin merci pour les bons conseils
France Gélinas / 9 juin 2017 16h52
Merci pour vos bons conseils. Vous êtes Super gentils et donner un excellent service. Une très belle équipe Desjardins. Bravo encore pour votre site. !
Marie-Christine / 8 juin 2017 11h48
Merci mesdames d'avoir pris le temps de nous écrire vos commentaires. :-) Bonne journée ! - Marie-Christine
Jeanne / 8 juin 2017 11h20
C'est bon de voir que même sur un site comme Desjardins, On parle de potager bio et d'autosuffisance! Les changements sont dans l'air :)
Lorraine Cote / 19 mai 2017 9h00
Merci,j,adore jouer dehors et bravo pr TS ces bons conseils!
Brigitte Désy / 19 mai 2017 8h32
Très beau texte bien écrit ! Merci beaucoup !
Marie-Christine / 18 mai 2017 13h08
Bonjour @Véronika. Il existe de nombreuses références à ce sujet sur Internet. En voici en exemple: http://agriculturemontreal.com/compagnonnage Bonne journée ! Marie-Christine
Veronika Jolicoeur / 18 mai 2017 0h38
J'aurais aimé voir des exemples de compagnonnage avec les légumes et fleurs annuelles les plus courants. Merci

Partagez ce billet