S'investir corps et âme pour la cause


Si la course laisse aux participants des souvenirs mémorables, bon nombre d'entre eux y sont aussi pour des raisons toutes personnelles.

Liz Scanlon | Mouvement Desjardins

Dame Nature n'a qu'à bien se tenir : les participants motivés de Ride for Heart* ne reculeront devant rien. Cette course, organisée chaque année par la Fondation des maladies du cœur et de l'AVC, est le plus grand événement cycliste de nature caritative au Canada. 

Comme elle se déroule au début juin à Toronto, elle est normalement à l'abri de la neige, mais certainement pas des fortes pluies. Tom Cordery, qui a longtemps été capitaine de l'équipe Desjardins Assurances à Ride for Heart, se souvient d'ailleurs d'une année où les cyclistes y ont goûté.

«C'était en 2010, se rappelle Tom, l'année où j'avais décidé de participer en tant que VIP [Very Important Philanthropist] ». C'est ainsi que la Fondation désigne les participants ayant amassé au moins 1 000 $. « Pour encourager mes collègues, mes amis et ma famille à faire un don, je leur avais promis que si je recueillais 1 000 $, je porterais un complet et utiliserais un vélo rétro de type Raleigh Roadster pour la course.» 

Cet attirail, aux antipodes de celui auquel Tom était habitué (vélo de course et combinaison moulante), lui a valu de nombreux dons. Le jour de l'événement, il a donc parcouru 75 kilomètres à vélo sur les plus grandes artères de Toronto... en tenue de travail. (Mentionnons que, pour les moins zélés, des circuits de 25 et de 50 kilomètres sont aussi proposés, et que la Fondation offre maintenant aux non-cyclistes la possibilité de marcher ou de courir.)

«Selon les habitués de Ride for Heart, dans l'histoire de l'événement, une seule autre édition de la course s'est déroulée sous plus de pluie que celle de 2010, précise Tom en riant. J'étais complètement trempé et mes orteils ont baigné dans l'eau du début à la fin.»

Des motivations toutes personnelles
Si la course laisse aux participants des souvenirs mémorables, bon nombre d'entre eux y sont aussi pour des raisons toutes personnelles. C'est le cas de Tom, dont le père a subi un arrêt cardiaque mineur dans la soixantaine alors qu'il attendait une endoprothèse pour ses artères bouchées.

«Heureusement, il a été très bien soigné et suivi, et a pu vivre de nombreuses autres belles années », raconte Tom. Ce dernier croit d'ailleurs que la qualité de ces soins est tributaire, entre autres, d'organisations comme la Fondation des maladies du cœur et de l'AVC, qui placent au cœur de leur mission le financement de la recherche et de l'innovation relatives aux traitements. Tom affirme que la Fondation joue aussi un autre rôle essentiel : « Elle sensibilise beaucoup le public, en insistant sur la compréhension des risques et l'importance de la prévention. C'est un volet très important de son travail.»

«Pour encourager mes collègues, mes amis et ma famille à faire un don, je leur avais promis que si je recueillais 1 000 $, je porterais un complet et utiliserais un vélo rétro de type Raleigh Roadster pour la course.»
- Tom
Pour l'amour du vélo
Cela dit, c'est l'amour du vélo qui a d'abord motivé ce cycliste invétéré à s'inscrire à Ride for Heart. Tom se souvient avoir acheté son premier vélo avec ses propres économies lorsqu'il était au primaire. Mais c'est seulement lorsqu'il a commencé à travailler chez Desjardins qu'il a pu combiner son sport préféré et son engagement personnel grâce à Ride for Heart.

«Lorsque j'ai appris que Desjardins participait à cet événement, je m'y suis inscrit et j'y retourne chaque année depuis», explique Tom. Capitaine de l'équipe pendant une dizaine d'années, il a passé le flambeau l'an dernier à Joana King, qui a récemment grossi les rangs de Desjardins.

Cette autre passionnée du cyclisme a aussi été attirée par l'aspect amusant de l'événement. En effet, si elle s'est inscrite dans l'équipe de Desjardins, «c'était surtout pour avoir l'occasion de faire du vélo sur l'autoroute Don Valley!» Dans l'esprit des Torontois, cette artère célèbre pour ses bouchons de circulation évoque avant tout l'attente et la frustration, et non l'énergie et l'enthousiasme. «J'adore me sentir aussi libre. Il n'y a rien de mieux que de faire du vélo dans un environnement sécuritaire, sans devoir se préoccuper des voitures. Tout le monde s'amuse, discute et rencontre de nouvelles personnes pendant le trajet.»

Mais Joana est aussi profondément attachée à la cause : «Deux ans après que mon père ait commencé à souffrir d'insuffisance cardiaque, il a subi un arrêt. Pendant qu'il était à l'hôpital, un AVC l'a terrassé et a il a dû être transporté au Toronto Western Hospital pour qu'on lui installe trois endoprothèses au cerveau.»

Les problèmes de santé de son père étant très récents, Joana est toujours en train de digérer la situation. Cela dit, elle s'est déjà rendu compte d'une chose : «Je suis très reconnaissante d'habiter si près d'installations médicales et de recherche de calibre mondial. Si mon père est vivant aujourd'hui, c'est grâce à cette proximité d'hôpitaux incroyables qui profitent des dernières avancées dans le domaine, ce qui ne serait pas possible sans financement.»

Le père de Joana a reçu des soins exceptionnels de l'équipe du Dr Frank Silver. «Le jour où mon père a subi son AVC, le Dr Silver est venu rencontrer notre famille à l'arrivée de l'ambulance, au petit matin, se souvient Joana. Il nous a expliqué ce qui se passait de façon simple, en faisant preuve d'une sincérité et d'une compassion sans pareilles, ce qui nous a vraiment impressionnés. Je suis convaincue que son équipe a sauvé la vie de mon père et je lui en serai toujours très reconnaissante.»

Un partenariat de longue date
Si Desjardins Assurances commandite une équipe d'employés à Ride for Heart depuis de nombreuses années, l'engagement de l'entreprise ne s'arrête pas là. En effet, Desjardins s'est associée à la Fondation des maladies du cœur et de l'AVC de diverses façons au cours de la dernière décennie, commanditant la tente des participants VIP à Ride for Heart ou finançant des ressources électroniques comme l'outil d'évaluation de risque cardiovasculaire, qui aide les gens à comprendre comment leurs choix influent sur leur santé. «Desjardins collabore avec la Fondation de façon concrète, explique Nicole McVan, directrice principale, Partenariats institutionnels avec la Fondation. L'entreprise ne veut pas se contenter de remettre un chèque : elle cherche à établir un réel partenariat.»

Pour Tom et Joana, c'est bien simple : ils ont hâte à ce jour de juin où, beau temps, mauvais temps, ils devront se lever tôt et enfourcher leur vélo pour parcourir ce circuit unique en l'honneur de leur père.

*lien en anglais seulement 

Tous les articles

Partagez ce billet