Conduite automobile : jusqu'à quel âge aimeriez-vous conserver vos clés?


Que vous soyez dans le siège du conducteur ou celui qui doit convaincre de passer le volant, ce sujet de conversation sera émotif. Mais, comme toute chose, il est préférable d'y réfléchir plus tôt que tard.

Adèle Manseau | Mouvement Desjardins

Le plus longtemps possible, répondrez-vous sûrement! En fait, plus du quart des Canadiens aimeraient conserver leur permis de conduire au-delà de 85 ans1.

Alors, jusqu'où se rendre dans ce besoin de conserver son autonomie et sa liberté de déplacement? Sujet sensible, s'il en est un, ce désir bien légitime risque d'aboutir dans un cul-de-sac s'il ne s'accompagne pas du recul nécessaire pour considérer sa sécurité et celle des autres. 

Que vous soyez dans le siège du conducteur ou celui qui doit convaincre de passer le volant, ce sujet de conversation sera émotif. Mais, comme toute chose, il est préférable d'y réfléchir plus tôt que tard.  

Voici 4 balises mises en lumière pour susciter une réflexion constructive.

1- L'âge
Ah! L'âge! C'est relatif, comme plusieurs aiment à le dire. Vos parents ont bien vieilli et vous comptez sur l'hérédité pour continuer à profiter de la liberté offerte par votre permis de conduire. 

Selon une étude réalisée en 20162, les conducteurs de 65 ans et plus sont plus susceptibles d'être impliqués dans des accidents et la fréquence augmente à compter de 80 ans. Cette affirmation nous rappelle la plus grande fragilité des aînés et leurs chances moins élevées de survivre à un accident grave que les conducteurs plus jeunes. 

2- Les capacités
Vous serez heureux... elles ne dépendent pas uniquement de l'âge! Cependant, il est indéniable qu'il influence les capacités en raison de limitations qui s'installent progressivement. 

Chez les conducteurs de 65 ans et plus, le temps de réaction et la mobilité déclinent progressivement. Pas dans votre famille? Sachez que des conditions médicales peuvent également nuire aux capacités de conduire, comme les maladies cardiaques, la perte d'acuité visuelle et les effets secondaires de médicaments d'ordonnance.

Ces changements s'installent parfois graduellement et si légèrement qu'ils sont difficiles à détecter. Si vous sentez une variation de votre aisance au volant ou de celle d'un de vos proches, il serait prudent d'en évaluer l'ampleur pour diminuer les risques. Vous éviterez des événements fâcheux et aurez l'occasion d'envisager des solutions de rechange, comme éviter de conduire le soir ou durant les heures de pointe par exemple.


3- Les événements
Les aînés canadiens sont nombreux - 26% selon le sondage - à vouloir conserver leur permis au-delà de 85 ans. 

Quelles situations sont susceptibles d'influencer leur décision?
  • 94% d'entre eux l'envisageraient sur la recommandation d'un professionnel de la santé
  • 27% en réponse aux inquiétudes des parents et amis
  • 14 % à la suite d'une collision
  • 4% après une contravention
Est-ce votre cas? Peu importe la raison qui mène à la décision de rendre les clés, elle ne se prend jamais de gaieté de cœur. Il s'agit d'un choix déchirant, parfois imposé, pour quelqu'un qui a longtemps été maître de ses déplacements, mais toutefois inévitable un jour ou l'autre. 

4- La discussion
Délicate, passionnée et enflammée qualifieront la discussion. Mais plus tôt vous aborderez le sujet, plus de solutions vous aurez pour faciliter une transition en douceur et repousser l'échéance.
 
Parmi les gens interrogés dans le sondage, seuls 2% des aînés affirment avoir eu cette conversation avec un de leurs proches et 33 % seulement des répondants en ont discuté avec un membre âgé de leur famille. Les personnes invitées par un membre de leur famille à renoncer à leur permis de conduire ont été réticentes à le faire, selon près de 80% des répondants qui ont affirmé avoir eu cette discussion!

Ces résultats démontrent que, même s'il ne se fait pas du jour au lendemain, le cheminement est essentiel pour réduire le choc émotionnel associé à la perte d'autonomie et de liberté qui caractérise cette étape de vie.

Seriez-vous prêt à en parler en famille?

Vous aimerez aussi :

1 Selon un sondage réalisé par StateFarmMD.
2 Fondation de recherches sur les blessures de la route au Canada.

Tous les articles

La fonction Commenter n’est pas disponible pour le moment.
Merci de votre compréhension.

Commentaires publiés (4)

Claire Moreau / 21 septembre 2017 15h21
Il serait intéressant d'obtenir des solutions facilement quand on décide de cesser de conduire. N'ayant pas d'enfants, je me disais par exemple, que je pourrais faire livrer les commandes d'épicerie, mais pourrait-on avoir un retour de visite du médecin au foyer pour éviter de payer des frais de taxi pour nos rendez-vous médicaux? Comment ne pas déranger qui que ce soit pour ces rendez-vous essentiels?
Gaetane sirois / 19 septembre 2017 12h03
Merci pour cette information. Cela me garde vigilante sur les changements que j' observerai dans ma conduite automobile. Merci.
Claire Godin / 19 septembre 2017 12h01
SVP veuillez consulter les statistiques de la SAAQ pour la distribution des accidents selon l'âge des conducteurs - voir page 101 du document suivant: https://saaq.gouv.qc.ca/fileadmin/documents/publications/espace-recherche/dossier-statistique-bilan-2015.pdf Ne devrait-on pas retirer les permis des conducteurs fautifs dans la tranche d'âge 25-54 (46% des accidents)? Les accidents avec conducteurs de 85 ans et plus représentent moins de 1% !!! Merci
Gilles Fortin / 19 septembre 2017 11h57
L'état de santé est directement lié au fait de conserver ses clés longtemps. Or, que fait-on pour sa santé, est-ce qu’on s’informe, est-ce que fait des choix d’aliments santé, est qu’on se supplémente ? Il est actuellement prouvé par des études sérieuses que 75% des gens âgés sont carencés en vitamine D pendant la saison hivernale. D’autre part le grand âge est soumis de façon certaine à une assimilation réduite, voire carrément déficiente. Il est également soumis au déficit d’attention résultant d’une activité cérébrale réduite. L’exercice physique et le grand air sont des points importants capables de réduire la perte d’autonomie physique et mentale. Par conséquent, ces points forment une indication précieuse. Voilà une clé subtile qui permettra de conserver une autre clé plus concrète. Il serait cependant très opportun que le Bureau des Véhicules automobiles crée un programme de sensibilation afin d’apporter une aide à ces gens qui n’ont aucune connaissance des critères de longue vie et de santé. Un tel programme, bien bâti, orienté pour toucher l’intérêt de cette classe de gens contribuera à récupérer des coûts dus aux accidents et autres ennuis des gens âgés.

Partagez ce billet