5 stratégies pour ne plus avoir peur de manquer d'argent à la retraite


Prévoir plus d'épargne personnelle pour atteindre vos objectifs de retraite.

Angela Iermieri | Planificatrice financière | Mouvement Desjardins

Au Canada, l'espérance de vie tourne autour de 85 ans . Bonne nouvelle! Mais encore faut-il avoir ce qu'il faut pour en profiter. Être paré à toute éventualité côté argent, avoir la capacité de maintenir son niveau de vie et miser sur sa santé comptent parmi les principales préoccupations des retraités.
 
J'ai sélectionné 5 craintes dont j'entends souvent parler afin de vous proposer des stratégies visant à les apaiser.

1. Longévité : Dans le langage financier, à la retraite, vous passez en mode «risque de longévité». Même si cette affirmation semble étrange, elle est réelle... Les statistiques sont là pour le prouver, nous vivons en général plus longtemps. Donc, à partir de maintenant, votre objectif sera de faire durer le plus possible votre argent.   

Stratégie : Bien planifier le décaissement de vos avoirs utilisant des hypothèses d'espérance de vie plus élevée afin qu'il en reste le plus longtemps possible. Le nombre de centenaires ne cesse d'augmenter. Vous en ferez peut-être partie. Prévoyez en conséquence!

2. Inflation : C'est l'augmentation du coût de la vie, la hausse continue des prix. Si vos revenus de retraite sont indexés, vous pourrez maintenir ce pouvoir d'achat. Par exemple, les rentes des gouvernements sont indexées et certaines rentes des fonds de retraite d'employeurs le sont, alors que d'autres ne le sont pas. La non-indexation peut avoir un effet important sur vos revenus futurs.

Stratégie : Prévoir plus d'épargne personnelle pour atteindre vos objectifs de retraite et faire croître vos investissements à un taux plus élevé que l'inflation (idéalement).

3. État de santé : «Est-ce que je serai en santé et vivrai une retraite comme je l'imagine?» Cette question, je l'entends souvent. Bien que personne ne puisse le prédire, en prenant soin de votre santé avant la retraite, vous augmentez vos chances d'être en bonne santé une fois à la retraite.  

Stratégie : Maintenir un style de vie adéquat et prévoir l'imprévu en se dotant de protections santé et maladies graves. Dans le cas où vos assurances collectives ne se poursuivront pas à la retraite, vous éviterez de gruger dans vos épargnes et de réduire vos revenus futurs. Vous gagnerez en tranquillité d'esprit, ce qui influencera dans le bon sens votre santé également. 

4. Retraits : Combien retirer de vos placements pour ne pas manquer d'argent plus tard? Comment trouver l'équilibre entre ne pas en retirer trop en début de retraite et être trop prudent en se privant de réaliser certains projets? La nature des dépenses changera tout au long de la retraite, mais le niveau global de celles-ci ne diminuera peut-être pas, puisqu'à mesure que celles des loisirs diminueront celles qui sont reliées à la santé augmenteront sûrement. 

Stratégie : Orchestrer l'ordre des retraits. Commencer par des montants raisonnables et s'adapter. Il faut avoir de la flexibilité qui permettra de vous ajuster selon vos besoins. Vous pourriez également penser à des produits de placements qui offrent une stabilité de revenus mensuels.

5. Répartition de ses actifs : Un retraité ne peut plus investir? Non, il ne faut pas voir l'arrivée à la retraite comme la fin de l'investissement. La période d'accumulation est peut-être finie, mais, puisque le portefeuille ne sera pas décaissé d'un seul coup, il faut continuer à le faire fructifier. 

Stratégie : Diversifier vos placements sans vous éparpiller en les regroupant à la même institution financière pour avoir une vision d'ensemble de votre portefeuille. Vous vous simplifierez la vie et éviterez de dédoubler vos placements et de vous retrouver avec une répartition de portefeuille inadéquate.

Vous aimerez aussi lire :

Tous les articles

La fonction Commenter n’est pas disponible pour le moment.
Merci de votre compréhension.

Commentaires publiés (4)

Benoît Cloutier / 17 octobre 2017 12h22
Je veux apporter un commentaire au point no. 3 Etat de santé, section stratégie. Dans le présent contexte où les soins hospitaliers diminuent, que nous devons nous référer au privé pour obtenir des soins et services complémentaires, des médicaments non couverts par la RAMQ et autres..., je serais plutôt porter à me protéger davantage lors de la prise de retraite, en adhérant dans la mesure du possible au plan d'assurance-maladie collective exclusif aux retraités de mon employeur. En l'absence d'un tel plan, vérifier auprès des regroupements, associations que nous sommes membres, si un plan similaire est disponible sinon adhérer à un plan individuel d'assurance-maladie complémentaire auprès des assureurs ou banques. Porter attention aussi au délai pour y adhérer lors de la prise de retraite. Après un délai, ce n'est plus possible de pouvoir adhérer sauf quelques exceptions. Je vis avec une personne âgée et les coûts à défrayer pour des soins non couverts par la RAMQ sont élevés. La dépense pour la prime d'assurance est déductible d'impôt. Si notre espérance de vie est plus longue, il faut considérer que cette dépense (prime d'assurance) ne devient plus une dépense mais plutôt un investissement si nous avons recours à des soins non couverts par le régime public. (exemple soins dans une maison de convalescence suite à une hospitalisation. Très apprécié maintenant pour les séjours de courte durée à l'hôpital suite à une intervention chirurgicale et autres...) Il faut prévoir ces frais à notre retraite et ils sont très coûteux. Notre adhésion à un plan d'assurance-maladie devient essentielle pour se protéger contre ses frais dont les coûts augmentent à chaque année. Regardez les protections offertes de votre plan, vous verrez à quel point il faut être bien protégé, ne pas gruger ses économies à la retraite pour des soins médicaux non couverts par les régimes publics.
Simeon sokoloff / 17 octobre 2017 11h26
J'aimerais plus des détails avec les exemples précis. Parexemples j'ai tand argent chez vous et j'ai une hypothèque de tand argent et Cômment je peu m'an sortir sans augmente ma marge de crédit. Bien à vous Siméon
Pierre Paquet / 17 octobre 2017 11h06
Une réflection rassurante et à propos. Merci!

Partagez ce billet