Savez-vous combien vous coûtent les troubles du sommeil?


Les troubles du sommeil coûtent aux employeurs en moyenne 5000 $ par employé affecté, par année.

Geneviève Mallette | Mouvement Desjardins

Ils sont discrets et sournois. Le changement d'heure automnal peut les attiser durant quelques jours. Et lorsqu'ils deviennent fréquents, ce ne sont pas les moutons, mais bien les dollars qui se mettent à sauter par-dessus la barrière...

Les troubles du sommeil coûtent aux employeurs en moyenne 5000 $ par employé affecté, par année1. Comment? En nuisant à la productivité des employés -- qui sont fatigués et ont du mal à récupérer --, en augmentant les coûts de santé reliés au manque de sommeil (maladies cardiovasculaires, diabète, hypertension, troubles de santé mentale, etc.), mais aussi en provoquant leur absentéisme ou des accidents au travail et sur la route. Or, c'est le présentéisme qui ferait le plus mal aux entreprises.

Être là, sans être «complètement là», ça vous dit quelque chose? 
C'est la définition imagée du présentéisme. Vous savez, quand un employé est présent au travail, mais qu'il n'est pas en mesure d'accomplir ses tâches ou qu'il les accomplit à un rythme ou une qualité moindre. 

Un sommeil de mauvaise qualité y est pour beaucoup : il affecte la concentration, la mémoire, le temps de réaction et peut causer des erreurs de jugement. On parle même d'une dégradation des capacités cognitives de 20% à 50% lorsqu'une personne souffre de troubles du sommeil2. C'est énorme!

Près de 28 jours perdus 
Le présentéisme est évalué à près de 28 jours par année pour un mauvais dormeur, comparativement à moins de 3 jours pour un bon dormeur1. Ces 25 jours d'écart, ce sont plus de 5 semaines de travail perdues de plus par employé insomniaque! Voilà qui coûte très cher aux entreprises. 

Que peut-on faire?
Il faut agir à la source. Fort heureusement, les troubles du sommeil sont un mal qui se traite assez facilement. Voici 3 initiatives qui peuvent vous être utiles :
  • Ajouter des programmes de prévention et d'intervention à vos programmes de mieux-être déjà en place.
  • Offrir une oreille attentive aux employés qui ont moins d'énergie ou qui semblent préoccupés. Certains d'entre eux traversent peut-être des périodes difficiles qui affectent leur sommeil. 
  • Dirigez-les au besoin vers vos programmes de santé et mieux-être pour qu'ils puissent prendre les actions nécessaires pour améliorer leur sommeil. 
En sachant que leur patron est compréhensif et accommodant, vos employés retrouveront peut-être un peu de quiétude... et les bras de Morphée.


Vous aimerez lire aussi :

1 M. Daley, C. M. Morin, M. Leblanc, J.-P. Grégoire et J. Savard, «The economic burden of insomnia: direct and Indirect costs for individuals with insomnia syndrome, insomnia symptoms, and good sleepers », Sleep, vol. 32, no 11, p. 55-64, 2009.
2 M. Rosekind, «The Importance of Sleep in Enhancing Safety», Sleep Works Summit, September 26-27, 2016, Washington D.C.

Tous les articles

La fonction Commenter n’est pas disponible pour le moment.
Merci de votre compréhension.

Partagez ce billet