Vous êtes ici : Coopmoi – Tous les articles > Le lait: l'art d'optimiser sa production sans investir massivement

Le lait: l'art d'optimiser sa production sans investir massivement


«Le signal de produire plus de lait et de gras a, de toute évidence, été saisi par les producteurs laitiers québécois. » - Jean Brisson

Étienne Gosselin | Agronome | Journaliste

Même quand vous pensiez avoir atteint un plateau, pouvez-vous encore faire plus et mieux avec vos actifs?

Les fermes laitières sont endettées et doivent performer. Les bénéfices sont plus difficiles à obtenir. Or, depuis quelques décennies, la production fluctue de quelques pourcentages à la hausse ou à la baisse, ce qui donne des troupeaux qui grossissent à faible rythme ou qui régressent sous l'effet de l'augmentation de la productivité par animal.

C'est tout l'inverse depuis le 1er janvier 2015, révèle l'expert en production laitière chez Valacta, Jean Brisson. Le marché est en croissance et l'on donne du quota et des marges, un droit de produire en hausse de 21% depuis trois ans. Or, une ferme laitière sur trois n'arrive pas à produire ce quota excédentaire, selon les données des Producteurs de lait du Québec...

«Le signal de produire plus de lait et de gras a, de toute évidence, été saisi par les producteurs laitiers québécois. En décembre dernier, ils ont livré un lait d'une richesse inégalée en gras, avec une moyenne de 4,22 kg/hl, détaille l'agronome Jean Brisson. Néanmoins, des producteurs atteignent une productivité qu'ils ne pensent plus pouvoir dépasser, ont des étables qui débordent ou ne produisent pas tout leur quota.»

Une nouvelle formation de Valacta, présentée en collaboration avec Desjardins Entreprises, apporte des solutions pour produire plus de lait, et pour mieux le produire.

Du «sur mesure»
La formation «Optimiser avec ce que j'ai» aide les producteurs laitiers à y voir de plus près, selon leur contexte, leurs données, leurs variables.

Les pistes de solutions proposées tout au long de la formation sont parfois communes à toutes les entreprises. D'autres solutions nécessitent un autodiagnostic. Les exemples sont nombreux : passer à trois traites quotidiennes, améliorer la persistance en lait, sortir les vaches taries de l'étable principale, assurer une meilleure période de transition, revoir l'alimentation... 

Du concret
«Nous avons bâti une formation dynamique avec des exercices, des témoignages de producteurs ayant expérimenté différentes avenues, des discussions et des segments plus didactiques pour répondre à la question récurrente concernant la manière d'optimiser la production dans le contexte propre à chaque entreprise laitière», explique Annik Perron, du Centre d'expertise en production laitière Valacta. 

L'agronome et directeur du développement des affaires de Desjardins Entreprises, René Gagnon, ajoute son grain de sel. «Les producteurs se font une idée de leur entreprise, mais il est bon de confronter sa vision et de partager des façons de faire dans une formation offerte en petits groupes d'une quinzaine de personnes à la fois», estime celui qui a lui-même assisté à une formation en décembre dernier.

Des résultats
Déjà, quelques centaines de participants ont assisté à la formation et appliquent de nouvelles façons de faire qui portent les revenus à la hausse et qui maximisent les actifs en place, notamment... le réservoir de lait!

Comment : les sessions de formation durent 4 heures et sont données entre deux traites, de 10 h à 15 h 
Où : dans toutes les régions du Québec
Quand : depuis la fin de novembre jusqu'en avril 2018

Pour s'inscrire : en parler à votre conseiller Valacta ou 1 800 BON-LAIT.

Tous les articles

Partagez ce billet