4 bonnes raisons d'engager un étudiant cet été


Audrey Higgins a travaillé à l'Office de tourisme et des congrès de Val-d'Or. On l'aperçoit en compagnie de Kristel Aubé-Cloutier.

Annie Bourque | Journaliste

La pénurie de main-d'œuvre vous cause-t-elle des maux de tête? À l'approche de la saison estivale, une solution s'offre à vous. Explications.
 
Dans plusieurs régions du Québec, le programme Desjardins Jeunes au travail aide les employeurs dans leur recrutement estival.  

Les avantages du programme, né d'un partenariat entre Desjardins et les organismes Carrefour jeunesse emploi (CJE), sont nombreux. 

En voici 4 qui méritent d'être connus des entreprises à la recherche d'employés.

1. Des jeunes préparés au travail
Dès l'été prochain, plusieurs centaines d'étudiants de 14 à 18 ans apprivoiseront un métier ou une nouvelle expérience. Avant de plonger dans l'inconnu, le CJE leur offre une formation.  

 « On s'assure que le jeune comprend bien son rôle et nous le préparons à bien s'intégrer dans l'entreprise », explique Linda Mireault, coordonnatrice des services d'aide à l'emploi au CJE d'Abitibi-Est. 

Durant tout l'été, le CJE accompagne les étudiants. « On fait en sorte que l'employeur et le jeune fassent équipe ensemble. Nous vérifions si tout se passe bien », affirme Linda Mireault. 

De son côté, l'employeur témoigne de son appréciation au conseiller en emploi du CJE, au moins à 3 reprises. La communication entre les 2 parties est importante. Cela permet à l'étudiant de s'améliorer ou de corriger certaines lacunes. « On s'assure qu'à l'intérieur d'une entreprise quelqu'un supervise l'étudiant qui n'est pas laissé à lui-même. »

2. De l'aide financière pour l'employeur
En embauchant un jeune appuyé par le programme, l'entreprise reçoit une aide financière. « Desjardins paie la moitié du salaire de l'étudiant, jusqu'à concurrence de 180 heures. C'est l'équivalent de 50% du salaire minimum en vigueur », précise Mme Mireault. 

3. De l'avenir pour l'entreprise et les jeunes
« C'est important de se rappeler qu'on a tous eu un premier emploi grâce à quelqu'un qui nous a donné une chance. L'été dernier, j'ai pu donner cette chance à un jeune », indique Kristel Aubé-Cloutier de l'Office de tourisme et des congrès de Val-d'Or. 

Pendant 8 semaines, sa jeune employée Audrey Higgins a développé ses compétences en communication. « Ce sera utile pour moi, car j'aimerais étudier dans ce domaine », précise Audrey.  

Offrir cette occasion, c'est une façon d'intéresser les jeunes à imaginer leur future carrière dans leur région. Depuis 22 ans, le programme Desjardins Jeunes au travail suscite des retombées positives importantes. « Cela met un frein à l'exode des jeunes qui veulent quitter leur région. Ils constatent qu'ils peuvent travailler au sein d'entreprises intéressantes à proximité de chez eux », ajoute Mme Mireault. 

Pendant 6 à 8 semaines, ces garçons et ces filles travaillent dans leur milieu. Ils cultivent des liens, des talents et des compétences. Un sentiment d'appartenance se développe envers l'employeur, mais aussi à l'égard de leur région, leur donnant l'occasion de s'épanouir. Tout le monde y gagne.

4. De la visibilité pour les offres d'emploi
En matière de visibilité, les retombées pour une compagnie sont tangibles. Son offre d'emploi estival est diffusée sur les sites Internet et les réseaux sociaux des Carrefours jeunesse qui comptent plusieurs centaines de milliers d'abonnés.

Tous les articles

La fonction Commenter n’est pas disponible pour le moment.
Merci de votre compréhension.

Commentaires publiés (4)

Marie-Christine / 1 juin 2018 9h20
Bonjour @Stéphanie. Vous pouvez communiquer avec le Carrefour jeunesse emploi de votre localité : http://www.cje-arthabaska.ca/ Bonne journée - Marie-Christine
Stéphanie Boudreault / 31 mai 2018 19h35
Avec qui doit t-on communiquer à Victoriaville
Marie-Christine / 28 mai 2018 9h06
Bonjour @Marcel. À quel sujet aimeriez-vous obtenir plus d'information ? Marie-CHristine
Marcel Thiffault / 26 mai 2018 9h51
J’aimerais en savoir plus

Partagez ce billet