Bitcoin: entre mythes et réalités


L'appât du gain en incite plus d'un à tenter sa chance sur ce nouveau marché. Mais qu'est-il exactement?

Hendrix Vachon | économiste principal | Mouvement Desjardins

Votre beau-frère se vante qu'il fera fortune avec ses bitcoins. Les nouvelles parlent chaque semaine de «fermes» de cryptomonnaies. Des gouvernements songent à réglementer le bitcoin. Minage, volatilité, blockchain... Stop! Que diriez-vous de prendre 5 minutes pour comprendre la base?

Les crypto quoi ?
Le bitcoin est une monnaie 100% virtuelle. Les transactions ne se font pas par l'intermédiaire d'une institution financière, mais plutôt par l'entremise d'un réseau informatique décentralisé. Les informations de tous les portefeuilles, virtuels eux aussi, sont rassemblées dans une sorte de grand registre public que l'on appelle la chaîne de blocs (blockchain). 

L'innovation repose sur le fait que ce registre ne requiert pas de vérification par des humains. Les transactions sont plutôt validées par une armée d'ordinateurs connectés au réseau.

Ceux qui possèdent ces ordinateurs puissants sont appelés les « mineurs ». Ils tirent profit des frais de transactions ainsi que de l'expansion monétaire que l'on appelle aussi «minage».

Il y a à ce jour plus de 1500 cryptomonnaies en circulation. Toutefois, le bitcoin demeure la plus médiatisée et celle qui attire le plus d'adeptes. 

L'appât du gain en incite plus d'un à tenter sa chance sur ce nouveau marché. Mais qu'est-il exactement?

Le mythe : devenir millionnaire grâce au bitcoin.
La réalité : leur valeur est comme des montagnes russes.

En effet, les cryptomonnaies se démarquent par leur forte volatilité :
  • Depuis 2009, le bitcoin a connu plusieurs périodes de forte croissance, suivies de corrections importantes.
  • En 2017, sa valeur est passée d'environ 1 000$ US à près de 20 000$ US. 
  • Aujourd'hui un bitcoin vaut environ 8 000$ US.
Pourquoi est-ce aussi volatil ? Contrairement à la monnaie standard, l'offre de cryptomonnaie n'est pas adaptée en fonction de la demande. 

Si la demande augmente plus vite que l'offre, la valeur des cryptomonnaies bondit, mais d'importantes corrections surviennent lorsque la demande fléchit.

Les monnaies standards (ex. : dollar canadien)
      • Émises par une banque centrale.
      • L'émission de monnaie varie en fonction de l'évolution de la demande, selon la conjoncture économique. 
      • Cela permet de limiter les fluctuations dans la valeur de la monnaie. 
      • La plupart des banques centrales ciblent un taux d'inflation annuel avoisinant 2%. 
Les cryptomonnaies (ex. : bitcoin)
      • Elles ne sont pas émises par une banque centrale. 
      • La quantité émise est prédéterminée par un programme informatique. 
      • Dans le cas du bitcoin, il y a automatiquement 12,5 bitcoins émis toutes les 10 minutes. 
      • Ce taux d'émission est décroissant dans le temps et il est prévu qu'il n'y aura pas plus de 21 millions de bitcoins qui seront créés au total.
Le mythe : la cryptomonnaie offre une grande sécurité.
La réalité : les investisseurs potentiels sont essentiellement laissés à eux-mêmes. 

Il y a actuellement très peu d'encadrement. Bien que la technologie semble sécuritaire, il n'en demeure pas moins que :  
  • Les dépôts en bitcoins ne sont pas garantis par l'assurance dépôts.
  • Aucun dédommagement ou renversement possible des transactions faites à notre insu, dans le cas d'un piratage par exemple.
  • Les cryptomonnaies sont parfois utilisées pour des activités illicites, comme le crime organisé ou l'évasion fiscale.  
Le mythe : la cryptomonnaie est efficiente.
La réalité : le calcul des transactions et des blocs est particulièrement gourmand en électricité.

Puisqu'elle est entièrement numérique, la cryptomonnaie ne nécessite ni impression de billet ni frappe de monnaie, aucun processus électronique de paiement ou transaction par des institutions financières pour le gérer. Elle est parfois ainsi qualifiée de plus « pratique et efficiente» que les monnaies traditionnelles.
  • Toutefois, un nouvel enjeu est apparu avec la forte demande en électricité des ordinateurs soutenant les réseaux des cryptomonnaies. Le réseau bitcoin serait particulièrement gourmand avec des estimations de consommation avoisinant 1000 kWh par transaction.
Le mythe : le bictoin est la monnaie du futur.
La réalité : le bitcoin ne possède pas les caractéristiques d'une bonne monnaie.

Une bonne monnaie ne peut pas continuellement prendre de la valeur. Cela impliquerait que le prix des biens et des services exprimés dans cette monnaie diminuerait constamment. Il en serait de même pour les salaires et la valeur des maisons. 

En d'autres mots, ce type de monnaie conduirait l'économie en déflation, un fléau pour la consommation et l'investissement.

On peut même se demander si les cryptomonnaies sont véritablement de la monnaie. Dans les faits, on ne peut pas vraiment dire qu'elles se comportent comme telles. 

Normalement, une monnaie doit être utilisée comme unité de compte, comme réserve de valeur et comme moyen de transactions. 

Cependant :
  • La forte volatilité des cryptomonnaies réduit leur utilité en tant qu'unité de compte, car les prix exprimés dans ces monnaies fluctuent trop.
  • Leur forte volatilité empêche de les considérer comme une réserve de valeur.
Comment les définir alors? Le gouverneur de la Banque du Canada les a comparées à un jeu d'argent dans un discours prononcé en décembre dernier. Certains vont les comparer à l'or, d'autres à l'art. Des cryptommonnaies sont aussi émises pour du financement participatif et d'autres vont plutôt s'apparenter à des valeurs mobilières. Il est donc difficile de toutes les mettre dans le même panier. 

Tous les articles

La fonction Commenter n’est pas disponible pour le moment.
Merci de votre compréhension.

Commentaires publiés (23)

Marc / 31 mai 2018 13h12
Bonjour et merci pour votre article assez complet sur le BTC, cependant pour ce qui est de la sécurité du Bitcoin les points que vous indiquez peuvent être aussi attribués à des transaction bancaires classiques, C'est évident que si l'on se fait pirater ses identifiants on peu se faire voler des fonds. C'est vrai pour le Bitcoin ainsi que pour un compte bancaire ou une carte bleue. Néanmoins au niveau de la blockchain du Bitcoin : https://www.cryptolia.fr/crypto-monnaies/bitcoin/ on peu difficilement faire mieux niveau sécurisation car il y a plusieurs dizaines de vérifications qui sont effectuées par des personnes aux 4 coins du monde et la blockchain reste lisible et contrôlable par tous.
Diode63 / 19 mai 2018 10h15
Si on y pense la crypto est aussi ou encore plus forte que l`arrive d`internet ! Qu`es-ce que les gens pensaient d`internet au début. Et aujourd`hui que ferrait on sans ...
Normand Michaud / 16 mai 2018 14h45
"PRENDRE 5 MINUTES POUR COMPRENDRE LA BASE". Ce que je comprend, c'est que le bitcoin a les propriétés de monnaie et de système de paiement. Aussi avec ce système, la transparence est absolue: c'est tout le contraire du système bancaire actuel, système qui tire la planète vers sa faillite puisque tout y est basé sur la dette.
Lynn Simon / 15 mai 2018 22h42
Cher Desjardins, la volatilité BTC vs USD, est de loin dépassée par l'extreme volatilité de l'OR, est pourtant l'Or reste la plus ancienne monnaie légale! La volatilité est liée aux conditions du marché international et de la politique. Le mythe que le Bitcoin est la monnaie du crime est faux, pas plus que les devises en cours. Il est plus difficile de cacher la provenance des Bitcoins, chaque trasactions est enregistrée et publique, la transparence totale! Lucratif? Un compte de 50 BTC offert gratuitement en echange de minage PCU en 2009, vaut actuellement 500,000 CDN! Maintenant demandez vous pourquoi l'Allemagne, le Japon, et l'Australie entre autres, reconnaissent le Bitcoin? C'est la monnaie du futur que Bigbrother se fera un plaisir de reglementer.. et de controler. Alors, soyez innovateur et les premiers, a quand les comptes Desjardins BTC sécurisés?
Claude Nadon / 15 mai 2018 20h00
Je trouve assez correct l'article... mais incomplet à certains égard. "utilisé à des fins criminels". TOUTES les monnaies sont utilisées à des fins criminels. (tout spécialement le $US) "la cryptomonnaie est virtuel". Certes, mais le dollars l'est tout autant, de mon point de vue. Le dollars n'a de valeur que dans la mesure où la société l'utilise. Qu'il soit "garanti" par l'assurance dépôt me semble un argument quelque peu boiteux, à savoir que dans le contexte d'un crash, par exemple, mon argent a beau être garanti qu'il aura quand même perdu sa valeur. Si l'on veut vraiment comparer le virtuel au non virtuel, ne devrions-nous pas parler d'or et d'argent, qui d'ailleurs étaient, auparavant, la garanti???? "évasion fiscale et crime organisée"... Là FRANCHEMENT l'article fait fausse route. L'évasion fiscale, le crime organisée existe depuis bel-lurette... bien avant l'apparition de la cryptomonnaie. Associer la cryptomonnaie à l'évasion fiscale et au crime organisée ressemble beaucoup à de la propagande. Sur une autre note, j'aurais trouvé intéressant de lire votre point de vue sur les motivations qui popularisent la cryptomonnaie. Cordialement.
KAMEL TOUAIMIA / 15 mai 2018 19h15
Wow! Ce article se veut vraiment un message destiné à éclairer les clients? Quel parti pris et manque d'objectivité. Si au moins on avait exposé les défauts de manière objective. Mais là c'est clairement une volonté de vouloir influencer et détourner les gens des cryptomonnaies plutôt qu'une volonté d'informer... Quel dommage, c'est un manque de respect de la clientèle.
Guillaume Nadeau / 15 mai 2018 19h15
Voici une banque allemande qui a remplacer le swift par la cryptomonnaie pour ses virements internationnaux. Au lieu de prendre quelques jours avec de gros frais, les transactions ne prennent que quelques secondes à moindre coûts. https://lachainecrypto.com/une-banque-allemande-remplace-swift-par-bitcoin
Ludovic Laroche / 15 mai 2018 13h51
Contrairement à ce que certains disent , les bitcoins sont bel et bien utilisé à des fins criminels. Ces transactions passent par le « dark web ». Ce système demande une certaine connaissance informatique. En passant par ce système, les transactions sont intraçables. Une fausse identité accompagne le portefeuille bitcoin du criminel. Celui-ci peut-être dans une juridiction où tout lui est pratiquement permis, et de ce fait encaisser l’argent tout bonnement...
Stephane Paquin / 15 mai 2018 13h37
J'aime bien les .mythes. : " Les dépôts en bitcoins ne sont pas garantis par l'assurance dépôts." - pas plus que les investissements à la bourse... ou le revenu de votre ferme. Un investisseur se doit d'établir ses propres garanties (hedging?) " Aucun dédommagement ou renversement possible des transactions faites à notre insu, dans le cas d'un piratage par exemple." - débatable. Voir la naissance de Ethereum. Voir Mt.Gox. Voir Bitfinex. " Les cryptomonnaies sont parfois utilisées pour des activités illicites, comme le crime organisé ou l'évasion fiscale. " - FAUX. Bitcoin est un ledger transparent qui réflète publiquement toutes les transactions. Les activités illicites sont tellement exposée, que les entités qui veulent cacher leurs finances évitent Bitcoins. Si le gouvernement utiliserait un ledger du style Bitcoin pour ses propres dépenses, il n'y aurait pas de place à la corruption et détournements de fonds. Tout serait entièrement transparent dans les finances publiques. Et pourquoi épeurer les gens avec la "volatilité", ne serait-ce pas un des éléments recherchés par les investisseurs pour dégager des profits rapidement? S'agit seulement de connaître sa tolérance au risque, et savoir gérer un portefeuille équilibré. ;)
Marie-Christine / 15 mai 2018 13h26
Bonjour @Marcel. Il n'y a aucun propriétaire. Il s'agit d'un réseau décentralisé. Bonne journée - Marie-Christine
Marcel Rioux / 15 mai 2018 13h18
Merci pour l'information, mais qui sont les propriétaires de cette entreprise, les dirigeants. Merci
Fab Ezel / 15 mai 2018 13h09
Tout d'abord, je félicite Desjardins de faire preuve d'ouverture sur la question du bitcoin, même si, comme le soulignait, Félix Fontaine, une certaine désinformation prédomine lorsqu'il est question de le présenter aux yeux du grand public, notamment lorsqu'une institution financière est derrière ces propos. On ne peut nier la volatilité actuelle du bitcoin, laquelle est abondamment exhibée comme élément de preuve de son inadmissibilité en tant que monnaie. Cependant, il s'agit d'une position à courte vue. Actuellement, le bitcoin est l'objet de spéculation importante de la part de traders, travaillant généralement pour des grandes institutions financières comme Goldman Sachs. L'achat et la vente massifs de bitcoin, de la part de ces spéculateurs, n'a qu'un seul but : faire du profil à court terme. Une telle pratique contribue à rendre précisément cette crypto-monnaie très volatile et indigeste sur le plan des transactions financières courantes. D'autre part, certains voient dans le bitcoin une valeur refuge, à l'instar de l'or, qui inexorablement avec le temps prendra de la valeur, puisqu'en effet la quantité émise de bitcoin plafonnera à 21 millions d'unité. Autrement dit, la production d'un bloc, tous les dix minutes, valant à l'heure actuelle 12.5 bitcoin, tendra vers zéro. En admettant une adhésion progressive du bitcoin de la part de compagnies ouvertes à faire payer leurs prestations avec cette devise internationale, l'époque des spéculateurs deviendra de l'histoire ancienne et mettra un terme sa grande volatilité. Pourrions-nous un jour imaginer payer notre épicerie en bitcoin? Peut-être pas, mais pourquoi pas en Ether ou en Neo, par exemple. Le bitcoin pourrait devenir une crypto-monnaie utilisée pour l’échange de valeurs de grande importance comme l'immobilier ou les sociétés œuvrant dans le commercial. Personnellement, je pense que les crypto-monnaies pourraient progressivement envahir le paysage de la finance et être utilisés en parallèle selon les usages et les domaines.
Michel charest / 15 mai 2018 12h45
Pour les Bitcoins il faut d'abord avoir un portefeuille téléchargé sur votre cell...ensuite pour en acheter il suffit d'aller au guichet Bitcoins et déposer en argent, ceci est convertis en Bch et apparait dans votre cell. portefeuille BCH. Puis pour retirer vous pouvez retirer à partir d'un guichet Bitcoins avec votre cell. Voilà!
Éric B / 15 mai 2018 12h20
Quelques cryptomonnaies de deuxième génération telles que Nano, Iota ou bien Byteball utilise un concept de validation des transactions par les utilisateurs éliminant ainsi les mineurs et la course à une consommation croissante d'énergie.
Michel Boutet / 15 mai 2018 12h15
Du grand n'importe quoi encore une fois, de la part des banques qui voient leur temps achever et qui essaien de faire peur à la population. La volatilité n'est pas une propriété intrinsèques aux cryptomonnaies , c'est parce que c'est un nouveau concept en expansion. Quand vous dites que ""les cryptomonnaies sont parfois utilisées pour des activités illicites, comme le crime organisé ou l'évasion fiscale.", avez vous pensez 2 secondes que l'argent la plus utilisé pour ces activités, c'est l'argent cash, émis par la banque? N'importe quel individu qui réfléchi avant de faire une transaction illégale, ne la fera pas dans on endroit ou le registre est public, non-modifiable, et présent pour les décénnies à venir. Pour répondre à la question de comment convertir des Bitcoin en argent canadien: j'utilise le site https://quadrigacx.com
Carl Bilodeau / 15 mai 2018 12h12
Si Desjardins, une Banque en parle en mal, c'est que c'est bon pour le particulier. Si on avait demandé à Sears ce qu'il pensait d'Amazon il y a 5 ans ses commentaires auraient été tout aussi négatifs. Pourtant Amazon aujourd'hui prospère et Sears est anéanti. Il y a forte volatilité car le Bitcoin est nouveau. L'action des Facebook et Google était aussi très volatile quand les premiers investisseurs découvraient à quel point ces technologies auraient de l'avenir. Les transactions Bitcoins qui nécessitent de l'électricité seront dans quelques années moins de 1 sur 10000 grâce au réseau Lightning. Évidemment une Banque ne va pas nous expliquer l'autre côté de la médaille. Laissez vos dollars sous votre matelas et dans quelques années vous serez pauvres. Achetez des Bitcoins et dans quelques années vous serez plus riches et vous serez à l'abri des cataclysmes mondiaux qui pourraient affecter le dollars Canadien et notre économie.
Vincent Jutras / 15 mai 2018 12h00
Si ta 1 bitcoin va a un des 2 guichets a montreal ou tu peus instantanement echanger ton bitcoin contre de l'argent , pour environ 40-60$ de frais
Marie-Christine / 15 mai 2018 11h59
Merci de vos commentaires. Le secteur bancaire traditionnel n'oeuvre pas dans ce domaine. L'objectif de cet article est d'informer sur le sujet et de faire part des risques qui y sont liés notamment l'absence de recours lorsqu'un problème survient. Bonne journée - Marie-Christine
Alex D / 15 mai 2018 11h52
Je veux simplement par ce commentaire remercier Desjardins de ne pas banir l'achat de cryptomonnaie tel que l'a fait plusieurs autres banques au Canada. J'espère qu'un jour il sera possible d'en acheter directement sur votre site pour montrer que Desjardins est différentes des autres banques qui ont une pensé très conservatrice et ont peur du changement.
Gilles Sagot / 15 mai 2018 11h45
Monsieur Raymond Dorais, il existe des plateformes qui permettent de convertir des bitcoins ou autres cryptomonnaies en dollars Canadiens. Ensuite il suffit de faire virer les dollars vers votre compte Desjardins.
Pascal Quirion / 15 mai 2018 11h34
Qqun aurait un bitcoin à vendre?
Raymond Dorais / 15 mai 2018 11h15
Nulle parton nous dit ce qu'on fait avec des bitcoins.Comment peut-on les reconvertir en dollars afin de les utiliser.
Félix Fontaine / 15 mai 2018 11h13
Article qui aurait pu être fort intéressant si vos lunettes n'étaient pas aussi biaisées considérant votre expérience en finances. "Le mythe : devenir millionnaire grâce au bitcoin. La réalité : leur valeur est comme des montagnes russes." La réalité présentée n'est aucunement pertinente face au mythe discuté. Le Bitcoin est volatile, cela n'empêche pas le fait que n'importe qui ayant mis quelques milliers de dollards au début 2017 aurait un retour de plus de 800%, on ne parlera même pas de ceux ayant investi en 2010-2012 qui eux sont présentement millionaires. Au niveau de la sécurité, tout investissement représente un risque. Il pourrait tout de même être avantageux de diversifier le portfolio d'un investisseur en cryptomonnaies considérant les rendements incroyables qu'ils produisent.Le USD est aussi utilisé pour financer des activités illégales et terroristes. Sur le point de l'efficience, je suis sûr que vous êtes au courant qu'il existe d'autres cryptomonnaies qui sont plus adéquates et efficientes au niveau de l'énergie utilisée pour faire des transactions. Le Bitcoin n'est peut-être pas la monnaie du futur mais la technologie qu'il a apporté sera certainement utilisé très prochainement afin de créer une monnaie permettant des transactions instannées partout dans le monde pour quelques cents seulement.

Partagez ce billet