Trucs pour faire face aux fluctuations de la Bourse


Bien qu'à long terme les marchés boursiers ont un biais haussier, l'investisseur doit inévitablement composer avec des épisodes de volatilité accrue causés notamment par des événements imprévisibles.

Michel Villa | Collaborateur

À l'aube des récents Jeux olympiques d'hiver de PyeongChang, le couple français Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron était favori de la compétition de danse en patinage artistique. Malheureusement, dès les premières secondes du programme court, la robe de la patineuse s'est décousue, exposant ainsi le haut de son corps à des millions de téléspectateurs! Malgré cet incident, les deux athlètes ont fait bonne figure et, lors du programme long, ils ont établi un nouveau record du monde, ce qui leur a permis de décrocher la médaille d'argent. À mon avis, c'est un très bel exemple de l'importance de garder le cap, peu importe les circonstances.

Certes, ce principe s'applique aussi à la Bourse. Bien qu'à long terme les marchés boursiers ont un biais haussier, l'investisseur doit inévitablement composer avec des épisodes de volatilité accrue causés notamment par des événements imprévisibles, comme un attentat terroriste, le Brexit ou les craintes d'une éventuelle guerre commerciale. À l'image du duo de patineurs, il faut demeurer discipliné et patient. 

Voici trois conseils pour y parvenir.

No 1 : Être prêt à accepter la volatilité
Entre 1980 et 2017, le rendement annualisé moyen du S&P 500 a été de +10,3 %. Toutefois, en moyenne, l'écart entre le plus haut et le plus bas niveau de l'indice de référence américain lors d'une année a été de 13,8 %. De plus, depuis 1965, le S&P/TSX, le principal indicateur boursier du marché canadien, a reculé d'au moins 25 % à sept reprises. L'investisseur doit donc accepter le fait que les périodes de baisse sont normales et fréquentes.

No 2 : Diversifier son portefeuille
Assurément, la gestion du risque est cruciale. Il est donc essentiel de prôner la diversification, c'est-à-dire de répartir ses investissements entre différents titres, secteurs d'activité, catégories d'actif ou styles de gestion. En procédant ainsi, vous serez mieux outillés pour faire face aux périodes de fortes fluctuations boursières. Or, peu de personnes adhèrent à ce principe. D'après une analyse de l'activité boursière de 40 000 comptes d'une firme de courtage à commissions réduites, le nombre moyen de titres en portefeuille est de 4! Il est reconnu qu'un portefeuille composé de 15 à 20 titres ayant différents profils de rendement ou de risque permet de tirer profit de la diversification.

No 3 : Recourir à un plan d'investissement systématique 
Comme vous l'avez sûrement constaté, prédire la direction du marché boursier à court terme est un exercice futile. Il est donc souhaitable d'investir, de façon automatique, la même somme d'argent à une fréquence régulière. Nous diminuons alors la tentation de « déjouer » les marchés boursiers en négociant activement ou en restant sur les lignes de côté, ce qui permet d'améliorer notre rendement boursier.

En résumé, tout investisseur peut aspirer aux grands honneurs. Néanmoins, à l'instar de Gabriella Papadakis, il doit se concentrer sur son objectif, sans quoi il risque de s'exposer à des rendements boursiers décevants à long terme...

Sources

CI Investments. Five strategies for dealing with difficult markets, août 2015.

J.P. Morgan Asset Management. Guide to the Markets, Market Insights, janvier 2018.

Meir Statman. Finance for Normal People: How Investors and Markets Behave, Oxford University Press, 2017.

Tous les articles

La fonction Commenter n’est pas disponible pour le moment.
Merci de votre compréhension.

Partagez ce billet